PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) RÉPONSE À L'OBJECTION : MAL

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) RÉPONSE À L'OBJECTION : MAL Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) RÉPONSE À L'OBJECTION : MAL   Victor HUGO (1802-1885) RÉPONSE À L'OBJECTION : MAL Icon_minitimeJeu 29 Déc - 18:22

- Ah ! puisque c'est ainsi, je ne veux pas de Dieu !
Je ne veux pas de Dieu ! - Voilà ton cri morose.
Ayant trouvé le mal au bout de toute chose,
Ayant, trouvé le fond amer, -l'homme manqué
Par l'incompréhensible et fatal ananké,
Tu dis : - Je hais le dieu, si c'est cela le monde !
Pour juger l'ouvrier, sur.son oeuvre on se fonde ;
Or l'ouvrage est mauvais, donc l'auteur est méchant,
Et je hais ce Dieu ! - Puis, un remords te touchant,
Tu dis : - Mais j'ai peut-être erré ; l'ombre est profonde ;
Peut-être_ n'est-ce pas dans Dieu que va ma sonde ;
Peut-être, ô vain chercheur, Dieu m'a-t-il échappé ;
Si je m'étais trompé ? -

Tu ne t'es pas trompé.
Ta sonde est bien tombée à l'abîme suprême ;
120 EST-CE QUE PAR HASARD LE MONDE... 881
Oui, tu viens de jeter ton esprit dans-Dieu même;
Oui, c'est ce précipice énorme de rayons,- ' '
C'est Dieu. ' - .

Jette une éponge à l'Océan, voyons ;
Reprends-la. Qu'as-tu-? Rien. Un verre d'eau salée.
Quant à la mer,'profonde et terrible mêlée,
Quant à l'immensité des écumes, des bruits,:
Des flots, incessamment détruits et reconstruits,
Quant au chaos dés chocs, des trombes,. des tempêtes,
Dont l'ouragan hagard sonne les sombres fêtes,
Plein de' monstres sans nom qui rôdent engloutis,
Cachant des oasis et des O-Taïtis
Où des idylles vont et viennent toutes nues ;
Quant à cette tourmente insondable de nues,
D'ondes, d'écueils, d'azur flottant, d'azur qui luit ;
Quant à ce gouffre où naît le matin, où la nuit
Trempe sa robe d'ombre et son manteau d'étoiles ;
Quant à ce rendez-vous des- souffles et des voiles ;
Quant à cet infini, noir,. fauve, éblouissant,
.Crois-tu que. tu le tiens dans ta main ? A présent
S'il te plaît .de porter à ta 'bouche ce verre,
S'il te plaît de tremper ta lèvre à l'eau sévère,
Et si ton estomac frémit 'en la buvant,
Si ton viscère abject-se soulève, trouvant
Une saveur amère à la chose sublime,
Est-ce que. tu diras' qu'ayant goûté l'abîme; '
Tu viens, toi qui ne vis que'si bas et si peu,
De revomir la' mer et de recracher Dieu ?
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) RÉPONSE À L'OBJECTION : MAL
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: