PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:15

VI

Kief

Le thème attaqué était, je crois, l'air d'Agathe dans le Freyschütz; cette
mélodie céleste eut bientôt dissipé, comme un souffle qui balaie des nuées
difformes, les visions ridicules dont j'étais obsédé. Les larves grimaçantes se
retirèrent en rampant sous les fauteuils, où elles se cachèrent entre les plis
des rideaux en poussant de petits soupirs étouffés, et de nouveau il me sembla
que j'étais seul dans le salon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:15

L'orgue colossal de Fribourg ne produit pas, à coup sûr, une masse de sonorité
plus grande que le piano touché par le voyant (on appelle ainsi l'adepte sobre).
Les notes vibraient avec tant de puissance, qu'elles m'entraient dans la
poitrine comme des flèches lumineuses; bientôt l'air joué me parut sortir de
moi-même; mes doigts s'agitaient sur un clavier absent; les sons en
jaillissaient bleus et rouges, en étincelles électriques; l'âme de Weber s'était
incarnée en moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:15

Le morceau achevé, je continuai par des improvisations intérieures, dans le goût
du maître allemand, qui me causaient des ravissements ineffables; quel dommage
qu'une sténographie magique n'ait pu recueillir ces mélodies inspirées,
entendues de moi seul, et que je n'hésite pas, c'est bien modeste de ma part, à
mettre au-dessus des chefs-d'oeuvre de Rossini, de Meyerbeer, de Félicien David.

O Pillet! ô Vatel! un des trente opéras que je fis en dix minutes vous
enrichirait en six mois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:15

A la gaieté un peu convulsive du commencement avait succédé un bien-être
indéfinissable, un calme sans bornes.

J'étais dans cette période bienheureuse du hachich que les Orientaux appellent
le kief. Je ne sentais plus mon corps; les liens de la matière et de l'esprit
étaient déliés; je me mouvais par ma seule volonté dans un milieu qui n'offrait
pas de résistance.

C'est ainsi, je l'imagine, que doivent agir les âmes dans le monde aromal où
nous irons après notre mort.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:15


Une vapeur bleuâtre, un jour élyséen, un reflet de grotte azurine, formaient
dans la chambre une atmosphère où je voyais vaguement trembler des contours
indécis; cette atmosphère, à la fois fraîche et tiède, humide et parfumée,
m'enveloppait, comme l'eau d'un bain, dans un baiser d'une douceur énervante; si
je voulais changer de place, l'air caressant faisait autour de moi mille remous
voluptueux; une langueur délicieuse s'emparait de mes sens et me renversait sur
le sofa, où je m'affaissais comme un vêtement qu'on abandonne.

Je compris alors le plaisir qu'éprouvent, suivant leur degré de perfection, les
esprits et les anges en traversant les éthers et les cieux, et à quoi l'éternité
pouvait s'occuper dans les paradis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:16

Rien de matériel ne se mêlait à cette extase; aucun désir terrestre n'en
altérait la pureté. D'ailleurs, l'amour lui-même n'aurait pu l'augmenter, Roméo
hachichin eût oublié Juliette. La pauvre enfant, se penchant dans les jasmins,
eût tendu en vain du haut du balcon, à travers la nuit, ses beaux bras
d'albâtre, Roméo serait resté au bas de l'échelle de soie, et, quoique je sois
éperdument amoureux de l'ange de jeunesse et de beauté créé par Shakespeare, je
dois convenir que la plus belle fille de Vérone, pour un hachichin, ne vaut pas
la peine de se déranger.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:16



Aussi je regardais d'un oeil paisible, bien que charmé, la guirlande de femmes
idéalement belles qui couronnaient la frise de leur divine nudité; je voyais
luire des épaules de satin, étinceler des seins d'argent, plafonner de petits
pieds à plantes roses, onduler des hanches opulentes, sans éprouver la moindre
tentation. Les spectres charmants qui troublaient saint Antoine n'eussent eu
aucun pouvoir sur moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI   Dim 28 Juil - 15:16



Par un prodige bizarre, au bout de quelques minutes de contemplation, je me
fondais dans l'objet fixé, et je devenais moi-même cet objet.

Ainsi je m'étais transformé en nymphe Syrinx, parce que la fresque représentait
en effet la fille du Ladon poursuivie par Pan.

J'éprouvais toutes les terreurs de la pauvre fugitive, et je cherchais à me
cacher derrière des roseaux fantastiques, pour éviter le monstre à pieds de
bouc.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: