PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:10

IV

Un monsieur qui n'était pas invité

Le salon est une énorme pièce aux lambris sculptés et dorés, au plafond peint,
aux frises ornées de satyres poursuivant des nymphes dans les roseaux, à la
vaste cheminée de marbre de couleur, aux amples rideaux de brocatelle, où
respire le luxe des temps écoulés.

Des meubles de tapisserie, canapés, fauteuils et bergères, d'une largeur à
permettre aux jupes des duchesses et des marquises de s'étaler à l'aise,
reçurent les hachichins dans leurs bras moelleux et toujours ouverts.


Dernière édition par Nénuphar le Dim 28 Juil - 15:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:10

Une chauffeuse, à l'angle de la cheminée, me faisait des avances, je m'y
établis, et m'abandonnai sans résistance aux effets de la drogue fantastique.

Au bout de quelques minutes, mes compagnons, les uns après les autres,
disparurent, ne laissant d'autre vestige que leur ombre sur la muraille, qui
l'eut bientôt absorbée; - ainsi les taches brunes que l'eau fait sur le sable
s'évanouissent en séchant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:10


Et depuis ce temps, comme je n'eus plus la conscience de ce qu'ils faisaient, il
faudra vous contenter pour cette fois du récit de mes simples impressions
personnelles.

La solitude régna dans le salon, étoilé seulement de quelques clartés douteuses;
puis, tout à coup, il me passa un éclair rouge sous les paupières, une
innombrable quantité de bougies s'allumèrent d'elles-mêmes, et je me sentis
baigné par une lumière tiède et blonde. L'endroit où je me trouvais était bien
le même, mais avec la différence de l'ébauche au tableau; tout était plus grand,
plus riche, plus splendide. La réalité ne servait que de point de départ aux
magnificences de l'hallucination.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:11


Je ne voyais encore personne, et pourtant je devinais la présence d'une
multitude.

J'entendais des frôlements d'étoffes, des craquements d'escarpins, des voix qui
chuchotaient, susurraient, blésaient et zézayaient, des éclats de rire étouffés,
des bruits de pieds de fauteuil et de table. On tracassait les porcelaines, on
ouvrait et l'on refermait les portes; il se passait quelque chose d'inaccoutumé.

Un personnage énigmatique m'apparut soudainement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:11

Par où était-il entré? je l'ignore; pourtant sa vue ne me causa aucune frayeur:
il avait un nez recourbé en bec d'oiseau, des yeux verts entourés de trois
cercles bruns, qu'il essuyait fréquemment avec un immense mouchoir; une haute
cravate blanche empesée, dans le noeud de laquelle était passée une carte de
visite où se lisaient écrits ces mots: - Daucus-Carota, du Pot d'or, -
étranglait son col mince, et faisait déborder la peau de ses joues en plis
rougeâtres; un habit noir à basques carrées, d'où pendaient des grappes de
breloques, emprisonnait son corps bombé en poitrine de chapon. Quant à ses
jambes, je dois avouer qu'elles étaient faites d'une racine de mandragore,
bifurquée, noire, rugueuse, pleine de noeuds et de verrues, qui paraissait avoir
été arrachée de frais, car des parcelles de terre adhéraient encore aux
filaments. Ces jambes frétillaient et se tortillaient avec une activité
extraordinaire, et, quand le petit torse qu'elles soutenaient fut tout à fait
vis-à-vis de moi, l'étrange personnage éclata en sanglots, et, s'essuyant les
yeux à tour de bras, me dit de la voix la plus dolente:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV   Dim 28 Juil - 15:11


"C'est aujourd'hui qu'il faut mourir de rire!"

Et des larmes grosses comme des pois roulaient sur les ailes de son nez.

"De rire... de rire..." répétèrent comme un écho des choeurs de voix
discordantes et nasillardes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins IV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: