PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez
 

 Henri Barbusse. (1873-1935) Elles sont mortes. . .I

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Henri Barbusse. (1873-1935) Elles sont mortes. . .I Empty
MessageSujet: Henri Barbusse. (1873-1935) Elles sont mortes. . .I   Henri Barbusse. (1873-1935) Elles sont mortes. . .I Icon_minitimeVen 13 Jan - 19:15

Elles sont mortes. . .

I
Elles sont mortes, ses amies,
Ses amis sont là-bas, là-bas. . .
Elle s'avance à petits pas
Parmi des choses endormies.

Son âme se plaint doucement,
Dans les sous-bois, prés des fontaines,
Elle voit des formes lointaines
Qui vont, pleines d'apitoiement.

Devant sa pauvre âme tremblante
Tous les souvenirs sont passés,
Le soir, avec leurs dos lassés,
Et leur démarche nonchalante.

Dans son calme fauteuil de bois,
Je vois sa taille qui se penche,
Puis je vois sa figure blanche
Qui sourit parmi les sous-bois.

Ses pieds mignons foulent les mousses,
Les oiseaux ont de petits cris,
Et ses amours et ses yeux gris
Sont de vieilles histoires douces.

On eût dit qu'elle allait parler,
Ses lèvres chuchotaient entre elles,
Et l'on voyait dans ses mains frêles
L'habitude de consoler.

Mélancolique et matinale,
Quand je regarde, je la vois,
Très vieille avec sa vieille voix,
Dans les feuilles de soleil pâle.

Et ce n'est plus le beau soleil;
C'est le soir, dans le salon tiède:
Le feu, la lampe. . . On cause, on cède
Aux baisers aimants du sommeil.

Au foyer une flamme rampe,
Et dans le salon qui s'endort,
Quelques amis qu'éclaire encor
La lueur faible de la lampe. . .

Puis, il te faudra les quitter.
Le jour souffre et revit encore:
Mais toi, la blancheur de l'aurore
Ne te fera plus grelotter.

La mort viendra sans te le dire
Toucher tes lèvres sans couleur,
Où la joie, et puis la douleur
Sont mortes dans un lent sourire;

Puis ton coeur, maison du bon Dieu,
Où tant d'amis étaient ensemble
-Et leurs fronts dans la nuit qui tremble
Se diront vaguement adieu.

Tes yeux, où les jours sans secousses
Ont mis de la tranquillité,
Et tes épaules de beauté
Que la fatigue a faites douces.
Revenir en haut Aller en bas
 
Henri Barbusse. (1873-1935) Elles sont mortes. . .I
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le feu • Henri Barbusse
» Thiriet Henri [illustrateur] 1873 1946
» [AIDE] Récuperation de photos
» qu'elles sont vos voitures rc ?
» Lama Ole Nydahl.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: