PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie   Dim 14 Avr - 19:22

XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie

À six heures moins un quart, M. de Gondy avait fait toutes ses
courses et était rentré à l’archevêché.

À six heures on annonça le curé de Saint-Merri.

Le coadjuteur jeta vivement les yeux derrière lui et vit qu’il
était suivi d’un autre homme.

- Faites entrer, dit-il.

Le curé entra, et Planchet avec lui.

- Monseigneur, dit le curé de Saint-Merri, voici la personne dont
j’ai eu l’honneur de vous parler.

Planchet salua de l’air d’un homme qui a fréquenté les bonnes
maisons.

- Et vous êtes disposé à servir la cause du peuple? demanda
Gondy.

- Je crois bien, dit Planchet: je suis frondeur dans l’âme. Tel
que vous me voyez, Monseigneur, je suis condamné à être pendu.

- Et à quelle occasion?

- J’ai tiré des mains des sergents de Mazarin un noble seigneur
qu’ils reconduisaient à la Bastille, où il était depuis cinq ans.

- Vous le nommez?

- Oh! Monseigneur le connaît bien: c’est le comte de Rochefort.

- Ah! vraiment oui! dit le coadjuteur, j’ai entendu parler de
cette affaire: vous aviez soulevé tout le quartier, m’a-t-on dit?

- À peu près, dit Planchet d’un air satisfait de lui-même.

- Et vous êtes de votre état?...

- Confiseur, rue des Lombards.

- Expliquez-moi comment il se fait qu’exerçant un état si
pacifique vous ayez des inclinations si belliqueuses?

- Comment Monseigneur, étant Église, me reçoit-il maintenant en
habit de cavalier, avec l’épée au côté et les éperons aux bottes?

- Pas mal répondu, ma foi! dit Gondy en riant; mais, vous le
savez, j’ai toujours eu, malgré mon rabat, des inclinations
guerrières.

- Eh bien, Monseigneur, moi, avant d’être confiseur, j’ai été
trois ans sergent au régiment de Piémont, et avant d’être trois
ans au régiment de Piémont, j’ai été dix-huit mois laquais de
M. d’Artagnan.

- Le lieutenant aux mousquetaires? demanda Gondy.

- Lui-même, Monseigneur.

- Mais on le dit mazarin enragé?

- Heu... fit Planchet.

- Que voulez-vous dire?

- Rien, Monseigneur. M. d’Artagnan est au service; M. d’Artagnan
fait son état de défendre Mazarin, qui le paye, comme nous
faisons, nous autres bourgeois, notre état d’attaquer le Mazarin,
qui nous vole.

- Vous êtes un garçon intelligent, mon ami, peut-on compter sur
vous?

- Je croyais, dit Planchet, que M. le curé vous avait répondu
pour moi.

- En effet; mais j’aime à recevoir cette assurance de votre
bouche.

- Vous pouvez compter sur moi, Monseigneur, pourvu qu’il s’agisse
de faire un bouleversement par la ville.

- Il s’agit justement de cela. Combien d’hommes croyez-vous
pouvoir rassembler dans la nuit?

- Deux cents mousquets et cinq cents hallebardes.

- Qu’il y ait seulement un homme par chaque quartier qui en fasse
autant, et demain nous aurons une assez forte armée.

- Mais oui.

- Seriez-vous disposé à obéir au comte de Rochefort?

- Je le suivrais en enfer; et ce n’est pas peu dire, car je le
crois capable d’y descendre.

- Bravo!

- À quel signe pourra-t-on distinguer demain les amis des
ennemis?

- Tout frondeur peut mettre un noeud de paille à son chapeau.

- Bien. Donnez la consigne.

- Avez-vous besoin d’argent?

- L’argent ne fait jamais de mal en aucune chose, Monseigneur. Si
on n’en a pas, on s’en passera; si on en a, les choses n’iront que
plus vite et mieux.

Gondy alla à un coffre et tira un sac.

- Voici cinq cents pistoles, dit-il; et si l’action va bien,
comptez demain sur pareille somme.

- Je rendrai fidèlement compte à Monseigneur de cette somme, dit
Planchet en mettant le sac sous son bras.

- C’est bien, je vous recommande le cardinal.

- Soyez tranquille, il est en bonnes mains.

Planchet sortit, le curé resta un peu en arrière.

- Êtes-vous content, Monseigneur? dit-il.

- Oui, cet homme m’a l’air d’un gaillard résolu.

- Eh bien, il fera plus qu’il n’a promis.

- C’est merveilleux alors.

Et le curé rejoignit Planchet, qui l’attendait sur l’escalier. Dix
minutes après on annonçait le curé de Saint-Sulpice.

Dès que la porte du cabinet de Gondy fut ouverte, un homme s’y
précipita, c’était le comte de Rochefort.

- C’est donc vous, mon cher comte! dit de Gondy en lui tendant la
main.

- Vous êtes donc enfin décidé, Monseigneur? dit Rochefort.

- Je l’ai toujours été, dit Gondy.

- Ne parlons plus de cela, vous le dites, je vous crois; nous
allons donner le bal au Mazarin.

- Mais... je l’espère.

- Et quand commencera la danse?

- Les invitations se font pour cette nuit, dit le coadjuteur,
mais les violons ne commenceront à jouer que demain matin.

- Vous pouvez compter sur moi et sur cinquante soldats que m’a
promis le chevalier d’Humières, dans l’occasion où j’en aurais
besoin.

- Sur cinquante soldats?

- Oui; il fait des recrues et me les prête; la fête finie, s’il
en manque, je les remplacerai.

- Bien, mon cher Rochefort; mais ce n’est pas tout.

- Qu’y a-t-il encore? demanda Rochefort en souriant.

- M. de Beaufort, qu’en avez-vous fait?

- Il est dans le Vendômois, où il attend que je lui écrive de
revenir à Paris.

- Écrivez-lui, il est temps.

- Vous êtes donc sûr de votre affaire?

- Oui, mais il faut qu’il se presse; car à peine le peuple de
Paris va-t-il être révolté, que nous aurons dix princes pour un
qui voudront se mettre à sa tête: s’il tarde, il trouvera la place
prise.

- Puis-je lui donner avis de votre part?

- Oui, parfaitement.

- Puis-je lui dire qu’il doit compter sur vous?

- À merveille.

- Et vous lui laisserez tout pouvoir?

- Pour la guerre, oui; quant à la politique...

- Vous savez que ce n’est pas son fort.

- Il me laissera négocier à ma guise mon chapeau de cardinal.

- Vous y tenez?

- Puisqu’on me force de porter un chapeau d’une forme qui ne me
convient pas, dit Gondy, je désire au moins que ce chapeau soit
rouge.

- Il ne faut pas disputer des goûts et des couleurs, dit
Rochefort en riant; je réponds de son consentement.

- Et vous lui écrivez ce soir?

- Je fais mieux que cela, je lui envoie un messager.

- Dans combien de jours peut-il être ici?

- Dans cinq jours.

- Qu’il vienne, et il trouvera un changement.

- Je le désire.

- Je vous en réponds.

- Ainsi?

- Allez rassembler vos cinquante hommes et tenez-vous prêt.

- À quoi?

- À tout.

- Y a-t-il un signe de ralliement?

- Un noeud de paille au chapeau.

- C’est bien. Adieu, Monseigneur.

- Adieu, mon cher Rochefort.

- Ah! mons Mazarin, mons Mazarin! dit Rochefort en entraînant son
curé, qui n’avait pas trouvé moyen de placer un mot dans ce
dialogue, vous verrez si je suis trop vieux pour être un homme
d’action!

Il était neuf heures et demie, il fallait bien une demi-heure au
coadjuteur pour se rendre de l’archevêché à la tour de Saint-
Jacques-la-Boucherie.

Le coadjuteur remarqua qu’une lumière veillait à l’une des
fenêtres les plus élevées de la tour.

- Bon, dit-il, notre syndic est à son poste.

Il frappa, on vint lui ouvrir. Le vicaire lui-même l’attendait et
le conduisit en l’éclairant jusqu’au haut de la tour; arrivé là,
il lui montra une petite porte, posa la lumière dans un angle de
la muraille pour que le coadjuteur pût la trouver en sortant, et
descendit.

Quoique la clef fût à la porte, le coadjuteur frappa.

- Entrez, dit une voix que le coadjuteur reconnut pour celle du
mendiant.

De Gondy entra. C’était effectivement le donneur d’eau bénite du
parvis Saint-Eustache. Il attendait couché sur une espèce de
grabat.

En voyant entrer le coadjuteur il se leva.

Dix heures sonnèrent.

- Eh bien! dit Gondy, m’as-tu tenu parole?

- Pas tout à fait, dit le mendiant.

- Comment cela?

- Vous m’avez demandé cinq cents hommes, n’est-ce pas?

- Oui, eh bien?

- Eh bien! je vous en aurai deux mille.

- Tu ne te vantes pas?

- Voulez-vous une preuve?

- Oui.

Trois chandelles étaient allumées, chacune d’elles brûlant devant
une fenêtre dont l’une donnait sur la Cité, l’autre sur le Palais-
Royal, l’autre sur la rue Saint-Denis.

L’homme alla silencieusement à chacune des trois chandelles et les
souffla l’une après l’autre.

Le coadjuteur se trouva dans l’obscurité, la chambre n’était plus
éclairée que par le rayon incertain de la lune perdue dans les
gros nuages noirs dont elle frangeait d’argent les extrémités.

- Qu’as-tu fait? dit le coadjuteur.

- J’ai donné le signal.

- Lequel?

- Celui des barricades.

- Ah! ah!

- Quand vous sortirez d’ici vous verrez mes hommes à l’oeuvre.
Prenez seulement garde de vous casser les jambes en vous heurtant
à quelque chaîne ou en vous laissant tomber dans quelque trou.

- Bien! Voici la somme, la même que celle que tu as reçue.
Maintenant souviens-toi que tu es un chef et ne va pas boire.

- Il y a vingt ans que je n’ai bu que de l’eau.

L’homme prit le sac des mains du coadjuteur, qui entendit le bruit
que faisait la main en fouillant et en maniant les pièces d’or.

- Ah! ah! dit le coadjuteur, tu es avare, mon drôle.

Le mendiant poussa un soupir et rejeta le sac.

- Serai-je donc toujours le même, dit-il, et ne parviendrai-je
jamais à dépouiller le vieil homme? O misère, ô vanité!

- Tu le prends, cependant.

- Oui, mais je fais voeu devant vous d’employer ce qui me restera
à des oeuvres pies.

Son visage était pâle et contracté comme l’est celui d’un homme
qui vient de subir une lutte intérieure.

- Singulier homme! murmura Gondy.

Et il prit son chapeau pour s’en aller, mais en se retournant il
vit le mendiant entre lui et la porte.

Son premier mouvement fut que cet homme lui voulait quelque mal.

Mais bientôt, au contraire, il lui vit joindre les deux mains et
il tomba à genoux.

- Monseigneur, lui dit-il, avant de me quitter, votre
bénédiction, je vous prie.

- Monseigneur! s’écria Gondy; mon ami, tu me prends pour un
autre.

- Non, Monseigneur, je vous prends pour ce que vous êtes, c’est-
à-dire pour M. le coadjuteur; je vous ai reconnu du premier coup
d’oeil.

Gondy sourit.

- Et tu veux ma bénédiction? dit-il.

- Oui, j’en ai besoin.

Le mendiant dit ces paroles avec un ton d’humilité si grande et de
repentir si profond, que Gondy étendit sa main sur lui et lui
donna sa bénédiction avec toute l’onction dont il était capable.

- Maintenant, dit le coadjuteur, il y a communion entre nous. Je
t’ai béni et tu m’es sacré, comme à mon tour je le suis pour toi.
Voyons, as-tu commis quelque crime que poursuive la justice
humaine dont je puisse te garantir?

Le mendiant secoua la tête.

- Le crime que j’ai commis, Monseigneur, ne relève point de la
justice humaine, et vous ne pouvez m’en délivrer qu’en me
bénissant souvent comme vous venez de le faire.

- Voyons, sois franc, dit le coadjuteur, tu n’as pas fait toute
ta vie le métier que tu fais?

- Non, Monseigneur, je ne le fais pas depuis six ans.

- Avant de le faire, où étais-tu?

- À la Bastille.

- Et avant d’être à la Bastille?

- Je vous le dirai, Monseigneur, le jour où vous voudrez bien
m’entendre en confession.

- C’est bien. À quelque heure du jour ou de la nuit que tu te
présentes, souviens-toi que je suis prêt à te donner l’absolution.

- Merci, Monseigneur, dit le mendiant d’une voix sourde, mais je
ne suis pas encore prêt à la recevoir.

- C’est bien. Adieu.

- Adieu, Monseigneur, dit le mendiant en ouvrant la porte et en
se courbant devant le prélat.

Le coadjuteur prit la chandelle, descendit et sortit tout rêveur.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XLIX. La tour de Saint-Jacques-la-Boucherie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LIX. Le vengeur
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XVI. Le château de Bragelonne
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XXXII Le bac de l'Oise.
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) VI. D’Artagnan à quarante ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: