PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 136599
Age : 57
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134   Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Icon_minitimeVen 23 Déc - 11:15

F° 134 1840-45. Océan, p. 366.
Oh! que vous regardiez le couchant ou l'aurore,
Français, le vrai drapeau de France est tricolore;
Mais il prend. notre gloire entière dans ses plis,
Il est pour Fontenoy comme pour Austerlitz;-
Il sait tout consacrer comme il sait tout absoudre;
Sur sa zone de pourpre il a l'aigle et la foudre,
Et sur sa zone blanche il a les fleurs-de-lis.

Rien n'y manque, ô drapeau! seule vraie oriflamme!
Le vieux coq de Brennus, effaré, l'oeil en flamme,
Y brille dans l'azur comme' dans un ciel bleu.
. 129/155. 1840. Océan, 141, p. 184.
Mon fils, "on a souvent entrevu dans ces bois
Des spectres qui parlaient dans l'ombre à demi-voix.
Des voyageurs, passant la nuit dans ces clairières,
Ont entendu des morts réclamer des prières;
Parfois, comme l'oiseau par une hydrè attiré,
Ils ont suivi, tremblants, hagards, l'oeil effaré,
Des fantômes hideux, pâles comme des marbres,
Qui s'évanouissaient en entrant sous les arbres.
7/202. Océan, 97, p. 136.
Partout l'Ombre, partout le désert froid et mort;
Les monts semblaient de grands décombres;
Un ancien pont allait de l'un à l'autre bord
Entre deux escarpements sombres;

J'y passai; le couchant d'un lointain reflet d'or
Éclairait les arches massives
Comme ce pont croulant, mais qu'on traverse encor,
Le souvenir rejoint deux rives.
11 nov. 1850 [surcharge 1840?]

_________________
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Une_pa12Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Plumes19Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Miniat14Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 James_12


Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134 Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT 24 787 1826-1851 f-134
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: