PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXVI. La partie de lansquenet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXVI. La partie de lansquenet   Lun 15 Avr - 18:32

LXVI. La partie de lansquenet

En effet, il était neuf heures du soir; les postes avaient été
relevés à huit, et depuis une heure la garde du capitaine Groslow
avait commencé.

D’Artagnan et Porthos armés de leurs épées, et Athos et Aramis
ayant chacun un poignard caché dans la poitrine, s’avancèrent vers
la maison qui ce soir-là servait de prison à Charles Stuart. Ces
deux derniers suivaient leurs vainqueurs, humbles et désarmés en
apparence, comme des captifs.

- Ma foi, dit Groslow en les apercevant, je ne comptais presque
plus sur vous.

D’Artagnan s’approcha de celui-ci et lui dit tout bas:

- En effet, nous avons hésité un instant, M. du Vallon et moi.

- Et pourquoi? demanda Groslow.

D’Artagnan lui montra de l’oeil Athos et Aramis.

- Ah! ah! dit Groslow, à cause des opinions? peu importe. Au
contraire, ajouta-t-il en riant; s’ils veulent voir leur Stuart,
ils le verront.

- Passons-nous la nuit dans la chambre du roi? demanda
d’Artagnan.

- Non, mais dans la chambre voisine; et comme la porte restera
ouverte, c’est exactement comme si nous demeurions dans sa chambre
même. Vous êtes-vous munis d’argent? Je vous déclare que je compte
jouer ce soir un jeu d’enfer.

- Entendez-vous? dit d’Artagnan en faisant sonner l’or dans ses
poches.

- _Very good!_ dit Groslow, et il ouvrit la porte de la chambre.
C’est pour vous montrer le chemin, messieurs, dit-il.

Et il entra le premier.

D’Artagnan se retourna vers ses amis. Porthos était insoucieux
comme s’il s’agissait d’une partie ordinaire; Athos était pâle,
mais résolu; Aramis essuyait avec un mouchoir son front mouillé
d’une légère sueur.

Les huit gardes étaient à leur poste: quatre étaient dans la
chambre du roi, deux à la porte de communication, deux à la porte
par laquelle entraient les quatre amis. À la vue des épées nues,
Athos sourit; ce n’était donc plus une boucherie, mais un combat.

À partir de ce moment toute sa bonne humeur parut revenue.

Charles, que l’on apercevait à travers une porte ouverte, était
sur son lit tout habillé: seulement une couverture de laine était
rejetée sur lui.

À son chevet, Parry était assis lisant à voix basse, et cependant
assez haute pour que Charles, qui l’écoutait les yeux fermés,
l’entendît, un chapitre dans une Bible catholique.

Une chandelle de suif grossier, placée sur une table noire,
éclairait le visage résigné du roi et le visage infiniment moins
calme de son fidèle serviteur.

De temps en temps Parry s’interrompait, croyant que le roi dormait
visiblement; mais alors le roi rouvrait les yeux et lui disait en
souriant:

- Continue, mon bon Parry, j’écoute.

Groslow s’avança jusqu’au seuil de la chambre du roi, remit avec
affectation sur sa tête le chapeau qu’il avait tenu à la main pour
recevoir ses hôtes, regarda un instant avec mépris ce tableau
simple et touchant d’un vieux serviteur lisant la Bible à son roi
prisonnier, s’assura que chaque homme était bien au poste qu’il
lui avait assigné, et, se retournant vers d’Artagnan, il regarda
triomphalement le Français comme pour mendier un éloge sur sa
tactique.

- À merveille, dit le Gascon; cap de Diou! vous ferez un général
un peu distingué.

- Et croyez-vous, demanda Groslow, que ce sera tant que je serai
de garde près de lui que le Stuart se sauvera?

- Non, certes, répondit d’Artagnan. À moins qu’il ne lui pleuve
des amis du ciel.

Le visage de Groslow s’épanouit.

Comme Charles Stuart avait gardé pendant cette scène ses yeux
constamment fermés, on ne peut dire s’il s’était aperçu ou non de
l’insolence du capitaine puritain. Mais malgré lui, dès qu’il
entendit le timbre accentué de la voix de d’Artagnan, ses
paupières se rouvrirent.

Parry, de son côté, tressaillit et interrompit la lecture.

- À quoi songes-tu donc de t’interrompre? dit le roi, continue,
mon bon Parry; à moins que tu ne sois fatigué, toutefois.

- Non, sire, dit le valet de chambre.

Et il reprit sa lecture.

Une table était préparée dans la première chambre, et sur cette
table, couverte d’un tapis, étaient deux chandelles allumées, des
cartes, deux cornets et des dés.

- Messieurs, dit Groslow, asseyez-vous, je vous prie, moi, en
face du Stuart, que j’aime tant à voir, surtout où il est; vous,
monsieur d’Artagnan, en face de moi.

Athos rougit de colère, d’Artagnan le regarda en fronçant le
sourcil.

- C’est cela, dit d’Artagnan; vous, monsieur le comte de La Fère,
à la droite de monsieur Groslow; vous, monsieur le chevalier
d’Herblay, à sa gauche; vous, du Vallon, près de moi. Vous pariez
pour moi, et ces messieurs pour monsieur Groslow.

D’Artagnan les avait ainsi: Porthos à sa gauche, et il lui parlait
du genou; Athos et Aramis en face de lui, et il les tenait sous
son regard.

Aux noms du comte de La Fère et du chevalier d’Herblay, Charles
rouvrit les yeux, et malgré lui, relevant sa noble tête, embrassa
d’un regard tous les acteurs de cette scène.

En ce moment Parry tourna quelques feuillets de sa Bible et lut
tout haut ce verset de Jérémie:

«Dieu dit: Écoutez les paroles des prophètes, mes serviteurs, que
je vous ai envoyés avec grand soin, et que j’ai conduits vers
vous.»

Les quatre amis échangèrent un regard. Les paroles que venait de
dire Parry leur indiquaient que leur présence était attribuée par
le roi à son véritable motif.

Les yeux de d’Artagnan pétillèrent de joie.

- Vous m’avez demandé tout à l’heure si j’étais en fonds? dit
d’Artagnan en mettant une vingtaine de pistoles sur la table.

- Oui, dit Groslow.

- Eh bien, reprit d’Artagnan, à mon tour je vous dis. Tenez bien
votre trésor, mon cher monsieur Groslow, car je vous réponds que
nous ne sortirons d’ici qu’en vous l’enlevant.

- Ce ne sera pas sans que je le défende, dit Groslow.

- Tant mieux, dit d’Artagnan. Bataille, mon cher capitaine,
bataille! Vous savez ou vous ne savez pas que c’est ce que nous
demandons.

- Ah! oui, je sais bien, dit Groslow en éclatant de son gros
rire, vous ne cherchez que plaies et bosses, vous autres Français.

En effet, Charles avait tout entendu, tout compris. Une légère
rougeur monta à son visage. Les soldats qui le gardaient le virent
donc peu à peu étendre ses membres fatigués, et, sous prétexte
d’une excessive chaleur, provoquée par un poêle chauffé à blanc,
rejeter peu à peu la couverture écossaise sous laquelle, nous
l’avons dit, il était couché tout vêtu.

Athos et Aramis tressaillirent de joie en voyant que le roi était
couché habillé.

La partie commença. Ce soir-là la veine avait tourné et était pour
Groslow, il tenait tout et gagnait toujours. Une centaine de
pistoles passa ainsi d’un côté de la table à l’autre. Groslow
était d’une gaieté folle.

Porthos, qui avait reperdu les cinquante pistoles qu’il avait
gagnées la veille, et en outre une trentaine de pistoles à lui,
était fort maussade et interrogeait d’Artagnan du genou, comme
pour lui demander s’il n’était pas bientôt temps de passer à un
autre jeu; de leur côté, Athos et Aramis le regardaient d’un oeil
scrutateur, mais d’Artagnan restait impassible.

Dix heures sonnèrent. On entendit la ronde qui passait.

- Combien faites-vous de rondes comme celle-là? dit d’Artagnan en
tirant de nouvelles pistoles de sa poche.

- Cinq, dit Groslow, une toutes les deux heures.

- Bien, dit d’Artagnan, c’est prudent.

Et à son tour, il lança un coup d’oeil à Athos et à Aramis. On
entendit les pas de la patrouille qui s’éloignait.

D’Artagnan répondit pour la première fois au coup de genou de
Porthos par un coup de genou pareil.

Cependant, attirés par cet attrait du jeu et par la vue de l’or,
si puissante chez tous les hommes, les soldats, dont la consigne
était de rester dans la chambre du roi, s’étaient peu à peu
rapprochés de la porte, et là, en se haussant sur la pointe du
pied, ils regardaient par-dessus l’épaule de d’Artagnan et de
Porthos; ceux de la porte s’étaient rapprochés aussi, secondant de
cette façon les désirs des quatre amis, qui aimaient mieux les
avoir sous la main que d’être obligés de courir à eux aux quatre
coins de la chambre. Les deux sentinelles de la porte avaient
toujours l’épée nue, seulement elles s’appuyaient sur la pointe,
et regardaient les joueurs.

Athos semblait se calmer à mesure que le moment approchait; ses
deux mains blanches et aristocratiques jouaient avec des louis,
qu’il tordait et redressait avec autant de facilité que si l’or
eût été de l’étain; moins maître de lui, Aramis fouillait
continuellement sa poitrine; impatient de perdre toujours, Porthos
jouait du genou à tout rompre.

D’Artagnan se retourna, regardant machinalement en arrière, et vit
entre deux soldats Parry debout, et Charles appuyé sur son coude,
joignant les mains et paraissant adresser à Dieu une fervente
prière. D’Artagnan comprit que le moment était venu, que chacun
était à son poste et qu’on n’attendait plus que le mot: «Enfin!»
qui, on se le rappelle, devait servir de signal.

Il lança un coup d’oeil préparatoire à Athos et à Aramis, et tous
deux reculèrent légèrement leur chaise pour avoir la liberté du
mouvement.

Il donna un second coup de genou à Porthos, et celui-ci se leva
comme pour se dégourdir les jambes; seulement en se levant il
s’assura que son épée pouvait sortir facilement du fourreau.

- Sacrebleu! dit d’Artagnan, encore vingt pistoles de perdues! En
vérité, capitaine Groslow, vous avez trop de bonheur, cela ne peut
durer.

Et il tira vingt autres pistoles de sa poche.

- Un dernier coup, capitaine. Ces vingt pistoles sur un coup, sur
un seul, sur le dernier.

- Va pour vingt pistoles, dit Groslow.

Et il retourna deux cartes comme c’est l’habitude, un roi pour
d’Artagnan, un as pour lui.

- Un roi, dit d’Artagnan, c’est de bon augure. Maître Groslow,
ajouta-t-il, prenez garde au roi.

Et, malgré sa puissance sur lui-même, il y avait dans la voix de
d’Artagnan une vibration étrange qui fit tressaillir son
_partner_.

Groslow commença à retourner les cartes les unes après les autres.
S’il retournait un as d’abord, il avait gagné; s’il retournait un
roi, il avait perdu.

Il retourna un roi.

- Enfin! dit d’Artagnan.

À ce mot, Athos et Aramis se levèrent, Porthos recula d’un pas.

Poignards et épées allaient briller, mais soudain la porte
s’ouvrit, et Harrison parut sur le seuil, accompagné d’un homme
enveloppé dans un manteau.

Derrière cet homme, on voyait briller les mousquets de cinq ou six
soldats.

Groslow se leva vivement, honteux d’être surpris au milieu du vin,
des cartes et des dés. Mais Harrison ne fit point attention à lui,
et, entrant dans la chambre du roi suivi de son compagnon:

- Charles Stuart, dit-il, l’ordre arrive de vous conduire à
Londres sans s’arrêter ni jour ni nuit. Apprêtez-vous donc à
partir à l’instant même.

- Et de quelle part cet ordre est-il donné? demanda le roi, de la
part du général Olivier Cromwell?

- Oui, dit Harrison, et voici monsieur Mordaunt qui l’apporte à
l’instant même et qui a charge de le faire exécuter.

- Mordaunt! murmurèrent les quatre amis en échangeant un regard.

D’Artagnan rafla sur la table tout l’argent que lui et Porthos
avaient perdu et l’engouffra dans sa vaste poche; Athos et Aramis
se rangèrent derrière lui. À ce mouvement Mordaunt se retourna,
les reconnut et poussa une exclamation de joie sauvage.

- Je crois que nous sommes pris, dit tout bas d’Artagnan à ses
amis.

- Pas encore, dit Porthos.

- Colonel! colonel! dit Mordaunt, faites entourer cette chambre,
vous êtes trahis. Ces quatre Français se sont sauvés de Newcastle
et veulent sans doute enlever le roi. Qu’on les arrête.

- Oh! jeune homme, dit d’Artagnan en tirant son épée, voici un
ordre plus facile à dire qu’à exécuter.

Puis, décrivant autour de lui un moulinet terrible:

- En retraite, amis, cria-t-il, en retraite!

En même temps il s’élança vers la porte, renversa deux des soldats
qui la gardaient avant qu’ils eussent eu le temps d’armer leurs
mousquets; Athos et Aramis le suivirent; Porthos fit l’arrière-
garde, et avant que soldats, officiers, colonel, eussent eu le
temps de se reconnaître, ils étaient tous quatre dans la rue.

- Feu! cria Mordaunt, feu sur eux!

Deux ou trois coups de mousquet partirent effectivement, mais
n’eurent d’autre effet que de montrer les quatre fugitifs tournant
sains et saufs l’angle de la rue.

Les chevaux étaient à l’endroit désigné; les valets n’eurent qu’à
jeter la bride à leurs maîtres, qui se trouvèrent en selle avec la
légèreté de cavaliers consommés.

- En avant! dit d’Artagnan, de l’éperon, ferme!

Ils coururent ainsi suivant d’Artagnan et reprenant la route
qu’ils avaient déjà faite dans la journée, c’est-à-dire se
dirigeant vers Écosse Le bourg n’avait ni portes ni murailles, ils
en sortirent donc sans difficulté.

À cinquante pas de la dernière maison, d’Artagnan s’arrêta.

- Halte! dit-il.

- Comment, halte? s’écria Porthos. Ventre à terre, vous voulez
dire?

- Pas du tout, répondit d’Artagnan. Cette fois-ci on va nous
poursuivre, laissons-les sortir du bourg et courir après nous sur
la route Écosse; et quand nous les aurons vus passer au galop,
suivons la route opposée.

À quelques pas de là passait un ruisseau, un pont était jeté sur
le ruisseau; d’Artagnan conduisit son cheval sous l’arche de ce
pont; ses amis le suivirent.

Ils n’y étaient pas depuis dix minutes qu’ils entendirent
approcher le galop rapide d’une troupe de cavaliers. Cinq minutes
après, cette troupe passait sur leur tête, bien loin de se douter
que ceux qu’ils cherchaient n’étaient séparés d’eux que par
l’épaisseur de la voûte du pont.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXVI. La partie de lansquenet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LIX. Le vengeur
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XVI. Le château de Bragelonne
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XXXII Le bac de l'Oise.
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) VI. D’Artagnan à quarante ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: