PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Victor HUGO (1802-1885) LESURQUES

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Victor HUGO (1802-1885) LESURQUES Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) LESURQUES   Victor HUGO (1802-1885) LESURQUES Icon_minitimeSam 31 Déc - 15:27

Du jardin bestial d'Anvers, et dans l'horreur
Des bois où le loup rôde et tient lieu d'empereur,
C'est ainsi que Monsieur Troplong, monsieur Delangle,
Cuistres, de Guillotin adorant le triangle,
Lourds magots variant leurs poses de sommeils,
Poussahs de la justice et de l'ennui, pareils
Aux mandarins dormant sur les coussins des jonques;
Dupins, Crispins, Scapins, Chaix d'Est-Anges quelconques,
C'est ainsi que ces gens qui disent: nous jugeons!
Durs comme le granit, souples comme les joncs,
Valetaille à genoux sous le plat de l'épée,
Ont fait rouvrir les yeux à la tête coupée!

Elle était dans le. fond. de la tombe, elle avait
Les pierres de la fosse infâme pour chevet;
Autour d'elle gisaient, muets sous l'herbe haute,
Tous les sinistres morts qui dorment côte à côte
Dans ce fatal Clamart dont les cercueils sont courts ";
Sans haleine, sans voix, morte, attendant toujours,
Elle était là, pensive à cause des ténèbres; ,
Ses yeux fermés, le sang collant leurs cils funèbres,
Semblaient. faire un refus 'farouche au:firmament,
Et vouloir regarder l'ombre éternellement. . .
L'âme espère au tombeau n'être point poursuivie.
Mais un bruit est venu du côté de la vie, 'r
Et la tête coupée a remué, son oeil .
Plein d'un feu sombre, a fait le jour dans le cercueil,
Et morne, a -regardé les hommes, chose affreuse!

Et la nature, mère énorme et douloureuse,
Hélas! s'est efforcée alors de l'apaiser;
Les moineaux ont couru près d'elle se poser,
Et la mouche, apportant la pitié de l'atome;
La rosée a lavé sa pâleur; divin baume,
La fleur l'a-parfumée, et.l'herbe.qui verdit
L'a doucement baisée,. et les corbeaux ont dit
- N'écoute pas le noir croassement des juges!

Et dans ce moment-là; cyprès, tombeaux, refuges,
Ossements, ossements, vous l'avez entendu,. .
Et toi, ciel étoilé, gouffre où rien n'est' perdu,
Cette tête, du, fond de la fosse maudite, '
A crié; dans l'horreur sacrée où Dieu médite.:
- Ils ont trouvé moyen de. reboire mon sang,
Dieu juste, et de tuer deux fois un innocent!
14 'décembre.
Revenir en haut Aller en bas
 
Victor HUGO (1802-1885) LESURQUES
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) La comète.
» Victor HUGO (1802-1885) La coutume de Lusace
» Victor HUGO (1802-1885) À ANDRÉ CHÉNIER
» Victor HUGO (1802-1885) MANUSCRIT F° 29 68/181. 1854. Océan, p. 291.
» Victor HUGO (1802-1885) Pire que Judas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: