PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Élégie

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Élégie Empty
MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Élégie   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Élégie Icon_minitimeJeu 23 Mai - 11:16

Élégie

Les jours de soleil sont passés,
Et l’automne fait sa vendange;
Dans l’enceinte des trépassés,
La feuille tombe à flots pressés:
Dors, mon doux ange!

Il était frais et blond comme un Enfant-Jésus...
Dieu nous envoie, hélas! des douleurs bien cruelles.
Un soir, je le berçais; des anges sont venus
Qui l’ont emporté sur leurs ailes,

J’épiais son sommeil, et, quand il remuait,
Je baisais à genoux ses petites mains blanches...
Il est là maintenant, sous ce tertre muet,
Prisonnier entre quatre planches.

Les jours de soleil sont passés,
Et l’automne fait sa vendange;
Dans l’enceinte des trépassés,
La feuille tombe à flots pressés:
Dors, mon doux ange!

Et quand je caressais ses petits pieds frileux, -
Lui que je n’aurais pas donné pour des empires!
Sur sa lèvre de rose, au coin de ses yeux bleus,
Nageaient des groupes de sourires.

Il bredouillait des mots d’une étrange douceur,
Des mots incohérents, indécis, adorables;
Et moi qui l’écoutais, je sentais dans mon coeur
Courir des frissons ineffables.

Les jours de soleil sont passés,
Et l’automne fait sa vendange;
Dans l’enceinte des trépassés,
La feuille tombe à flots pressés;
Dors, mon doux ange!

Il est là qui repose en son linceul glacé,
Au cimetière, hélas! sa dernière demeure,
Songe-t-il quelquefois, le pauvre délaissé,
A sa mère qui souffre et pleure?

Oh! oui; car, je le sens, si dans la tombe dort
Son petit corps roidi, froid, immobile, blâme,
Son âme plane au ciel avec des ailes d’or,
Devant la face de Dieu même!

Le dernier beau jour eut passé;
L’automne a fini sa vendange;
La neige tombe à flot pressé...
Dans le ciel où Dieu t’a placé,
Pense à ta mère, mon doux ange!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Élégie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: