PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XC. Le bras et l’esprit

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XC. Le bras et l’esprit   Lun 15 Avr - 19:41


XC. Le bras et l’esprit

Le souper fut silencieux, mais non pas triste; car de temps en
temps un de ces fins sourires qui lui étaient habituels dans ses
moments de bonne humeur illuminait le visage de d’Artagnan.
Porthos ne perdait pas un de ces sourires, et à chacun d’eux il
poussait quelque exclamation qui indiquait à son ami que,
quoiqu’il ne la comprît pas, il n’abandonnait pas davantage la
pensée qui bouillonnait dans son cerveau.

Au dessert, d’Artagnan se coucha sur sa chaise, croisa une jambe
sur l’autre, et se dandina de l’air d’un homme parfaitement
satisfait de lui-même.

Porthos appuya son menton sur ses deux mains, posa ses deux coudes
sur la table et regarda d’Artagnan avec ce regard confiant qui
donnait à ce colosse une si admirable expression de bonhomie.

- Eh bien? fit d’Artagnan au bout d’un instant.

- Eh bien? répéta Porthos.

- Vous disiez donc, cher ami?...

- Moi! je ne disais rien.

- Si fait, vous disiez que vous aviez envie de vous en aller
d’ici.

- Ah! pour cela, oui, ce n’est point l’envie qui me manque.

- Et vous ajoutiez que, pour vous en aller d’ici, il ne
s’agissait que de desceller une porte ou une muraille.

- C’est vrai, je disais cela, et même je le dis encore.

- Et moi je vous répondais, Porthos, que c’était un mauvais
moyen, et que nous ne ferions point cent pas sans être repris et
assommés, à moins que nous n’eussions des habits pour nous
déguiser et des armes pour nous défendre.

- C’est vrai, il nous faudrait des habits et des armes.

- Eh bien! dit d’Artagnan en se levant, nous les avons, ami
Porthos, et même quelque chose de mieux.

- Bah! dit Porthos en regardant autour de lui.

- Ne cherchez pas, c’est inutile, tout cela viendra nous trouver
au moment voulu. À quelle heure à peu près avons-nous vu se
promener hier les deux gardes suisses?

- Une heure, je crois, après que la nuit fut tombée.

- S’ils sortent aujourd’hui comme hier, nous ne serons donc pas
un quart d’heure à attendre le plaisir de les voir.

- Le fait est que nous serons un quart d’heure tout au plus.

- Vous avez toujours le bras assez bon, n’est-ce pas, Porthos?

Porthos déboutonna sa manche, releva sa chemise, et regarda avec
complaisance ses bras nerveux, gros comme la cuisse d’un homme
ordinaire.

- Mais oui, dit-il, assez bon.

- De sorte que vous feriez, sans trop vous gêner, un cerceau de
cette pincette et un tire-bouchon de cette pelle?

- Certainement, dit Porthos.

- Voyons, dit d’Artagnan.

Le géant prit les deux objets désignés et opéra avec la plus
grande facilité et sans aucun effort apparent les deux
métamorphoses désirées par son compagnon.

- Voilà! dit-il.

- Magnifique! dit d’Artagnan, et véritablement vous êtes doué,
Porthos.

- J’ai entendu parler, dit Porthos, d’un certain Milon de Crotone
qui faisait des choses fort extraordinaires, comme de serrer son
front avec une corde et de la faire éclater, de tuer un boeuf d’un
coup de poing et de l’emporter chez lui sur ses épaules, d’arrêter
un cheval par les pieds de derrière, etc., etc. Je me suis fait
raconter toutes ses prouesses, là-bas à Pierrefonds, et j’ai fait
tout ce qu’il faisait, excepté de briser une corde en enflant mes
tempes.

- C’est que votre force n’est pas dans votre tête, Porthos, dit
d’Artagnan.

- Non, elle est dans mes bras et dans mes épaules, répondit
naïvement Porthos.

- Eh bien! mon ami, approchons de la fenêtre et servez-vous de
votre force pour desceller un barreau. Attendez que j’éteigne la
lampe.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XC. Le bras et l’esprit
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LIX. Le vengeur
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XVI. Le château de Bragelonne
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XXXII Le bac de l'Oise.
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) VI. D’Artagnan à quarante ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: