PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

Rappel du premier message :

Titange


Ça, c'est un vrai conte de Noël, si y en a un! dit le vieux Jean Bilodeau. Vous 
en auriez pas encore un à nous conter, Jos? Vous avez le temps d'icitte à la messe 
de Mênuit.
-C'est ça, encore un, père Jos! dit Phémie Boisvert. Vous en sauriez pas un sus 
la chasse-galerie, c'te machine dont vous venez de parler?
-Bravo! s'écria tout le monde à la ronde, un conte de Noël sus la chasse-
galerie!
Jos Violon ne se faisait jamais prier.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:30

Mais on eut beau recommencer, le canot restait là, le nez dans la neige, comme 
un corps sans âme.
-Mes serpents verts! que crie Titange en lâchant une bordée de sacres; y en a 
parmi vous autres qui trichent. Débarquez les uns après les autres, on voira ben.
Mais on eut beau débarquer les uns après les autres, pas d'affaires! la machine 
partait pas.
-Eh ben, j'y vas tout seul, mes calvaires! et que le gueulard du Saint-Maurice 
fasse une fricassée de vos tripes! « Satan roi des Enfers... » Exétéra.
Mais il eut beau crier: « Fais-moi voyager par-dessus les montagnes », 
bernique! le possédé était tant seurement pas fichu de voyager par-dessus une 
clôture.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:31

Le canot était gelé raide.
Pour lorse, comme dit M. le curé, ce fut une tempête que les cheveux m'en 
redressent encore rien que d'y penser.
-Ma hache! ma hache! que criait Titange en s'égosillant comme un vrai 
nergumène. Je tue, j'assomme, j'massacre!... Ma hache!...
Par malheur, y s'en trouvait ben, une de hache, dans le fond du canot.
Le malvat l'empoigne, et, dret deboute sus une des tôtes, et ses oreilles de 
calèche dans le vent, y la fait tourner cinq ou six fois autour de sa tête, que c'en 
était effrayant. Y se connaissait pus!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:31

C'était une vraie curiosité, les enfants, de voir ce petit maigrechigne qu'avait 
l'air d'un maringouin pommonique, et pi qui faisait un sacacoua d'enfer, qu'on 
aurait dit une bande de bouledogues déchaînés.
Tout le chantier r'soudit, c'pas, et fut témoin de l'affaire.
C'est au canot qu'il en voulait, à c't'heure.
- Toi, qu'y dit, mon cierge bleu! J'ai récité les mots corrects; tu vas partir ou 
ben tu diras pourquoi!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:31

Et en disant ça, y se lance avec sa hache pour démantibuler le devant du canot, 
là où c'quétait ma petite image.
Bon sang de mon âme! on n'eut que le temps de jeter un cri.
La hache s'était accrochée d'une branche, avait fait deux tours en y échappant 
des mains et était venue retimber dret sus le bras étendu du malfaisant que la 
secousse avait fait glisser les quat' fers en l'air dans le fond du canot. Le pauvre 
diable avait les nerfs du poignet coupés net. Ce soir-là, à mênuit, tout le chantier se 
mit à genoux et dit le chapelet en l'honneur de l'Enfant-Jésus.
Plusse que ça, le jour de l'An au soir, y nous arrivit un bon vieux missionnaire 
dans le chanquier, et on se fit pas prier pour aller à confesse tout ce que j'en étions, 
c'est tout c'que j'ai à vous dire; Titange le premier.
Tout piteux d'avoir si mal réussi à mettre le bon Dieu en cache, y profitit même 
de l'occasion pour prendre le bord de Trois-Rivières, sans viser un seul instant, j'en 
signerais mon papier, à aller farauder les créatures cheux le bom' Câlice Doucet de 
la Banlieue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:31

Une couple d'années après ça, en passant aux Forges du Saint-Maurice, 
j'aperçus, accroupi sus le perron de la chapelle, un pauvre quêteux qu'avait le 
poignet tout crochi et qui tendait la main avec des doigts encroustillés et racotillés 
sans comparaison comme un croxignole de Noël.
En m'approchant pour y donner un sou, je reconnus Titange à Johnny 
Morissette, mon ancien piqueux.
Et cric, crac, cra! Exétéra.
La Noël au Canada.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: