PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 6:53

Rappel du premier message :

Les marionnettes


Une légende qui a longtemps eu cours dans nos campagnes, c'est celle de 
Marionnettes - nom populaire des aurores boréales - qu'on pouvait, disait-on, faire 
apparaître et danser à volonté par des moyens cabalistiques.
L'histoire suivante illustre cette légende. C'est encore Jos Violon, le vieux 
conteur des « Chantiers » qui a la parole:
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 6:54

-Potence! que je dis, pour tant qu'à moi, je ménagerais mes quilles pour aller 
me coucher.
-Quiens, c't'affaire! que dit La Babiche, quand les hommes dansent pas, on 
fait danser d'autre chose.
-Qui ça? Les chaudrons, manquabe? les tables, les bancs?
-Non, mais les marionnettes.
-Les marionnettes?
-Oui, les marionnettes...
Vous savez p't'ête pas c'que c'est que les marionnettes, les enfants; eh ben, 
c'est des espèces de lumières malfaisantes qui se montrent dans le Nord, quand on 
est pour avoir du frette. Ça pétille, sus vot' respèque, comme quand on passe la 
main, le soir, sus le dos d'un chat. Ça s'élonge, ça se racotille, ça s'étire et ça se 
beurraille dans le ciel, sans comparaison comme si le diable brassait les étoiles en 
guise d'oeufs pour se faire une omelette.
C'est ça, les marionnettes!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:04

M. le curé, lui, appelle ça des horreurs de Morréal, pi y dit que ça danse pas.

Eh ben, je sais pas si c'est des horreurs de Morréal ou ben de Trois-Rivières,
mais j'en ai ben vu à Québec étout; et je vous dis que ça danse, moi, Jos Violon! 
C'est ben le diable qui s'en mêle, je le cré ben, mais ça danse! Je les ai vues
danser, et pi j'avais pas la berlue.
Fifi Labranche étout les a vues, puisque c'est lui qui les faisait danser, à preuve 
que son violon en est resté ensorcelé pour plus de trois mois.
Parce qu'y faut vous dire qu'en attendant parler de faire danser les 
marionnettes, le pauvre Fifi, qu'était un bon craignant Dieu comme moi, s'était un 
peu rebicheté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:04

-Mais quand y en a pas, qu'y dit, de marionnettes...
-Quand y en a pas, on les fait venir, que dit La Babiche, c'est ben simple.
-Comment, on les fait venir?
-Dame oui, quand on sait les paroles.
-Queux paroles?
-Les paroles pour faire venir les marionnettes.
-Tu sais des paroles pour faire venir les marionnettes, toi?
-Oui, pi pour les faire danser. J'ai appris ça tout petit, de mon grand-père, 
qu'était un fameux joueur de violon, lui étout, dans son temps.
-Tu pourrais faire venir les marionnettes à soir?
-Ben sûr! le temps est clair, si tu veux jouer du violon, je dirai les paroles, et 
vous allez les voir arriver.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:04

-Je serais curieux de voir ça, que dit Fifi Labranche.
-Fifi, que j'y dis, méfie-toi, c'est pas des jeux de chréquins, ça!
-Ouacht! qu'y répond, pour une fois on n'en mourra pas.
-C'est correct, Fifi! que dirent tous les autres, laisse Jos Violon faire la poule 
mouillée, si ça y fait plaisir, et pi toi roule ta bosse avec les bons vivants.
-Fifi, que j'y répète, prends garde! Tu devrais pas te mêler de ces paraboles-
là. C'est des manigances du malin qu'y veulent te faire faire. Tu connais La 
Babiche... Et pi le jour de Noël encore!...
Mais j'avais pas fini de parler qu'ils étaient déjà tous rendus sus le banc de 
neige, la tête en l'air, et reluquant du côté du Nord, pendant que Fifi Labranche 
accordait son violon. Ma foi, tant pire! je fis comme les autres en me disant en 
moi-même:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:04

-Tant que je ferai rien que regarder, y peut toujours pas m'arriver grand mal.
Y faisait un beau temps sec; pas une graine de vent, la boucane de not' 
cheminée montait dret comme un cierge pascal, et les étoiles clignaient des yeux 
comme une créature qu'enfile son aiguille. On entendait les branches qui

craquaient dans le bois, je vous mens pas, pires que des coups de fouette de 
charrequiers.
-Es-tu prêt, Fifi? que dit La Babiche.
-Oui, que répond mon associé; quoi c'que vous voulez que je joue? 
Joue c'que tu voudras, pourvu que ça saute.
-Le Money musk?
-Va pour le Money musk!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:04

Ça fut comme un cilement de toupie, les enfants; l'archette fortillait dans les 
mains de Fifi sans comparaison comme une anguille au bout d'une gaffe.
Et zing! zing! zing!... Les talons nous en pirouettaient dans le banc de neige 
malgré nous autres. Je cré que le v'limeux avait jamais joué comme ça de sa vie.
La Babiche, lui, marmottait on sait pas quelle espèce de zitanie de sorcier, les 
yeux virés à l'envers, en même temps qu'y faisait toutes sortes de simagrées avec 
son pouce, par devant, par derrière, à gauche, à drette - comme on dit, aux quat' 
vents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:05

Et le Money musk allait toujours. Fifi zigonnait comme un enragé.
Tout d'un coup, je sens comme un frisson de glace qui me griffait entre les 
deux épaules; je venais d'entendre quatre ou cinq de ces petites pétarades de peau 
de chat que je vous ai parlé tout à l'heure.
-Les vlont! que se mettent à crier les camarades; les vlont. Hourra pour La 
Babiche! Envoie fort, Fifi!
En même temps on apercevait comme manière de petites lueurs grisâtres qui se 
répandaient dans le Nord, comme si on avait barbouillé le firmament avec des 
allumettes soufrées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:05

-Envoie fort, Fifi, les v'lont! que répétait la gang de possédés.
Comme de faite, les damnées lueurs arrivaient par-ci par-là tout doucement, se 
faufilaient, se glissaient, s'éparpillaient, se tordaient comme des pincées de 
boucane blanche entortillées après des éclairs de chaleur.
-Envoie fort, Fifi! que criaient la bande d'insécrables.
La Babiche étout envoyait fort, parce que v'là des flammèches, pi des 
étincelles, pi des braises qui se mettent à monter, à descendre, à s'entrecroiser, à se 
courir après comme une sarabande de fi-follets qu'auraient joué à la cachette en se 
galvaudant avec des rondins de bois pourri. Des fois, ça s'amortissait, on voyait 
presque pus rien; et pi crac! ça se mettait à flamber rouge comme du sang.
-Envoie fort, Fifi! envoie fort!...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:05

Fifi pouvait pas faire mieux, je vous le garantis; le bras y allait comme une 
manivelle, et je m'aperçus qu'y commençait à blémir. Moi les cheveux me 
regrichaient sour mon casque comme la queue d'un matou fâché.

-Fifi, viens-t'en, que j'y dis; viens-t'en! le diable va en emporter queuqu'un, 
c'est sûr!
Mais le malheureux m'entendait pus. Y paraissait aussi possédé que les autres, 
et le Money musk retontissait sour son archette qu'on aurait dit des cris de chats 
sauvages écorchés par une bande de loups-cerviers. Vous avez jamais rien entendu 
de pareil, les enfants!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:05

Mais c'était pas le plus beau, pourtant, vous allez voir.
Pendant que tous mes garnements criaient à s'égosiller, vlà-t-y pas les 
marionnettes maudites qui se mettent à danser.
Parole la plus sacrée, les enfants! Jos Violon est pas un menteur, vous savez ça 
- vlà l'engeance infernale qui se met à danser, ma grand'conscience du bon Dieu, 
comme des grand'personnes. Y perdaient pas un stop, si vous plaît!
Et pi ça se tassait, ça se poussait, ça se croisait, ça baraudait, ça sautait les uns 
par-dessus les autres; des fois on les voyait raculer, et pi tout d'un coup y 
s'avançaient...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes   Jeu 13 Juin - 7:05

Oui, je vous conte pas d'histoires, les enfants, les noms de gueuses d'horreurs 
de Morréal, comme dit M. le curé, s'avançaient si tellement en accordant sur le 
Money musk de Fifi, que les vlont presque sus nous autres!
Je vous ai déjà dit, à c'qui me semble, que j'étais pas un peureux, et pi je peux 
vous en donner des preuves; eh ben, en voyant ça, je vous le cache point, je fais ni 
une ni deux, je lâche la boutique, je prends mes jambes à mon cou, et les cheveux 
drettes sus la tête, je cours me cacher dans la cabane.
Cinq minutes après, quatre hommes rapportaient le pauvre Fifi sans 
connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Les marionnettes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: