PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexion
 

 Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James


Masculin
Dragon
Nombre de messages : 140888
Age : 58
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Empty
MessageSujet: Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile   Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Icon_minitimeMer 24 Aoû - 18:06

Sainte Madeleine Inutile.

à une petite statue

Dans la niche en pierre tranquille. . .

I
Dans le coin où le soir t'oublie,
Tu ne sens pas le vieil amour
Qu'a mis sur ta tête pâlie
La fête ignorante du jour.

Dans le repos où tu reposes,
Tu ne sens pas, ô grave soeur,
Cette clarté des vagues choses
Qui l'illumine avec douceur. . .

Voici le soir. Toujours semblable
Sur le seuil d'or des jours d'été,
En vain le soleil adorable
T'a fait un peu de charité.

Tu n'es pas plus douce -plus sombre,
Pourtant, beaucoup étaient venus
Pour t'écouter pleurer de l'ombre
Et se troubler de tes doigts nus.

Tu n'as même pas sur la pierre,
Pendant un vague et triste instant,
Souri comme- un peu de lumière
À ces pauvres voix qu'on entend.

II
Tu lèves sans douleur, sans joie
Tes yeux où le soleil se perd,
Tes mains où notre amour se noie
Comme un bon frisson dans la mer.

Oh! pendant que, morne débâcle,
Nous passons dans un morne bruit,
Si tu faisais le doux miracle
D'avoir un peu froid dans la nuit. . .

Si trop calme et belle sans trêve
Aux beaux silences étoilés,
Tes yeux s'appauvrissaient du rêve
Dont nos regards sont désolés. . .

On viendrait te voir, simple et chère,
Indécise comme un secret,
Avec la robe de prière
Qu'un humble cierge te ferait.

Tu serais ce qui fait renaître
L'âme heureuse, le songe éteint. . .
Et ton chemin serait peut-être
La caresse de mon destin.

Tu serais l'amour, et l'enfance. . .
Et pourtant, toi qui ne dis rien,
Et moi qui souris de souffrance,
Je sens que ton silence est bien.

Je t'adore dans ton grand règne,
Et dans l'espace sans amours.
Tu ne dis rien comme l'on saigne,
Et te voir, c'est pleurer toujours.

Oh! sans raison, sans mal, sans crimes,
Et sans remords au fond de moi,
Je voudrais à tes pieds sublimes
Pleurer que la lumière soit!

Pleurer que le jour s'irradie
Que la nuit brûle dans les cieux,
Pleurer tout ce pauvre incendie
Qui monte humblement dans nos yeux. . .

III
Tandis que les vieilles aux « simples »
Marmonnent un air enchanté,
Tu regardes de tes yeux simples
Le monde de simplicité.

Et tandis que sans espérance
Nous passons et ne parlons pas,
Tu comprends avec ton silence
La prière que font nos pas.

Tu regardes, toujours la même,
Tu souris, comme ton ciel bleu,
Et quand on crie ou qu'on blasphème,
Tu laisses dire, comme Dieu.




_________________
J'adore les longs silences, je m'entends rêver...  
James

Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Une_pa12Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Plumes19Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Miniat14Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile James_12


Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Henri Barbusse (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Henri Barbusse. (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile. II
» Henri Barbusse. (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile. III
» Henri Barbusse. (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile. III
» Henri Barbusse. (1873-1935) Sainte Madeleine Inutile. I
» Henri Barbusse. (1873-1935) Toi.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: