PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

Titange


Ça, c'est un vrai conte de Noël, si y en a un! dit le vieux Jean Bilodeau. Vous 
en auriez pas encore un à nous conter, Jos? Vous avez le temps d'icitte à la messe 
de Mênuit.
-C'est ça, encore un, père Jos! dit Phémie Boisvert. Vous en sauriez pas un sus 
la chasse-galerie, c'te machine dont vous venez de parler?
-Bravo! s'écria tout le monde à la ronde, un conte de Noël sus la chasse-
galerie!
Jos Violon ne se faisait jamais prier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

-Ça y est, dit-il. Cric, crac, les enfants... Parli, parlo, parlons...
Exétéra... Et il était entré en matière:
C'était donc pour vous dire, les enfants, que, c't'année-là, j'avions pris un 
engagement pour aller travailler de la grand'hache, au service du vieux Dawson, 
qu'avait ouvert un chanquier à l'entrée de la rivière aux Rats, sus le Saint-Maurice, 
avec une bande de hurlots de Trois-Rivières, où c'qu'on avait mêlé tant seurement 
trois ou quatre chréquins de par en-bas.
Quoique les voyageurs de Trois-Rivières soient un set un peu roffe, comme 
vous verrez tout à l'heure, on passait pas encore un trop mauvais hiver, grâce à une 
avarie qu'arriva à un de nous autres, la veille de Noël au soir, et que je m'en vas 
vous raconter.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

Comme pour équarrir, vous savez, y faut une grand'hache avec un piqueux, le 
boss m'avait accouplé avec une espèce de galvaudeux que les camarades appelaient 
- vous avez qu'à voir! -jamais autrement que Titange.
Titange! c'est pas là, vous allez me dire, un surbroquet ben commun dans les 
chantiers. J'sus avec vous autres; mais enfin c'était pas de ma faute, y s'appelait 
comme ça.
Comment c'que ce nom-là y était venu?
Y tenait ça de sa mère... avec une paire d'oreilles, mes amis, qu'étaient pas 
manchottes, je vous le persuade. Deux vraies palettes d'avirons, sus vot' respèque!
Son père, Johnny Morissette, que j'avais connu dans le temps, était un homme 
de chantier un peu rare pour la solidité des fondations et, quoique d'un sang ben 
tranquille, un peu fier de son gabareau, comme on dit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

Imaginez la grimace que fit le pauvre homme, quand un beau printemps, en 
arrivant chez eux après son hivernement, sa femme vint y mettre sous le nez une

espèce de coquecigrue qu'avait l'air d'un petit beignet sortant de la graisse, en 
disant: « Embrasse ton garçon! »
-C'est que ça?... que fait Johnny Morissette qui manquit s'étouffer avec sa 
chique.
-Ça, c'est un petit ange que le bon Dieu nous a envoyé tandis que t'étais dans 
le bois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:26

-Un petit ange! que reprend le père; eh ben, vrai là, j'crairais plutôt que c'est 
un commencement de bonhomme pour faire peur aux oiseaux!
Enfin, y fallait ben le prendre comme il était, c'pas; et Johnny Morissette, 
qu'aimait à charader, voyait jamais passer un camarade dans la rue sans y crier:
-T'entres pas voir mon p'tit ange?
Ce qui fait, pour piquer au plus court, que tout le monde avait commencé par 
dire le p'tit ange à Johnny Morissette, et que, quand le bijou eut grandi, on avait 
fini par l'appeler Titange tout court.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:27

Quand je dis «grandi », faudrait pas vous mettre dans les ouïes, les enfants, 
que le jeune homme pût rien montrer en approchant du gabarit de son père. Ah! 
pour ça, non! Il était venu au monde avorton, et il était resté avorton. C'était un 
homme manqué, quoi! à l'exception des oreilles.
Et manquablement que ça le chicotait gros, parce que j'ai jamais vu dans toute 
ma vie de voyageur, ni sus les cages ni dans les bois, un petit tison d'homme pareil. 
C'était gros comme rien, et pour se reconsoler, je suppose, ça tempêtait, je vous 
mens pas, comme vingt-cinq chanquiers à lui tout seul.
À propos de toute comme à propos de rien, il avait toujours la hache au bout du 
bras et parlait rien que de tuer, d'assommer, de massacrer, de vous arracher les 
boyaux et de vous ronger le nez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:27

Les ceusses qui le connaissaient pas le prenaient pour un démon, comme de 
raison, et le craignaient comme la peste; mais moi je savais ben qu'il était pas si 
dangereux que tout ça. Et pi, comme j'étais matché avec, c'pas, fallait ben le 
prendre en patience. Ce qui fait qu'on était restés assez bons amis, malgré son petit 
comportement.
On jasait même quèque fois sus l'ouvrage, sans perdre de temps, ben entendu.
Un bon matin - c'était justement la veille de Noël - le v'là qui s'arrête tout d'un 
coup de piquer et qui me fisque dret entre les deux yeux, comme quèqu'un qu'a 
quèque chose de ben suspèque à lâcher.
Je m'arrête étout moi, et pi j'le regârde.
-Père Jos! qu'y me dit en reluquant autour de lui.
-Quoi c'que y a, Titange?
-Êtes-vous un homme secret, vous?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:28

-M'as-tu jamais vu bavasser? que je réponds.
-Non, mais je voudrais savoir si on peut se fier à votre indiscrétion.
-Dame, c'est selon, ça.
-Comment, c'est selon?
-C'est-à-dire que s'il s'agit pas de faire un mauvais coup...
-Y a pas de mauvais coup là-dedans; y s'agit tant seurement d'aller faire un 
petit spree à soir chez le bom' Câlice Doucet de la banlieue.
-Queue banlieue?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:28

-La banlieue de Trois-Rivières, donc. C'est un beau joueur de violon que le 
bom' Câlice Doucet; et pi les aveilles de Noël, comme ça, y a toujours une trâlée de 
créatures qui se rassemblent là pour danser.
-Mais aller danser à la banlieue de Trois-Rivières à soir! Quatre-vingts lieues 
au travers des bois, sans chemins ni voitures... viens-tu fou?
-J'avons pas besoin de chemins ni de voitures.
-Comment ça? T'imagines-tu qu'on peut voyager comme des oiseaux?
-On peut voyager ben mieux que des oiseaux, père Jos.
-Par-dessus les bois pi les montagnes?
-Par-dessus n'importe quoi.
-J'te comprends pas!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange   Jeu 13 Juin - 7:28

-Père Jos, qu'y dit en regardant encore tout autour de nous autres pour voir si 
j'étions ben seux, vous avez donc pas entendu parler de la chasse-galerie, vous?
-Si fait.
-Eh ben?
-Eh ben, t'as pas envie de courir la chasse-galerie, je suppose!
-Pourquoi pas? qu'y dit, on est pas des enfants.
Ma grand' conscience! en entendant ça, mes amis, j'eus une souleur. Je sentis, 
sus vot' respèque, comme une haleine de chaleur qui m'aurait passé devant la 
physionomie. Je baraudais sur mes jambes et le manche de ma grand'hache me 
fortillait si tellement dans les mains que je manquis la ligne par deux fois de suite, 
c'qui m'était pas arrivé de l'automne.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Titange
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: