PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 134473
Age : 56
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Empty
MessageSujet: Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse   Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Icon_minitimeVen 1 Mar - 19:18

Le Poète et la Muse
3 avril 1907
A monsieur MILLIOT

Le Poète

Ô Muse à mon secours, de grâce ! Je t'implore
Ma lyre adolescente est-elle à son aurore
Ou bien suis-je un proscrit aux yeux de ta bonté
Je veux chanter les cieux où brille ton étoile
Je veux chanter l'Amour et soulever le voile
Du mystère de l'Ombre où dort la Vérité

La Muse

Je t'aime cher poète et déjà, grand Corneille
Et je serais pour toi une mère qui veille
Sur le berceau tremblant d'un pâle chérubin
Comme elle je suivrais de ta marche incertaine
Les oscillations ; et je serai la chaîne
Reliant ton génie à ceux du genre Humain

Le Poète

Je veux chanter l'amour du vieux temps romantique
Je veux que Rome dise et son nom symbolique
Et son meurtre brutal ses folles voluptés
Je veux ressusciter la grande tragédie
Et remonter le cours du fleuve de la vie
Qui coule son eau trouble en flots précipités

La Muse

Ne crains-tu pas pour toi, la tâche sera lourde
Et Rome à ton appel peut-être sera sourde ?
Quand du sommeil des morts j'irai la retrancher
Qu'importe je suivrai ses foules éternelles
Aux accents de l'amour à ses chansons cruelles
J'accorderai ma lyre et te ferai chanter

Le Poète

Merci ! Puisse le monde écouter le murmure
De ta voix dans mes vers, dont la juste mesure
Semble trop monotone et pleine de lenteurs
Mais pourquoi redouter les âmes insensibles ?
N'ais-je pas ton amour tes lèvres invisibles
Pour tarir dans mes yeux l'amertume des pleurs

La Muse

Le monde fera vivre au sein des destinées
Ton génie. Et ton nom au déclin des années
Vivra comme aujourd'hui dans la grande Cité
Dans l'ombre du cercueil une clarté céleste
Brillera sur ton oeuvre et ton oeuvre l'atteste
Le Génie est le fils de l'Immortalité.

Honoré HARMAND




_________________
Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Une_pa12Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Plumes19Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Miniat14Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse James_12


Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Honoré Harmand (1883-1952) Le Poète et la Muse
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: