PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis Fréchette (1839-1908) Le héros de 1760 I

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis Fréchette (1839-1908) Le héros de 1760 I Empty
MessageSujet: Louis Fréchette (1839-1908) Le héros de 1760 I   Louis Fréchette (1839-1908) Le héros de 1760 I Icon_minitimeVen 3 Mai - 9:20

Le héros de 1760

À mon ami F.-X.-A. Trudel.3
Puissent les souvenirs de cette grande histoire
Consoler notre siècle orphelin de la gloire!
Méry.


I

Ô fils du Canada, vous souvient-il encore
Quand du beau Saint-Laurent le rivage sonore
Ne retentissait plus que du bruit des combats?
Vous souvient-il encor de ces longs jours d'alarmes
Où chacun brandissant ses armes
Allait au champ d'honneur conquérir le trépas?

De hameaux en hameaux, de chaumière en chaumière,
L'ennemi promenait la torche incendiaire,
Et nos murs devant lui s'écroulaient embrasés;
Pour nous chaque laurier devenait inutile;
Chaque victoire était stérile,
Et nos soldats tombaient sous le nombre écrasés.

Héros de Carillon, ton illustre victoire
Avait couvert ton front d'une immortelle gloire,
Mais n'avait pas sauvé le pays de ses maux;
Avocat à Montréal.

Et bientôt sous les murs de ta belle patrie,
Frappé d'une balle ennemie,
Tu succombes, Montcalm, mais tu meurs en héros.

Québec était tombé; sur ses cendres fumantes,
Sur ses murs écroulés, sur ses tours chancelantes
Ondulaient les couleurs du sanglant Léopard;
Et les malheureux fils de la Nouvelle-France
Semblaient, dans leur longue souffrance,
Se roidir sous le poids d'un affreux cauchemar.

Mais tu parus, Lévis! l'éclair de ton génie
Suspendit un instant notre longue agonie,
Et ton sabre brilla comme un glaive de feu.
Tu ranges près de toi le reste de tes braves,
Et le fier vainqueur que tu braves
S'arrête devant toi, comme devant un dieu!

Il s'étonne... il hésite... il reconnaît l'épée
Qui dans le sang anglais tant de fois s'est trempée,
Et tremble pour l'honneur du drapeau d'Albion;
C'est que dans ce guerrier dont l'audace l'affronte
Il a reconnu dans son honte,
De l'immortel Montcalm l'immortel compagnon.

Oui, tremble, malheureux! ta perfide bannière
Va bientôt se couvrir d'une ignoble poussière;
Le sol va se joncher des corps de nos bourreaux.
Tu vas perdre, Albion, en perdant la victoire,
Un des beaux fleurons de ta gloire:
Ton astre va pâlir devant quelques héros!

Le signal est donné! soudain la charge sonne;
Sur les lignes en feu le salpêtre résonne;
Cent cratères d'airain vomissent le trépas.
Cependant, à travers le plomb et la mitraille,
Lévis dirige la bataille,
Et sa brillante audace enflamme ses soldats.

Les balles se croisant sur plaine sanglante,
Portent dans tous les rangs la mort et l'épouvante;
Le feu des lourds canons éclate avec fracas;
La foudre a moins de bruit... De l'horrible mêlée
La voix, de vallée en vallée,
Fait rugir les échos de ses bruyants éclats.

Tel le fougueux autan, dans la forêt mouvante,
Tordant des vastes pins la crinière ondoyante,
De ses longs sifflements étonne les vallons;
Telle encore, en un jour de tempête et d'orage,
La foudre sur un roc sauvage,
De sa terrible voix épouvante les monts.

Cependant un long cri couvre le bruit des armes...
Tu peux, ô mon pays, tu peux sécher tes larmes:
Lévis voit à ses pieds tes ennemis vaincus...
Les bataillons anglais fuient à travers la plaine,
Et la bannière canadienne
Voit briller dans ses plis un diamant de plus.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis Fréchette (1839-1908) Le héros de 1760 I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: