PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis Fréchette (1839-1908) Le printemps

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis Fréchette (1839-1908) Le printemps Empty
MessageSujet: Louis Fréchette (1839-1908) Le printemps   Louis Fréchette (1839-1908) Le printemps Icon_minitimeVen 19 Avr - 19:18

Le printemps


À Mme Césarée G.
Bientôt viendra le doux printemps
Chasser la neige, les autans,
Les jours moroses;
Bientôt les feuilles renaîtront,
Et les oiseaux nous reviendront
Avec les roses.

Bientôt, de nos rudes climats,
Disparaîtront les blancs frimas,
Les froids sévères;
Et nous pourrons, d'un oeil charmé,
Voir éclore aux rayons de mai
Les primevères.

Sur la route, chaque bosquet,
Dans l'arceau pimpant et coquet
De ses ramures,
Le soir comme au soleil levant,
Rendra sous les baisers du vent
Mille murmures.

Les ruisseaux transparents et frais
Mêleront au chant des forêts
Leur voix si douce;
Et sous les branches qui plieront,
Des bruits d'amour s'envoleront
Des nids de mousse.

Dans les guérets et sur les eaux,
Sous les sapins, dans les roseaux
Qu'un souffle ploie,
Sur les rochers, dans les buissons,
Tout sera parfums et chansons,
Lumière et joie.

Partout mille édens gracieux
Feront remonter vers les cieux
L'âme bercée;
Et, sous l'empire d'Ariel,
La terre semblera du ciel
La fiancée.

Alors on vous verra souvent
Au balcon vous pencher rêvant
Tout éveillée,
Pour écouter le bruit de l'eau
Qui fredonne son trémolo
Sous la feuillée.

L'on vous verra plus d'une fois
Devenir pensive à la voix
Éolienne
Des petits maëstros ailés,
Chantant leurs amours modulés
En tyrolienne.

Sous les peupliers, vers le soir,
Vous irez souvent vous asseoir,
Rêveuse et lasse,
Humant la brise et ses parfums,
Et dénouant vos cheveux bruns
Au vent qui passe.

Et, lorsque tout vous sourira,
Que l'enivrement vous fera
Oublier l'heure,
Alors, l'oeil à demi voilé,
Songerez-vous à l'exilé
Qui souffre et pleure?

Hélas! le beau printemps doré
N'est plus pour le coeur ulcéré
Qu'un vain fantôme.
Quand l'âme a des chagrins navrants,
Les souffles les plus enivrants
N'ont plus d'arome.

De tout son oeil est attristé :
Pour lui la rose est sans beauté,
Et l'aubépine
Lui parle encor de sa douleur,
Car il sait que la blanche fleur
A son épine.

Il sait que l'automne viendra,
Que la terre se jonchera
De feuilles d'arbre; -
Et la brise au vol caressant
Sur son front ne laisse en passant
Qu'un froid de marbre.

Ni le gazouillement des eaux,
Ni le ramage des oiseaux,
Troupes aimées,
Ni les frais ombrages mouvants,
Ni la douce chanson des vents
Dans les ramées.

Ni ces mille aspects enchantés
Qu'on découvre de tous côtés,
Quand la nature,
Pour célébrer les jours nouveaux,
Fait briller les plus beaux joyaux
De sa parure;

Rien pour lui n'a d'émotions;
Son coeur pour les illusions
N'a plus de place;
Et son pas foule, indifférent,
Fleur nouvelle ou gazon mourant,
Pelouse ou glace.

Pour lui les beaux jours de printemps
N'ont plus ni reflets éclatants
Ni folle ivresse;
Le coeur que la vie a blessé
N'a qu'un printemps, c'est son passé,
C'est sa jeunesse!

Mais il est un baume odorant
Donné parfois au coeur souffrant
Par Dieu lui-même :
Ce doux baume, trop rare, hélas!
C'est l'assurance que là-bas
Quelqu'un nous aime!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Fréchette (1839-1908) Le printemps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: