PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis Fréchette (1839-1908) Troisième époque Du Calvet

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis Fréchette (1839-1908) Troisième époque Du Calvet   Sam 20 Avr - 13:08

Troisième époque
Du Calvet


Personne n'a connu ta tombe, ô Du Calvet!
Quand la mort te frappa, personne à ton chevet,
Ni sur ton front penché, ni sur ta lèvre blême,
N'a recueilli le mot du terrible problème
Qui planera toujours sur tes derniers instants!

C'est à ton héroïsme, à tes efforts constants,
C'est à ton dévoûment, le plus pur, le plus ample
Dont ces temps malheureux nous aient légué l'exemple,
Que tu dois cette fin mystérieuse; et nous
Le devoir filial de bénir à genoux
Le premier champion de nos luttes civiques.

L'Histoire avait fermé ses registres épiques;
Le soleil de la France à nos yeux s'éclipsait;
Des guerres la rougeur sanglante s'effaçait;
L'orage dans la nue enrayait son tonnerre;
Mais, après les grands coups d'estoc, c'était une ère
De combats plus obscurs, qui, pour les oubliés,
Dans l'ombre préparait ses traits multipliés.

Un petit peuple encore à sa première enfance!
Quelques déshérités, désarmés, sans défense!
Nul danger du dehors, rien à craindre au dedans:
La persécution pouvait montrer les dents.
Elle montra ses crocs et toutes ses molaires.

Héritière en sous-main des anciennes colères,
Elle voulut, habile aux ruses de Satan,
Donner une revanche aux défaites d'antan,
Et, justice empruntée au code des vipères,
Se venger sur les fils du courage des pères!

Alors on vit, devant le spectre au front hideux,
Un homme se lever et crier:

- À nous deux!

C'était toi, Du Calvet, qui, méprisant la rage
Du despote, osait seul tenir tête à l'orage,
Et brandir, au-dessus de tous ces fronts étroits,
À ton bras indigné la charte de nos droits.

Ta sentence de mort ce jour-là fut écrite!

En butte désormais à la haine hypocrite
De tous nos Haldimands, forbans grands ou petits
Dont son honnêteté gênait les appétits,
L'homme dut, poursuivi par leur froide malice,
De toutes les douleurs épuiser le calice.
Un tyran que l'histoire a marqué au fer chaud
Lui confisque ses biens et le met au cachot.
Et, pendant qu'il languit sous les verrous du sbire,
Troupeau fanatisé que la vengeance inspire,
Autour de sa maison, à coups de pistolets,
Les doux représentants du doux régime anglais,
Trouvant que leur victime était trop peu punie,
D'une épouse mourante ont hâté l'agonie!

Libre enfin, le héros qu'aucun malheur n'abat
Ne songe qu'à s'armer pour un nouveau combat.
Vaincu dans une lutte, il en provoque une autre,
Et porte auprès du roi sa cause et la nôtre.

On l'écoute, on s'émeut; - le barbare Haldimand
Par ses pairs est mandé devant le parlement.
L'accusateur triomphe, et, refoulant ses larmes,
Retraverse les mers pour mieux fourbir ses armes.
Son fils est près de lui sur le pont du vaisseau.

Hélas! le vieux lion avec le lionceau,
Victimes d'un hasard qui confond la pensée,
Disparaissaient tous deux pendant la traversée.

Ce qu'ils sont devenus nul ne l'a su jamais.

Nous n'avons pas le droit d'en rien conclure, mais
Ton peuple, Du Calvet, te proclame sans crainte
Le premier des martyrs de notre cause sainte;
Et si l'âpre océan connaît seul ton tombeau,
Dans nos fastes ton nom n'en luira que plus beau!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Fréchette (1839-1908) Troisième époque Du Calvet
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis Fréchette (1839-1908) Dernier coup de dé
» Louis Fréchette (1839-1908) Le vieux patriote
» Louis Fréchette (1839-1908) Renouveau
» Louis Fréchette (1839-1908) Les plaines d'Abraham
» Louis Fréchette (1839-1908 )Sa première lettre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: