PLUME DE POÉSIES
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:53

Les marionnettes


Une légende qui a longtemps eu cours dans nos campagnes, c'est celle de 
Marionnettes - nom populaire des aurores boréales - qu'on pouvait, disait-on, faire 
apparaître et danser à volonté par des moyens cabalistiques.
L'histoire suivante illustre cette légende. C'est encore Jos Violon, le vieux 
conteur des « Chantiers » qui a la parole:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:53

D'après ce que je peux voir, les enfants, vous avez pas connu Fifi Labranche, 
le joueur de violon. Vous êtes ben trop jeunes pour ça comme de raison, puisqu'il 
est mort à la Pointe-aux-Trembles, l'année du « grand choléra ».
En v'là un rôdeux qu'avait de la twist dans le poignet pour faire sauter la 
jeunesse, dans son temps! M'a dire comme on dit, ça se battait pas! Quand il avait 
l'archet au bout du poignet, on pouvait courir toute la côte du Sud, depuis la Baie-
du-Febvre jusqu'au Cap-Saint-Ignace, sans rencontrer, parmi les vieux comme 
parmi les jeunes, un snorreau pour le matcher.
Y sont rares les ceuses qu'ont pas entendu parler de Fifi Labranche pi de son 
violon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:53

Eh ben, donc, c'était à seule fin de vous dire, les enfants, qu'un automne, je 
m'étais associé justement avec lui. Pas associé pour jouer de la musique, vous 
entendez bien; parce que, malgré qu'on m'appelle Jos Violon - un nom de 
monsieur que j'ai toujours porté un peu correct, Dieu merci! - ça jamais pris moi 
pour jouer tant seurment un air de bombarde.
C'était pas dans mes éléments.
Non. Fifi Labranche et pi moi, on s'était associé tout bonnement pour faire du 
bois carré. C'était un bon piqueux que Fifi Labranche; et pour tant qu'à moi, on 
me connaît, pour jouer de la grand'hache dans le chêne, dans l'orme, dans le pin 
rouge ou l'épinette blanche, c'était comme lui pour jouer des reels pi des gigues; 
on aurait été virer loin avant de trouver quèque un pour m'en remontrer! C'est moi 
qui vous le dis!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:53

Ça fait que, c't'hiver-là, on fut camper tous les deux dans les environs de la 
Gatineau, sus la rivière à Baptiste, qu'on appelle, avec une gang de malvats qu'un 
des foremans du bonhomme Wright avait caracolés dans les Cèdres, une paroisse 
de par en haut.

Les voyageurs des Cèdres, les enfants, ça sacre pas comme les ceuses de Sorel, 
non! Ça invictime pas le bon Dieu et tous les saints du calendrier comme les 
hurlots de Trois-Rivières non plus. Ça se chamaille pas à toutes les pagées de 
clôtures comme les batailleurs de Lanoraie. Mais pour parler au diable, par 
exemple, y en a pas beaucoup pour les accoter.
Tous les soirs que le bon Dieu amène, sus les cages comme dans le bois, ces 
pendards-là ont toujours queuque sorcilège de paré.
Ah! les enfants de perdition!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:53

J'en ai vu qui levaient des quarts de lard sus le bout de leux doigts, comme si 
ç'avait été des traversins, en baragouinant des prières à l'envers, où c'que y avait 
pas mèche pour un chréquin de comprendre un motte.
J'ai vu un Barabbas qui rongeait des tisons, sus vot' respèque, comme sa 
chique.
Y en avait un - un nommé Pierre Cadoret dit La Babiche - qu'avait emporté 
une poule noire avec lui. Quoi c'qu'y faisait de ça? Le bon Dieu le sait; ou plutôt 
le diable, parce que, tous les matins, au petit jour, la vingueuse de poule noire 
chantait le coq comme si elle avait eu toute une communauté de basse-cour à 
desservir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:54

Oui, parole de Jos Violon, les enfants! j'ai entendu ça de mes propres yeux 
plus de vingt fois!
Enfin, des vrais réprouvés, tout c'qu'ils en étaient.
Ça me peignait joliment le caractère à brousse poil, vous comprenez, d'être 
obligé de commercer avec ces espèces-là. Je suis pas un rongeux de balustres, Dieu 
merci! mais les poules noires et pi moi, ça fait deux, surtout quand c'est des 
poules qui chantent le coq.
Ce qui fait que je gobais pas fort c'te société-là. Mais j'étais matché avec Fifi 
Labranche, c'pas; je laissais le reste de la gang fricoter leux sacrilèges entre eux 
autres; et, après les repas, on jouait une partie de dames à nous deux en fumant 
not' pipe, histoire de tuer le temps sans mettre not' pauvre âme entre les griffes de 
Charlot.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:54

Mais ça fut comme rien, allez: la mauvaise compagnée, c'est toujours la 
mauvaise compagnée. Comme dit M. le curé, dis-moi c'que tu brocantes, et j'te 
dirai c'qui t'tuait.
La veille de Noël au soir, le boss vint nous trouver:
- Coutez donc, vous deux, qu'y nous dit, c'est-y parce que vous êtes des dos 
blancs de la Pointe-Lévis que vous voulez pas vous amuser avec les autres? Me 
semblait que t'avais apporté ton violon, Fifi: comment ça se fait qu'on l'entend 
jamais? Ho! tire-moi l'outil du coffre, et joue-nous un reel à quatre, une gigue
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:54

simple, une voleuse, tout ce que tu voudras, pourvu que ça gigote. Écoutez, vous 
autres, là-bas; j'allons avoir de la musique. Les ceuses qu'ont des démangeaisons 
dans les orteils ont la permission de se les faire passer.
Fifi Labranche était pas ostineux:
-Je défouis pas, qu'y dit.
Et le v'là qu'aveint son violon, passe l'arcanson sus son archette, s'assit sus le 
coin de la table, casse une torquette, se crache dans les mains; et pi crin! crin! en 
avant, les boys!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:54

Le poêle était rouge dans le milieu de la place: au bout d'une demi-heure, on 
pouvait, je vous mens pas, tordre les chemises comme des lavettes.
-C'est ça qui s'appelle jouer du violon! que dit le boss en rallumant sa pipe: 
Fifi, t'es pas raisonnable de pas jouer pus souvent que ça.
-Corrèque! que dirent tous les autres, faut qu'y joue pus souvent que ça!
-Jouer du violon quand personne danse, c'est pas une grosse job, que dit Fifi.
-Mais de quoi c'qu'on fait donc là? que demande un de nos coupeux de 
chemin, justement l'homme à la poule noire, un grand maigre-chigne qui se 
baissait pour passer dans les portes - La Babiche, comme on le nommait, - ça 
s'appelle pas danser, ça? On est pas après écosser des fèves, à c'qui m'semble.
-Oui, vous dansez à soir parce que c'est demain fête. Si vous étiez obligés 
d'aller bûcher demain matin avant le jour, vous seriez pas aussi souples du jarret. 
Qu'en dis-tu, Jos Violon?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Empty
MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes Icon_minitimeJeu 13 Juin - 6:54

-Potence! que je dis, pour tant qu'à moi, je ménagerais mes quilles pour aller 
me coucher.
-Quiens, c't'affaire! que dit La Babiche, quand les hommes dansent pas, on 
fait danser d'autre chose.
-Qui ça? Les chaudrons, manquabe? les tables, les bancs?
-Non, mais les marionnettes.
-Les marionnettes?
-Oui, les marionnettes...
Vous savez p't'ête pas c'que c'est que les marionnettes, les enfants; eh ben, 
c'est des espèces de lumières malfaisantes qui se montrent dans le Nord, quand on 
est pour avoir du frette. Ça pétille, sus vot' respèque, comme quand on passe la 
main, le soir, sus le dos d'un chat. Ça s'élonge, ça se racotille, ça s'étire et ça se 
beurraille dans le ciel, sans comparaison comme si le diable brassait les étoiles en 
guise d'oeufs pour se faire une omelette.
C'est ça, les marionnettes!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes
Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: