PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Victor HUGO (1802-1885) Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885)  Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?  Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?    Victor HUGO (1802-1885)  Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?  Icon_minitimeSam 31 Déc - 15:17

Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?
Quoi donc! ne voit-on pas commencer le reflux?
Hier triste, Aujourd'hui lugubre, et Demain pire.
Derrière ce châssis mal peint qu'on nomme empire,
Les ténèbres; un puits d'ignorance, un cachot
D'opprobre, en bas la faim, la banqueroute en haut,
Paphos pourrie offerte à ceux qui rêvaient Sparte,
Deuil, cendre, et tout au fond l'accusé Bonaparte;
Si Won tâche de voir un peu l'autre côté
Du triomphe, et l'envers de la prospérité,
On aperçoit cela. Que vous faut-il encore?
Le hibou ne croasse et Troplong ne pérore
Que la nuit. La nuit sourde est leur milieu joyeux.
Donc il fait nuit. Voyez la lueur de leurs yeux.
Sans doute on parle fort dans-les régions hautes
Des succès qu'on remporte, ici, là, sur ces côtes,
Dans ce désert, là-bas, en Cochinchine, ailleurs,
Partout; on a de quoi se railler des railleurs,
On -est vêtu de pourpre, et l'historiographe
Du 'manteau de César pourra dorer l'agrafe.
Bien. Soit. - Tournez la page et voyez le verso..
Le sépulcre est déjà visible' en ce berceau.

Nous eûmes du bonheur au jeu; mais notre caisse
A des fêlures, fuit, penche, et son niveau baisse
Comme une eau qui se vide en d'obscurs entonnoirs;
L'azur du Livre Bleu se pique de points noirs;
Sadowa nous surprend, Luxembourg nous échappe;
Que faire? s'incliner. La Providence frappe.
La main est divine. Oui. Le soufflet est prussien.
Notre pape in petto, le petit Lucien,
A tout l'air d'un fruit sec. Du Vulturne à la Sprée,
Toute la monarchie en masse est délabrée.
Czars mal portants, sultans malades, archiducs
Peu chanceux, pape aveugle et sanglant, rois caducs.
Est-ce que ces voleurs de peuples, ces gueux princes,
Ces. grecs du trône, entr'eux s'escroquant des provinces,
N'entendent point craquer sous leurs pas le plancher?
Mané Thécel Pharès commence à s'ébaucher.
Couza fuit, François fuit, Maximilien ,tombe.
Le trône est une trappe ouverte sur la tombe..

Le dur Mexique lutte armé du talion,
Car la louve espagnole allaita ce lion,
Et sa liberté fauve ignore la clémence;
Dans cette ombre, hélas, erre une femme en démence;
Les contre-coups lointains deviennent sérieux
Et, dans on ne sait quel brouillard mystérieux
Où pleure Hécube, ou rit Cassandre, où rôde Électre,
L'empereur assassin songe à l'empereur spectre.
Il décline par où naguère il triomphait.
Que de revers!. Comptez. Qu'est-ce que, son forfait?
Un cachot sur nos fronts; sous ses pieds un abîme.
Il sent se lézarder sinistrement son crime.,
N'est-ce, pas assez? ,
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) Vous l'avez. -Que vous faut-il de plus?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lisez-vous les romans qui ont inspiré Jacques Martin?
» [Victor Hugo] Hernani
» ROCAMADOUR ( LOT)
» VOUS AVEZ MOINS DE 18 ANS
» Vous avez du courrier !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: