PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXXXIX. L’esprit et le bras (Suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXXXIX. L’esprit et le bras (Suite)   Lun 15 Avr - 19:35

LXXXIX. L’esprit et le bras (Suite)

- Bon! dit Porthos, encore du mouton!

- Mon cher monsieur de Comminges, dit d’Artagnan, vous saurez que
mon ami, M. du Vallon, est décidé à se porter aux plus dures
extrémités, si M. de Mazarin s’obstine à le nourrir de cette sorte
de viande.

- Je déclare même, dit Porthos, que je ne mangerai de rien autre
chose si on ne l’emporte pas.

- Emportez le mouton, dit Comminges, je veux que M. du Vallon
soupe agréablement, d’autant plus que j’ai à lui annoncer une
nouvelle qui, j’en suis sûr, va lui donner de l’appétit.

- M. de Mazarin serait-il trépassé? demanda Porthos.

- Non, j’ai même le regret de vous annoncer qu’il se porte à
merveille.

- Tant pis, dit Porthos.

- Et quelle est cette nouvelle? demanda d’Artagnan. C’est du
fruit si rare qu’une nouvelle en prison, que vous excuserez, je
l’espère, mon impatience, n’est-ce pas, monsieur de Comminges?
d’autant plus que vous nous avez laissé entendre que la nouvelle
était bonne.

- Seriez-vous aise de savoir que M. le comte de La Fère se porte
bien? répondit Comminges.

Les petits yeux de d’Artagnan s’ouvrirent démesurément.

- Si j’en serais aise! s’écria-t-il, j’en serais plus qu’aise,
j’en serais heureux.

- Eh bien! je suis chargé par lui-même de vous présenter tous ses
compliments et de vous dire qu’il est en bonne santé.

D’Artagnan faillit bondir de joie. Un coup d’oeil rapide traduisit
à Porthos sa pensée: «Si Athos sait où nous sommes, disait ce
regard, s’il nous fait parler, avant peu Athos agira.»

Porthos n’était pas très habile à comprendre les coups d’oeil;
mais cette fois, comme il avait, au nom d’Athos, éprouvé la même
impression que d’Artagnan, il comprit.

- Mais, demanda timidement le Gascon, M. le comte de La Fère,
dites-vous, vous a chargé de tous ses compliments pour M. du
Vallon et moi?

- Oui, monsieur.

- Vous l’avez donc vu?

- Sans doute.

- Où cela? sans indiscrétion.

- Bien près d’ici, répondit Comminges en souriant.

- Bien près d’ici! répéta d’Artagnan, dont les yeux étincelèrent.

- Si près, que si les fenêtres qui donnent dans l’orangerie
n’étaient pas bouchées, vous pourriez le voir de la place où vous
êtes.

Il rôde aux environs du château, pensa d’Artagnan. Puis tout haut:

- Vous l’avez rencontré à la chasse, dit-il, dans le parc peut-
être?

- Non pas, plus près, plus près encore. Tenez, derrière ce mur,
dit Comminges en frappant contre ce mur.

- Derrière ce mur? Qu’y a-t-il donc derrière ce mur? On m’a amené
ici de nuit, de sorte que le diable m’emporte si je sais où je
suis.

- Eh bien! dit Comminges, supposez une chose.

- Je supposerai tout ce que vous voudrez.

- Supposez qu’il y ait une fenêtre à ce mur.

- Eh bien?

- Eh bien! de cette fenêtre vous verriez M. de La Fère à la
sienne.

- M. de La Fère est donc logé au château?

- Oui.

- À quel titre?

- Au même titre que vous.

- Athos est prisonnier?

- Vous savez bien, dit en riant Comminges, qu’il n’y a pas de
prisonniers à Rueil, puisqu’il n’y a pas de prison.

- Ne jouons pas sur les mots, monsieur; Athos a été arrêté?

- Hier, à Saint-Germain, en sortant de chez la reine.

Les bras de d’Artagnan retombèrent inertes à son côté. On eût dit
qu’il était foudroyé.

La pâleur courut comme un nuage blanc sur son teint bruni, mais
disparut presque aussitôt.

- Prisonnier! répéta-t-il.

- Prisonnier! répéta après lui Porthos abattu.

Tout à coup d’Artagnan releva la tête et on vit luire en ses yeux
un éclair imperceptible pour Porthos lui-même. Puis, le même
abattement qui l’avait précédé suivit cette fugitive lueur.

- Allons, allons, dit Comminges, qui avait un sentiment réel
d’affection pour d’Artagnan depuis le service signalé que celui-ci
lui avait rendu le jour de l’arrestation de Broussel en le tirant
des mains des Parisiens; allons, ne vous désolez pas, je n’ai pas
prétendu vous apporter une triste nouvelle, tant s’en faut. Par la
guerre qui court, nous sommes tous des êtres incertains. Riez donc
du hasard qui rapproche votre ami de vous et de M. du Vallon, au
lieu de vous désespérer.

Mais cette invitation n’eut aucune influence sur d’Artagnan, qui
conserva son air lugubre.

- Et quelle mine faisait-il? demanda Porthos, qui, voyant que
d’Artagnan laissait tomber la conversation, en profita pour placer
son mot.

- Mais fort bonne mine, dit Comminges. D’abord, comme vous, il
avait paru assez désespéré; mais quand il a su que M. le cardinal
devait lui faire une visite ce soir même...

- Ah! fit d’Artagnan, M. le cardinal doit faire visite au comte
de La Fère?

- Oui, il l’en a fait prévenir, et M. le comte de La Fère, en
apprenant cette nouvelle, m’a chargé de vous dire, à vous, qu’il
profiterait de cette faveur que lui faisait le cardinal pour
plaider votre cause et la sienne.

- Ah! ce cher comte! dit d’Artagnan.

- Belle affaire, grogna Porthos, grande faveur! Pardieu! M. le
comte de La Fère, dont la famille a été alliée aux Montmorency et
aux Rohan, vaut bien M. de Mazarin.

- N’importe, dit, d’Artagnan avec son ton le plus câlin, en y
réfléchissant, mon cher du Vallon, c’est beaucoup d’honneur pour
M. le comte de La Fère, c’est surtout beaucoup d’espérance à
concevoir, une visite! et même, à mon avis, c’est un honneur si
grand pour un prisonnier, que je crois que M. de Comminges se
trompe.

- Comment! je me trompe!

- Ce sera non pas M. de Mazarin qui ira visiter le comte de La
Fère, mais M. le comte de La Fère qui sera appelé par
M. de Mazarin?

- Non, non, non, dit Comminges, qui tenait à rétablir les faits
dans toute leur exactitude. J’ai parfaitement entendu ce que m’a
dit le cardinal. Ce sera lui qui ira visiter le comte de La Fère.

D’Artagnan essaya de surprendre un des regards de l’importance de
cette visite, mais Porthos ne regardait pas même de son côté.

- C’est donc l’habitude de M. le cardinal de se promener dans son
orangerie? demanda d’Artagnan.

- Chaque soir il s’y enferme, dit Comminges. Il paraît que c’est
là qu’il médite sur les affaires de État.

- Alors, dit d’Artagnan, je commence à croire que M. de La Fère
recevra la visite de Son Éminence; d’ailleurs, il se fera
accompagner, sans doute.

- Oui, par deux soldats.

- Et il causera ainsi d’affaires devant deux étrangers?

- Les soldats sont des Suisses des petits cantons et ne parlent
qu’allemand. D’ailleurs, selon toute probabilité, ils attendront à
la porte.

D’Artagnan s’enfonçait les ongles dans les paumes des mains pour
que son visage n’exprimât pas autre chose que ce qu’il voulait lui
permettre d’exprimer.

- Que M. de Mazarin prenne garde d’entrer ainsi seul chez M. le
comte de La Fère, dit d’Artagnan, car le comte de La Fère doit
être furieux.

Comminges se mit à rire.

- Ah çà! mais, en vérité, on dirait que vous êtes des
anthropophages! M. de La Fère est courtois, il n’a point d’armes,
d’ailleurs; au premier cri de Son Éminence, les deux soldats qui
l’accompagnent toujours accourraient.

- Deux soldats, dit d’Artagnan paraissant rappeler ses souvenirs,
deux soldats, oui; c’est donc cela que j’entends appeler deux
hommes chaque soir, et que je les vois se promener pendant une
demi-heure quelquefois sous ma fenêtre.

- C’est cela, ils attendent le cardinal, ou plutôt Bernouin, qui
vient les appeler quand le cardinal sort.

- Beaux hommes, ma foi! dit d’Artagnan.

- C’est le régiment qui était à Lens, et que M. le Prince a donné
au cardinal pour lui faire honneur.

- Ah! monsieur, dit d’Artagnan comme pour résumer en un mot toute
cette longue conversation, pourvu que Son Éminence s’adoucisse et
accorde notre liberté à M. de La Fère.

- Je le désire de tout mon coeur, dit Comminges.

- Alors, s’il oubliait cette visite, vous ne verriez aucun
inconvénient à la lui rappeler?

- Aucun, au contraire.

- Ah! voilà qui me tranquillise un peu.

Cet habile changement de conversation eût paru une manoeuvre
sublime à quiconque eût pu lire dans l’âme du Gascon.

- Maintenant, continua-t-il, une dernière grâce, je vous prie,
mon cher monsieur de Comminges.

- Tout à votre service, monsieur.

- Vous reverrez M. le comte de La Fère?

- Demain matin.

- Voulez-vous lui souhaiter le bonjour pour nous, et lui dire
qu’il sollicite pour moi la même faveur qu’il aura obtenue?

- Vous désirez que M. le cardinal vienne ici?

- Non; je me connais et ne suis point si exigeant. Que Son
Éminence me fasse l’honneur de m’entendre, c’est tout ce que je
désire.

- Oh! murmura Porthos en secouant la tête, je n’aurais jamais cru
cela de sa part. Comme l’infortune vous abat un homme!

- Cela sera fait, dit Comminges.

- Assurez aussi le comte que je me porte à merveille, et que vous
m’avez vu triste, mais résigné.

- Vous me plaisez, monsieur, en disant cela.

- Vous direz la même chose pour M. du Vallon.

- Pour moi, non pas! s’écria Porthos. Moi, je ne suis pas résigné
du tout.

- Mais vous vous résignerez, mon ami.

- Jamais!

- Il se résignera, monsieur de Comminges. Je le connais mieux
qu’il ne se connaît lui-même, et je lui sais mille excellentes
qualités qu’il ne se soupçonne même pas. Taisez-vous, cher du
Vallon, et résignez-vous.

- Adieu, messieurs, dit Comminges. Bonne nuit!

- Nous y tâcherons.

Comminges salua et sortit. D’Artagnan le suivit des yeux dans la
même posture humble et avec le même visage résigné. Mais à peine
la porte fut-elle refermée sur le capitaine des gardes, que,
s’élançant vers Porthos, il le serra dans ses bras avec une
expression de joie sur laquelle il n’y avait pas à se tromper.

- Oh! oh! dit Porthos, qu’y a-t-il donc? est-ce que vous devenez
fou, mon pauvre ami?

- Il y a, dit d’Artagnan, que nous sommes sauvés!

- Je ne vois pas cela le moins du monde, dit Porthos; je vois au
contraire que nous sommes tous pris, à l’exception d’Aramis, et
que nos chances de sortir sont diminuées depuis qu’un de plus est
entré dans la souricière de M. de Mazarin.

- Pas du tout, Porthos, mon ami, cette souricière était
suffisante pour deux; elle devient trop faible pour trois.

- Je ne comprends pas du tout, dit Porthos.

- Inutile, dit d’Artagnan, mettons-nous à table et prenons des
forces, nous en aurons besoin pour la nuit.

- Que ferons-nous donc cette nuit? demanda Porthos de plus en
plus intrigué.

- Nous voyagerons probablement.

- Mais...

- Mettons-nous à table, cher ami, les idées me viennent en
mangeant. Après le souper, quand mes idées seront au grand
complet, je vous les communiquerai.

Quelque désir qu’eût Porthos d’être mis au courant du projet de
d’Artagnan, comme il connaissait les façons de faire de ce
dernier, il se mit à table sans insister davantage et mangea avec
un appétit qui faisait honneur à la confiance que lui inspirait
l’imaginative de d’Artagnan.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LXXXIX. L’esprit et le bras (Suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LIX. Le vengeur
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XVI. Le château de Bragelonne
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) XXXII Le bac de l'Oise.
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) LVIII. L’Écossais, parjure à sa foi, pour un denier vendit son roi
» Alexandre Dumas.(Père)(1802-1870) VI. D’Artagnan à quarante ans

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: