PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:55

Rappel du premier message :

Tom Caribou

Cric, crac, les enfants! Parli, parlo, parlons! Pour en savoir le court et le 
long, passez l’crachoir à Jos Violon. Sacatabi, sac-à-tabac! À la porte les 
ceuses qu’écouteront pas!
Est-il besoin de dire que le conteur qui débutait ainsi n’était autre que Jos
Violon lui-même, mon ami Jos Violon, qui présidait à une veillée de contes, la
veille de Noël au soir, chez le père Jean Bilodeau, un vieux forgeron de notre
voisinage.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:58

Si vous savez pas ce que c’est que la chasse-galerie, les enfants, c’est moi 
qui peux vous dégoiser ça dans le fin fil, parce que je l’ai vue, moi, la chasse-
galerie.

Oui, moi, Jos Violon, un dimanche midi, entre la messe et les vêpres, je l’ai
vue passer en l’air, dret devant l’église de Saint-Jean-Deschaillons, sus mon 
âme et conscience, comme je vous vois là!
C’était comme qui dirait un canot qui filait, je vous mens pas, comme une
ripouste, à cinq cents pieds de terre pour le moins, monté par une dizaine de
voyageurs en chemise rouge, qui nageaient comme des damnés, avec le diable
deboute sus la pince de derrière, qui gouvernait de l’aviron.
Même qu’on les entendait chanter en réponnant avec des voix de payens :
V’là l’bon vent! Vlà l’joli vent!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:58

Mais il est bon de vous dire aussi que y a d’autres malfaisants qu’ont pas
besoin de tout ce bataclan-là pour courir la chasse-galerie.
Les vrais hurlots comme Tom Caribou, ça grimpe tout simplement d’un âbre,
épi ça se lance su une branche, su un bâton, su n’importe quoi, et le diable 
les emporte.

Y font jusqu’à des cinq cents lieues d’une nuit pour aller marmiter on sait pas
queux manigances de réprouvés dans des racoins où c’que les honnêtes gens
voudraient pas mettre le nez pour une terre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:59

En tout cas, si Tom Caribou courait pas la chasse-galerie, quand y s’évadait le
soir tout fin seul, en regardant par derrière lui si on le watchait, c’était 
toujours pas pour faire ses dévotions, parce que -y avait du sorcier là-dedans! -malgré 
qu’on n’eût pas une goutte de boisson dans le chantier, l’insécrable empestait le 
rhum à quinze pieds, tous les matins que le bon Dieu amenait.
Où c’qu’il prenait ça? Vous allez le savoir, les enfants.
J’arrivions à la fin du mois de décembre, et la Noël approchait, quand une
autre escouade qui faisait chantier pour le même bourgeois, à cinq lieues plus 
haut que nous autres su la Galeuse, nous firent demander que si on voulait assister 
à la messe de Mênuit, j’avions qu’à les rejoindre, vu qu’un missionnaire qui 
r’soudait de chez les sauvages du Nipissingue serait là pour nous la chanter.
-Batêche! qu’on dit, on voit pas souvent d’enfants-Jésus dans les chantiers, ça
y sera!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:59

On n’est pas des anges, dans la profession de voyageurs, vous comprenez, les
enfants.

On a beau pas invictimer les saints, et pi escandaliser le bon Dieu à coeur de
jour, comme Tom Caribou, on passe pas six mois dans le bois et pi six mois sus 
les cages par année sans être un petit brin slack sus la religion.
Mais y a toujours des imites pour être des pas grand’chose, pas vrai! Malgré
qu’on n’attrape pas des crampes aux mâchoires à ronger les balustres, et qu’on
fasse pas la partie de brisque tous les soirs avec le bedeau, on aime toujours 
à se rappeler, c’pas, qu’un Canayen a d’autre chose que l’âme d’un chien dans le 
moule de sa bougrine, su vot’ respèque.

Ça fait que la tripe fut ben vite décidée, et toutes les affaires arrimées pour
l’occasion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:59

Y faisait beau clair de lune; la neige était snog pour la raquette; on pouvait
partir après souper, arriver correct pour la messe, et être revenus flèche pour
déjeuner le lendemain matin, si par cas y avait pas moyen de coucher là.
-Vous irez tout seuls, mes bouts de crime!... dit Tom Caribou, avec un
chapelet de blasphèmes à faire gricher les cheveux, et en frondant un coup de
poing à se splitter les jointures sur la table de la cambuse.
Pas besoin de vous dire, je présuppose, que personne de nous autres s’avisit de
se mettre à genoux pour tourmenter le pendard. C’était pas l’absence d’un
marabout pareil qui pouvait faire manquer la cérémonie, et j’avions pas besoin 
de sa belle voix pour entonner la Nouvelle agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 5:59

-Eh ben, si tu veux pas venir, que dit le foreman, gène-toi pas, mon garçon.
Tu garderas la cabane. Et puisque tu veux pas voir le bon Dieu, je te souhaite 
de pas voir le diable pendant qu’on n’y sera pas.
Pour lorse, les enfants, que nous v’là partis, la ceinture autour du corps, les
raquettes aux argots, avec chacun son petit sac de provisions sur l’épaule, et 
la moiquié d’une torquette de travers dans le gouleron.
Comme on n’avait qu’à suivre la rivière, la route faisait risette, comme vous
pensez ben; et je filions en chantant La Boulangère, sus la belle neige fine, 
avec un ciel comme qui dirait viré en cristal, ma foi de gueux, sans rencontrer tant
seulement un bourdignon ni une craque pour nous interboliser la manoeuvre.
Tout ce que je peux vous dire, les enfants, c’est qu’on n’a pas souvent de
petites parties de plaisir comme ça dans les chantiers!
Vrai, là! on s’imaginait entendre la vieille cloche de la paroisse qui nous
chantait : Viens donc! viens donc! comme dans le bon vieux temps; et des fois, 
le mistigri m’emporte! je me retournais pour voir si je voirais pas venir derrière 
nous autres queuque beau petit trotteur de par cheux nous, la crigne au vent, avec 
sa paire de clochettes pendue au collier, ou sa bande de gorlots fortillant à la
martingale.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 6:00

C’est ça qui vous dégourdissait le canayen un peu croche!
Et je vous dis, moi, attention! que c’était un peu beau de voir arpenter Jos
Violon ce soir-là! C’est tout ce que j’ai à vous dire.
Not’ messe de Mênuit, les enfants, j’ai pas besoin de vous dire que ça fut pas
fionné comme les cérémonies de Monseigneur.
Le curé avait pas m’a dire comme on dit, un set de garnitures numéro trentesix;
les agrès de l’autel reluisaient pas assez pour nous éborgner; les chantres
avaient pas toute le sifflette huilé comme des gosiers de rossignols, et les 
servants de messe auraient eu, j’crais ben, un peu plus de façon l’épaule sour le 
cantouque que l’ensensoir au bout du bras.
Avec ça que y avait pas plus d’Enfant-Jésus que su la main! Ce qui est pas,
comme vous savez, rien qu’un bouton de bricole de manque pour une messe de
Mênuit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 6:00

Pour dire la vérité, le saint homme Job pouvait pas avoir un gréement pus
pauvre que ça pour dire sa messe!
Mais, c’t’égal, y a ben eu des messes en musique qui valaient pas c’t’elle-là,
mes p’tits coeurs, je vous en donne la parole d’honneur de Jos Violon!
Ça nous rappelait le vieux temps, voyez-vous, la vieille paroisse, la vieille
maison, la vieille mère... exétéra.
Bon sang de mon âme! les enfants, Jos Violon est pas un pince-la-lippe, ni un
braillard de la Madeleine, vous savez ça; eh ben, je finissais pas de changer 
ma chique de bord pour m’empêcher de pleurer.
Mais y s’agit pas de tout ça, faut savoir ce qu’était arrivé à Tom Caribou
pendant not’ absence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 6:00

Comme de raison, c’est pas la peine de vous conter qu’après la messe, on
revint au chantier en piquant au plus court par le même chemin. Ce qui fait 
qu’il était grand jour quand on aperçut la cabane.
D’abord on fut joliment surpris de pas voir tant seulement une pincée de
boucane sortir du tuyau; mais on le fut encore ben plusse quand on trouvit la 
porte toute grande ouverte, le poêle raide mort, et pas plus de Tom Caribou que dans 
nos sacs de provisions.
Je vous mens pas, la première idée qui nous vint, c’est que le diable l’avait
emporté.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 6:00

Un vacabond de c’t’espèce-là, c’pas?...
-Mais c’t’égal, qu’on se dit, faut toujours le sarcher.
C’était pas aisé de le sarcher, vu qu’il avait pas neigé depuis plusieurs 
jours, et qu’y avait des pistes éparpillées tout alentour de la cabane, et jusque dans le 
fond du bois, si ben encroisaillées de tout bord et de tout côté, que y avait pas 
moyen de s’y reconnaître.
Chanceusement que le boss avait un chien ben smart : Polisson, qu’on
l’appelait par amiquié.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou   Jeu 13 Juin - 6:00

-Polisson, sarche! qu’on y dit.
Et v’là Polisson parti en furetant, la queue en l’air, le nez dans la neige; et 
nous autres par derrière avec un fusil à deux coups chargé à balle.
On savait pas ce qu’on pourrait rencontrer dans le bois, vous comprenez ben.
Et je vous dis, les enfants, que j’avions un peu ben fait de pas oublier
c’t’instrument-là, comme vous allez voir.
Dans les chantiers faut des précautions.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tom Caribou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: