PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XCVI. Comme quoi avec une plume

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XCVI. Comme quoi avec une plume   Lun 15 Avr - 19:49



XCVI. Comme quoi avec une plume et une menace on fait plus vite et
mieux qu’avec l’épée et du dévouement (Suite)

Anne d’Autriche jeta les yeux, sur le traité que lui présentait
d’Artagnan.

- Je n’y vois, dit-elle, que des conditions générales. Les
intérêts de M. de Conti, de M. de Beaufort, de M. de Bouillon, de
M. d’Elbeuf et de M. le coadjuteur y sont établis. Mais les
vôtres?

- Nous nous rendons justice, Madame, tout en nous plaçant à notre
hauteur. Nous avons pensé que nos noms n’étaient pas dignes de
figurer près de ces grands noms.

- Mais vous, vous n’avez pas renoncé, je présume, à m’exposer vos
prétentions de vive voix?

- Je crois que vous êtes une grande et puissante reine, Madame,
et qu’il serait indigne de votre grandeur et de votre puissance de
ne pas récompenser dignement les bras qui ramèneront Son Éminence
à Saint-Germain.

- C’est mon intention, dit la reine; voyons, parlez.

- Celui qui a traité l’affaire (pardon si je commence par moi,
mais il faut bien que je m’accorde l’importance, non pas que j’ai
prise, mais qu’on m’a donnée), celui qui a traité l’affaire du
rachat de M. le cardinal doit être, ce me semble, pour que la
récompense ne soit pas au-dessous de Votre Majesté, celui-là doit
être fait chef des gardes, quelque chose comme capitaine des
mousquetaires.

- C’est la place de M. de Tréville que vous me demandez là!

- La place est vacante, Madame, et depuis un an que
M. de Tréville l’a quittée, il n’a point été remplacé.

- Mais c’est une des premières charges militaires de la maison du
roi!

- M. de Tréville était un simple cadet de Gascogne comme moi,
Madame, et il a occupé cette charge vingt ans.

- Vous avez réponse à tout, monsieur, dit Anne d’Autriche.

Et elle prit sur un bureau un brevet qu’elle remplit et signa.

Certes, Madame, dit d’Artagnan en prenant le brevet et en
s’inclinant, voilà une belle et noble récompense; mais les choses
de ce monde sont pleines d’instabilité, et un homme qui tomberait
dans la disgrâce de Votre Majesté perdrait cette charge demain.

- Que voulez-vous donc alors? dit la reine, rougissant d’être
pénétrée par cet esprit aussi subtil que le sien.

Cent mille livres pour ce pauvre capitaine des mousquetaires,
payables le jour où ses services n’agréeront plus à Votre Majesté.

Anne hésita.

- Et dire que les Parisiens, reprit d’Artagnan, offraient l’autre
jour, par arrêt du parlement, six cent mille livres à qui leur
livrerait le cardinal mort ou vivant; vivant pour le pendre, mort
pour le traîner à la voirie!

- Allons, dit Anne d’Autriche, c’est raisonnable, puisque vous ne
demandez à une reine que le sixième de ce que proposait le
parlement.

Et elle signa une promesse de cent mille livres.

- Après? dit-elle.

- Madame, mon ami du Vallon est riche, et n’a par conséquent rien
à désirer comme fortune; mais je crois me rappeler qu’il a été
question entre lui et M. de Mazarin d’ériger sa terre en baronnie.
C’est même, autant que je puis me le rappeler, une chose promise.

- Un croquant! dit Anne d’Autriche. On en rira.

- Soit, dit d’Artagnan. Mais je suis sûr d’une chose, c’est que
ceux qui en riront devant lui ne riront pas deux fois.

- Va pour la baronnie, dit Anne d’Autriche, et elle signa.

- Maintenant, reste le chevalier ou l’abbé d’Herblay, comme Votre
Majesté voudra.

- Il veut être évêque?

- Non pas, Madame, il désire une chose plus facile.

- Laquelle?

- C’est que le roi daigne être le parrain du fils de madame de
Longueville.

La reine sourit.

- M. de Longueville est de race royale, Madame, dit d’Artagnan.

- Oui, dit la reine; mais son fils?

- Son fils, Madame... doit en être, puisque le mari de sa mère en
est.

- Et votre ami n’a rien à demander de plus pour madame de
Longueville?

- Non, Madame; car il présume que Sa Majesté le roi, daignant
être le parrain de son enfant, ne peut pas faire à la mère, pour
les relevailles, un cadeau de moins de cinq cent mille livres, en
conservant, bien entendu, au père le gouvernement de la Normandie.

- Quant au gouvernement de la Normandie, je crois pouvoir
m’engager, dit la reine; mais quant aux cinq cent mille livres,
M. le cardinal ne cesse de me répéter qu’il n’y a plus d’argent
dans les coffres de État.

- Nous en chercherons ensemble, Madame, si Votre Majesté le
permet, et nous en trouverons.

- Après?

- Après, Madame?...

- Oui.

- C’est tout.

- N’avez-vous donc pas un quatrième compagnon?

- Si fait, Madame; M. le comte de La Fère.

- Que demande-t-il?

- Il ne demande rien.

- Rien?

- Non.

- Il y a au monde un homme qui, pouvant demander, ne demande pas?

- Il y a M. le comte de La Fère, Madame; M. le comte de La Fère
n’est pas un homme.

- Qu’est-ce donc?

- M. le comte de La Fère est un demi-dieu.

- N’a-t-il pas un fils, un jeune homme, un parent, un neveu, dont
Comminges m’a parlé comme d’un brave enfant, et qui a rapporté
avec M. de Châtillon les drapeaux de Lens?

- Il a, comme Votre Majesté le dit, un pupille qui s’appelle le
vicomte de Bragelonne.

- Si on donnait à ce jeune homme un régiment, que dirait son
tuteur?

- Peut-être accepterait-il.

- Peut-être!

- Oui, si Votre Majesté elle-même le priait d’accepter.

- Vous l’avez dit, monsieur, voilà un singulier homme. Eh bien,
nous y réfléchirons, et nous le prierons peut-être. Êtes-vous
content, monsieur?

- Oui, Votre Majesté. Mais il y a une chose que la reine n’a pas
signée.

- Laquelle?

- Et cette chose est la plus, importante.

- L’acquiescement au traité?

- Oui.

- À quoi bon? je signe le traité demain.

- Il y a une chose que je crois pouvoir affirmer à Votre Majesté,
dit d’Artagnan: c’est que si Votre Majesté ne signe pas cet
acquiescement aujourd’hui, elle ne trouvera pas le temps de signer
plus tard. Veuillez donc, je vous en supplie, écrire au bas de ce
programme, tout entier de la main de M. de Mazarin, comme vous le
voyez:

«Je consens à ratifier le traité proposé par les Parisiens.»

Anne était prise, elle ne pouvait reculer, elle signa. Mais à
peine eut-elle signé que l’orgueil éclata en elle comme une
tempête, et qu’elle se prit à pleurer. D’Artagnan tressaillit en
voyant ces larmes. Dès ce temps les reines pleuraient comme de
simples femmes.

Le Gascon secoua la tête. Ces larmes royales semblaient lui brûler
le coeur.

- Madame, dit-il en s’agenouillant, regardez le malheureux
gentilhomme qui est à vos pieds, il vous prie de croire que sur un
geste de Votre Majesté tout lui serait possible. Il a foi en lui-
même, il a foi en ses amis, il veut aussi avoir foi en sa reine;
et la preuve qu’il ne craint rien, qu’il ne spécule sur rien,
c’est qu’il ramènera M. de Mazarin à Votre Majesté sans
conditions. Tenez, Madame, voici les signatures sacrées de Votre
Majesté; si vous croyez devoir me les rendre, vous le ferez. Mais,
à partir de ce moment, elles ne vous engagent plus à rien.

Et d’Artagnan, toujours à genoux, avec un regard flamboyant
d’orgueil et de mâle intrépidité, remit en masse à Anne d’Autriche
ces papiers qu’il avait arrachés un à un et avec tant de peine.

Il y a des moments, car si tout n’est pas bon, tout n’est pas
mauvais dans ce monde, il y a des moments où, dans les coeurs les
plus secs et les plus froids, germe, arrosé par les larmes d’une
émotion extrême, un sentiment généreux, que le calcul et l’orgueil
étouffent si un autre sentiment ne s’en empare pas à sa naissance.
Anne était dans un de ces moments-là. D’Artagnan, en cédant à sa
propre émotion, en harmonie avec celle de la reine, avait accompli
l’oeuvre d’une profonde diplomatie; il fut donc immédiatement
récompensé de son adresse ou de son désintéressement, selon qu’on
voudra faire honneur à son esprit ou à son coeur de la raison qui
le fit agir.

- Vous aviez raison, monsieur, dit Anne, je vous avais méconnu.
Voici les actes signés que je vous rends librement; allez et
ramenez-moi au plus vite le cardinal.

- Madame, dit d’Artagnan, il y a vingt ans, j’ai bonne mémoire,
que j’ai eu l’honneur, derrière une tapisserie de l’Hôtel de
Ville, de baiser une de ces belles mains.

- Voici l’autre, dit la reine, et pour que la gauche ne soit pas
moins libérale que la droite (elle tira de son doigt un diamant à
peu près pareil au premier), prenez et gardez cette bague en
mémoire de moi.

- Madame, dit d’Artagnan en se relevant, je n’ai plus qu’un
désir, c’est que la première chose que vous me demandiez, ce soit
ma vie.

Et, avec cette allure qui n’appartenait qu’à lui, il se releva et
sortit.

- J’ai méconnu ces hommes, dit Anne d’Autriche en regardant
s’éloigner d’Artagnan, et maintenant il est trop tard pour que je
les utilise: dans un an le roi sera majeur!

Quinze heures après, d’Artagnan et Porthos ramenaient Mazarin à la
reine, et recevaient, l’un son brevet de lieutenant-capitaine des
mousquetaires, l’autre son diplôme de baron.
- Eh bien! êtes-vous contents? demanda Anne d’Autriche.

D’Artagnan s’inclina. Porthos tourna et retourna son diplôme entre
ses doigts en regardant Mazarin.
- Qu’y a-t-il donc encore? demanda le ministre.
- Il y a, Monseigneur, qu’il avait été question d’une promesse de
chevalier de l’ordre à la première promotion.
- Mais, dit Mazarin, vous savez, monsieur le baron, qu’on ne peut
être chevalier de l’ordre sans faire ses preuves.
- Oh! dit Porthos, ce n’est pas pour moi, Monseigneur, que j’ai
demandé le cordon bleu.
- Et pour qui donc? demanda Mazarin.
- Pour mon ami, M. le comte de La Fère.
- Oh! celui-là, dit la reine, c’est autre chose: les preuves sont
faites.
- Il l’aura?
- Il l’a.

Le même jour le traité de Paris était signé, et l’on proclamait
partout que le cardinal s’était enfermé pendant trois jours pour
l’élaborer avec plus de soin.

Voici ce que chacun gagnait à ce traité:

M. de Conti avait Damvilliers, et, ayant fait ses preuves comme
général, il obtenait de rester homme d’épée et de ne pas devenir
cardinal. De plus, on avait lâché quelques mots d’un mariage avec
une nièce de Mazarin; ces quelques mots avaient été accueillis
avec faveur par le prince, à qui il importait peu avec qui on le
marierait, pourvu qu’on le mariât.

M. le duc de Beaufort faisait son entrée à la cour avec toutes les
réparations dues aux offenses qui lui avaient été faites et tous
les honneurs qu’avait droit de réclamer son rang. On lui accordait
la grâce pleine et entière de ceux qui l’avaient aidé dans sa
fuite, la survivance de l’amirauté que tenait le duc de Vendôme
son père, et une indemnité pour ses maisons et châteaux que le
parlement de Bretagne avait fait démolir.

Le duc de Bouillon recevait des domaines d’une égale valeur à sa
principauté de Sedan, une indemnité pour les huit ans de non-
jouissance de cette principauté, et le titre de prince accordé à
lui et à ceux de sa maison.

M. le duc de Longueville, le gouvernement du Pont-de-l’Arche, cinq
cent mille livres pour sa femme et l’honneur de voir son fils tenu
sur les fonts de baptême par le jeune roi et la jeune Henriette
d’Angleterre.

Aramis stipula que ce serait Bazin qui officierait à cette
solennité et que ce serait Planchet qui fournirait les dragées.

Le duc d’Elbeuf obtint le paiement de certaines sommes dues à sa
femme, cent mille livres pour l’aîné de ses fils et vingt-cinq
mille pour chacun des trois autres.

Il n’y eut que le coadjuteur qui n’obtint rien; on lui promit bien
de négocier l’affaire de son chapeau avec le pape; mais il savait
quel fonds il fallait faire sur de pareilles promesses venant de
la reine et de Mazarin. Tout au contraire de M. de Conti, ne
pouvant devenir cardinal, il était forcé de demeurer homme d’épée.

Aussi, quand tout Paris se réjouissait de la rentrée du roi, fixée
au surlendemain, Gondy seul, au milieu de l’allégresse générale,
était-il de si mauvaise humeur, qu’il envoya chercher à l’instant
deux hommes qu’il avait l’habitude de faire appeler quand il était
dans cette disposition d’esprit.

Ces deux hommes étaient, l’un le comte de Rochefort, l’autre le
mendiant de Saint-Eustache.

Ils vinrent avec leur ponctualité ordinaire, et le coadjuteur
passa une partie de la nuit avec eux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XCVI. Comme quoi avec une plume
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LIX. Le vengeur
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XVI. Le château de Bragelonne
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XXXII Le bac de l'Oise.
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) VI. D’Artagnan à quarante ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: