PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:41

II
Et, tout en mêlant ses couleurs et en jouant ferme du pinceau, Maurice
Flavigny repassait dans sa tête toutes les circonstances qui venaient de le
favoriser d’une façon si exceptionnelle, et les événements qui les avaient fait naître.
Il se voyait, cinq années auparavant, à l’âge de dix-huit ans, disant adieu aux
siens, et s’embarquant à l’aventure, pour aller demander à la patrie de l’art
moderne, la science qui développe le talent, et sans laquelle le génie même
reste impuissant et veule.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:41


Il se rappelait ses journées d’ambition fiévreuse, ses longues veilles
consacrées à un labeur ingrat, ses désappointements, ses froissements, ses découragements.
Il songeait à l’égoïsme des maîtres, aux jalousies des camarades, aux
humiliations subies, aux mille révoltes de sa fierté blessée.
Il revivait, par l’imagination, ses angoisses, ses doutes, ses ennuis, sa
nostalgie -sa nostalgie surtout, au sein de cette immense cité où, cruelle ironie, tous
les plaisirs semblent se donner rendez-vous pour venir tourbillonner autour de
votre isolement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:41

Les deux premières années avaient été relativement heureuses.
Maurice Flavigny avait « pioché » avec conscience, vivant modestement de la
petite pension que lui faisait son père -un notaire de la campagne,
propriétaire de deux petites fermes aux revenus limités -et passant ses heures de loisirs dans
les musées, étudiant les grands maîtres et demandant à leurs immortels chefs
d’oeuvre le secret des inspirations fécondes.
Ses progrès furent rapides; et déjà des lueurs d’espérance de plus en plus
vives commençaient à sourire à son ambition, lorsqu’une série de fatalités étaient
venues renverser tous ses beaux rêves, et plonger le pauvre garçon dans l’accablement
et la détresse.
Des malheurs impossibles à prévoir avaient fondu sur le toit paternel.
De fausses spéculations avaient entraîné le vieux notaire dans une ruine
complète.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:42


Et, le jour même où se vendait, par autorité de justice, la maison où Maurice
était né, son père mourait d’apoplexie et de chagrin, ne laissant à ses
héritiers qu’une police d’assurance sur la vie à peine suffisante pour empêcher sa pauvre
femme, devenue aveugle, de tomber au crochet de la charité publique.
Elle avait été recueillie par une jeune institutrice, sa voisine -seul rejeton
d’une ancienne famille seigneuriale tombée dans la pauvreté -qui avait
spontanément offert à la mère de Maurice une des quatre chambres dont se
composait le petit appartement réservé à l’institutrice, dans la maison
d’école.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:43


Tous les détails de ces cruels événements lui avaient été communiqués par
cette jeune personne, qui naturellement avait dû servir de secrétaire à celle
que la plus triste des infirmités empêchait de tenir la plume.
Privé de la pension paternelle, le jeune peintre avait été forcé de négliger
l’étude, pour se livrer presque exclusivement au travail du mercenaire en quête
du pain quotidien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:43


Il avait dû, comme bien d’autres, se soumettre à l’exploitation du
mercantilisme sans entrailles, qui, à Paris comme ailleurs, spécule sur le
talent pauvre pour arracher aux jeunes artistes le sang de leurs veines, en échange
d’une bouchée de pain.
Durant deux longues années, il avait ainsi peiné et végété, sans pouvoir, au
prix du travail le plus asservissant, amasser seulement la somme nécessaire
pour son retour en Amérique.
Puis étaient venus la geurre franco-prussienne, le siège de Paris, les horreurs
de la Commune.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:43

Le jeune Canadien, dans le patriotisme de son coeur, n’avait pas hésité : il
avait vaillamment payé sa dette de sang à la grande patrie, ayant été blessé, à la
prise de Buzenval, à côté de son maître et ami, Henri Regneault, tombé lui-même, frappé
par une balle allemande en pleine poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:44


Puis ce furent les longs mois d’hôpital; et enfin le harnais repris, le cou de
nouveau dans la bricole, pour recommencer la désespérante corvée.
En repassant dans son esprit ces longues années de pauvreté, de douleur et
d’abandon, le jeune peintre baissait la tête, et sa figure prenait une
expression navrante.
Mais, tout à coup, elle s’éclairait d’un rayon de joie.
Un de ses tableaux reçu et admiré au Salon.
Un amateur riche.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:44



Une vente avantageuse; les dettes payées, et le retour dans la patrie, avec
l’avenir devant lui, auprès de sa vieille mère!
Et Maurice Flavigny, comme s’il n’eût pu contenir son émotion, se levait,
arpentait la chambre durant quelques instants, puis s’arrêtait devant sa table,
regardait longuement la lettre de crédit bien réelle, bien palpable, qui était
là, devant lui, et, se remettant à l’ouvrage, murmurait sur un ton de suprême
reconnaissance à Dieu
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II Icon_minitimeMer 12 Juin - 9:44

-Et maintenant riche!... je suis riche!... Et cela, après avoir vu disparaître
ma dernière ressource, avec ce porte-monnaie perdu au moment même où je mettais le
pied sur le sol natal! N’y a-t-il pas là le doigt de la Providence aussi
visible qu’il puisse être?
Et le pinceau allait, venait, brossait toujours, fondant les ombres,
assouplissant les contours, accentuant les jeux de lumière.
Et, sous l’effet de l’inspiration fébrile, une intensité de vie étonnante
éclatait de plus en plus sur la toile, à mesure que l’oeuvre avançait et sortait
radieuse de l’ébauche.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Une Aubaine II
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: