PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Alfred Garneau (1836-1904) Premières pages de la vie. Pensée de novembre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Alfred Garneau (1836-1904) Premières pages de la vie. Pensée de novembre   Mar 18 Juin - 21:29

Pensée de novembre

N'ayant plus rien en moi, pas même une espérance,
Car j'ai sur cette terre essayé tout en vain,
Comme un vaisseau perdu sur l'océan immense.
Je m'en vais ballotté sur des gouffres sans fin.

L'oeil terne, sans vigueur, le front creusé de rides,
Étreignant ma poitrine en feu dans mes deux mains,
Je suis comme un lépreux en des landes arides,
Et je traîne mes pas loin des sentiers humains.

Comme l'aigle blessé laisse exhaler sa rage,
Tel, dans la nuit profonde où je vais anxieux,
Mon pauvre coeur meurtri pousse un sanglot sauvage,
Qui roule sans écho dans la noirceur des cieux.

Grand Dieu! qui, dominant les espaces sans bornes,
Me vois ramper dans l'ombre en un pareil émoi,
Jette un rayon joyeux sur des jours aussi mornes,
Et mes chants radieux monteront jusqu'à toi.
Revenir en haut Aller en bas
 
Alfred Garneau (1836-1904) Premières pages de la vie. Pensée de novembre
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Alfred Garneau (1836-1904) Premières pages de la vie Ô piécette d'argent
» Alfred Garneau (1836-1904) III. - Poète fol
» Alfred Garneau (1836-1904) Sonnets
» 21 juillet 2011 : Mes 3 premières pages
» Vos premières pages !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: