PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerDernières imagesConnexion
 

 Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ?

Aller en bas 
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
James


Masculin
Dragon
Nombre de messages : 148242
Age : 59
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Empty
MessageSujet: Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ?   Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Icon_minitimeDim 18 Sep - 14:13

Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ?
Ne faut-il pas le plaindre ? Est-ce un sens qui lui manque ?
Il ne comprend donc pas ? Est-ce un aveugle-né ?
Un bègue ? Un sourd ? D' où vient que ce triste obstiné
méconnaît tout génie et toute gloire, et rampe,
tâchant d' éteindre l' astre et de souffler la lampe,
et déchire, dénigre, insulte, blesse, nuit,
et sur toute clarté va bavant de la nuit ? --
maintenant je t' ai vu de près, ô misérable ;
j' ai vu ton oeil, ton dos, ton échine, ton râble,
ton crâne plat, ton ventre odieux ; et du doigt
Asmodée a levé le plafond de ton toit ;
je t' ai vu te traîner, ivre et triste ; et, farouche,
arracher en jouant les ailes d' une mouche.
J' ai vu ton rire, hélas ! Je n' ai pas vu tes pleurs.
Je t' ai vu haïr l' aube, et marcher sur les fleurs,
et sans cesse écraser la vie à ton passage ;
et battre les enfants, et cracher au visage
de cette fille à qui tu donnes quinze sous ;
j' ai vu tes vêtements dans l' ordure dissous ;
j' ai vu ton coeur sans Dieu, ta chambre sans cuvette ;
je t' ai vu t' irriter au chant d' une fauvette,
toujours plisser le front, toujours crisper le poing ;
et j' ai compris pourquoi tu ne comprenais point.

20 mai.

_________________
J'adore les longs silences, je m'entends rêver...  
James

Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Une_pa12Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Plumes19Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? James_12Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Confes12


Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ? Sceau110
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Victor HUGO (1802-1885) Je me disais : --cet homme est-il un saltimbanque ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Victor HUGO (1802-1885) Où donc est le bonheur ? disais-je.
» Victor HUGO (1802-1885) Tu disais : « Ô soleils sans nombre !
» Victor HUGO (1802-1885) Je disais : --Dieu qu' aucun suppliant n' importune,
» Victor HUGO (1802-1885) Je disais : - ces soldats ont la tête trop basse.
» Victor HUGO (1802-1885) Voilà l'homme. Qui donc a dit: l'homme est sublime!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: