PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:09

III

Agape

Le repas était servi d'une manière bizarre et dans toute sorte de vaisselles
extravagantes et pittoresques.

De grands verres de Venise, traversés de spirales laiteuses, des vidrecomes
allemands historiés de blasons, de légendes, des cruches flamandes en grès
émaillé, des flacons à col grêle, encore entourés de leurs nattes de roseaux,
remplaçaient les verres, les bouteilles et les carafes.


Dernière édition par Nénuphar le Dim 28 Juil - 15:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:09

La porcelaine opaque de Louis Leboeuf et la faïence anglaise à fleurs, ornement
des tables bourgeoises, brillaient par leur absence; aucune assiette n'était
pareille, mais chacune avait son mérite particulier; la Chine, le Japon, la
Saxe, comptaient là des échantillons de leurs plus belles pâtes et de leurs plus
riches couleurs: le tout un peu écorné, un peu fêlé, mais d'un goût exquis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:09

Les plats étaient, pour la plupart, des émaux de Bernard de Palissy, ou des
faïences de Limoges et quelquefois le couteau du découpeur rencontrait, sous les
mets réels, un reptile, une grenouille ou un oiseau en relief. L'anguille
mangeable mêlait ses replis à ceux de la couleuvre moulée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:09

Un honnête philistin eût éprouvé quelque frayeur à la vue de ces convives
chevelus, barbus, moustachus, ou tondus d'une façon singulière, brandissant des
dagues du seizième siècle, des kriss malais, des navajas, et courbés sur des
nourritures auxquelles les reflets des lampes vacillantes prêtaient des
apparences suspectes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:09

Le dîner tirait à sa fin, déjà quelques-uns des plus fervents adeptes
ressentaient les effets de la pâte verte: j'avais, pour ma part, éprouvé une
transposition complète de goût. L'eau que je buvais me semblait avoir la saveur
du vin le plus exquis, la viande se changeait dans ma bouche en framboise, et
réciproquement. Je n'aurais pas discerné une côtelette d'une pêche.

Mes voisins commençaient à me paraître un peu originaux; ils ouvraient de
grandes prunelles de chat-huant; leur nez s'allongeait en proboscide; leur
bouche s'étendait en ouverture de grelot. Leurs figures se nuançaient de teintes
surnaturelles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:10

L'un d'eux, face pâle dans une barbe noire, riait aux éclats d'un spectacle
invisible; l'autre faisait d'incroyables efforts pour porter son verre à ses
lèvres, et ses contorsions pour y arriver excitaient des huées étourdissantes.

Celui-ci, agité de mouvements nerveux, tournait ses pouces avec une incroyable
agilité; celui-là, renversé sur le dos de sa chaise, les yeux vagues, les bras
morts, se laissait couler en voluptueux dans la mer sans fond de
l'anéantissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III   Dim 28 Juil - 15:10



Moi, accoudé sur la table, je considérais tout cela à la clarté d'un reste de
raison qui s'en allait et revenait par instants comme une veilleuse près de
s'éteindre. De sourdes chaleurs me parcouraient les membres, et la folie, comme
une vague qui écume sur une roche et se retire pour s'élancer de nouveau,
atteignait et quittait ma cervelle, qu'elle finit par envahir tout à fait.

L'hallucination, cet hôte étrange, s'était installée chez moi.

"Au salon, au salon! cria un des convives; n'entendez-vous pas ces choeurs
célestes? Les musiciens sont au pupitre depuis longtemps."

En effet, une harmonie délicieuse nous arrivait par bouffées à travers le
tumulte de la conversation.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: