PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat,

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat, Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat,   Victor HUGO (1802-1885) Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat, Icon_minitimeSam 31 Déc - 11:50

Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat,
Ce chevalier errant des peuples, ce soldat,
Ce paladin, ce preux de l'idéal! Qu'il parte.
Nous, les proscrits d'Athène, à ce proscrit de Sparte,
Ouvrons nos seuils; qu'il soit notre hôte maintenant;

Qu'en notre maison sombre il entre rayonnant.
Oui, viens, chacun de nous, frère à l'âme meurtrie,
Veut avec son exil te faire une patrie!
Viens, assieds-toi chez ceux qui n'ont plus de foyer.
Viens, toi qU'on a pu vaincre et qu'on n'a pu ployer!
Nous chercherons quel est le nom de l'espérance;
Nous dirons : Italie! et tu répondras : France!
-Et nous regarderons, car le soir fait rêver,
En attendant les droits, les astres se lever.

L'amour du genre humain se double d'une haine
Égale au poids du joug, au froid noir de la chaîne,
Aux mensonges du prêtre, aux cruautés du roi.
Nous sommes rugissants et terribles. Pourquoi?
Parce que nous aimons. Toutes ces humbles têtes,
Nous voulons les voir croître et nous sommes des bêtes
Dans l'antre, et nous avons les peuples pour petits.
Jetés au même écueil, mais non pas engloutis,
Frère, nous nous dirons tous les deux notre histoire;
Tu me raconteras Palerme' et ta victoire,
Je te dirai Paris, sa chute; et nos sanglots,
Et nous lirons ensemble Homère au bord des flots.
Puis, tu continueras ta marche âpre et hardie.
Et, là-bas, la lueur deviendra l'incendie.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Qu'il aille donc! qu'il aille, emportant son mandat,
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: