PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Victor HUGO (1802-1885) I. Querelles

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) I. Querelles  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) I. Querelles    Victor HUGO (1802-1885) I. Querelles  Icon_minitimeSam 31 Déc - 13:35

I. Querelles
I. LE DIMANCHE

- Je n'ai pas entendu le facteur frapper. - Certe!
Votre porte aujourd'hui, monsieur, n'est pas ouverte.
- Ah bah! - Vous n'aurez pas aujourd'hui de journaux.
- Pourquoi?
Mary, qui vient d'éteindre ses fourneaux,
Est superbe; elle a mis sa grande coiffe blanche.

- Ni de lettres. - Pourquoi? - Parce que c'est dimanche.
- Eh bien? - On ne lit pas de lettres ce jour-là.
- Pourquoi? - Parce que Dieu fit le monde. Il parla
Et travailla pendant six jours. - Soit. Que m'importe?
- Le dimanche on ne peut frapper à votre porte.
- Mais pourquoi? - C'est le jour où Dieu s'est reposé.

Apprendre au maître, impie et français, l'A B C,
C'est beau; Mary triomphe, et ne se sent pas d'aise,
Étant bonne chrétienne et servante irlandaise.
On entend bourdonner la cloche dans la tour.






Ainsi l'infini va jusqu'au septième jour!
Arrivé là, c'est dit; l'infini devient morne,
Reste court, et s'arrête épuisé; c'est sa borne.
Nous appelons cela le dimanche. Il est sûr
Qu'il faut pour faire un ciel bien des rouleaux d'azur,
Qu'un chêne à fabriquer n'est pas un mince arbuste,
Et qu'il faut une échelle étrangement robuste
Et que l'échafaudage ait été bien construit
Pour peindre l'aube à fresque au mur noir de la nuit.
Ainsi ce grand travail qu'on nomme la nature
Ne s'est point terminé sans quelque courbature!
Ainsi le Tout-Puissant a dit : Je n'en puis plus!
Et las, suant, soufflant, ankylosé, perclus,
Pris d'un vieux rhumatisme incurable à l'échiné,
Après avoir créé le monde, et la machine
Des astres pêle-mêle au fond des horizons,
La vie, et l'engrenage énorme des saisons,
La fleur, l'oiseau, la femme, et l'abîme, et la terre,
Dieu s'est laissé tomber dans son fauteuil Voltaire!
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) I. Querelles
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: