PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Tipite Vallerand




Le narrateur de la présente signait Joseph Lemieux; il était connu sous le nom 
de José Caron; et tout le monde l'appelait Jos Violon.
Pourquoi ces trois appellations? Pourquoi Violon? Vous m'en demandez trop.
C'était un grand individu dégingandé, qui se balançait sur les hanches en 
marchant, hâbleur, gouailleur, ricaneur, mais assez bonne nature au fond pour se 
faire pardonner ses faiblesses.
Et au nombre de celles-ci - bien que le mot faiblesse ne soit peut-être pas 
parfaitement en situation - il fallait compter au premier rang une disposition, assez 
forte au contraire, à lever le coude un peu plus souvent qu'à son tour.
Il avait passé sa jeunesse dans les chantiers de l'Ottawa, de la Gatineau et du 
Saint-Maurice; et si vous vouliez avoir une belle chanson de cage ou une bonne 
histoire de cambuse, vous pouviez lui verser deux doigts de jamaïque, sans crainte 
d'avoir à discuter sur la qualité de la marchandise qu'il vous donnait en échange.
Il me revient à la mémoire une de ses histoires, que je veux essayer de vous 
redire en conservant, autant que possible, la couleur caractéristique et pittoresque 
que Jos Violon savait donner à ses narrations.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Le conteur débutait généralement comme ceci:
-Cric, crac, les enfants! parli, parlo, parlons! pour en savoir le court et le 
long, passez le crachoir à Jos Violon! sacatabi sac-à-tabac, à la porte les ceuses 
qu'écouteront pas!
Cette fois-là, nous serrâmes les rangs, et Jos Violon entama son récit en ces 
termes:
-C'était donc pour vous dire, les enfants, que c't'année-là, j'étions allés faire 
du bois pour les Patton dans le haut du Saint-Maurice, - une rivière qui, soit dit en 
passant, a jamais eu une grosse réputation parmi les gens de chantiers qui veulent 
rester un peu craignant Dieu.
C'est pas des cantiques, mes amis, qu'on entend là tous les soirs!
Aussi les ceuses qui parmi vous autres auraient envie de faire connaissance 
avec le diable peuvent jamais faire un meilleur voyage que celui du Saint-Maurice, 
pour avoir une chance de rencontrer le jeune homme à quèque détour. C'est Jos 
Violon qui vous dit ça!
J'avions dans not' gang un nommé Tipite Vallerand, de Trois-Rivières; un 
insécrable fini, un sacreur numéro un.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Trois-Rivières, je vous dis que c'est ça la ville pour les sacres! Pour dire 
comme on dit, ça se bat point.
Tipite Vallerand, lui, les inventait les sacres.
Trois années de suite, il avait gagné la torquette du diable à Bytown contre tous 
les meilleurs sacreurs de Sorel.
Comme sacreur, il était plusse que dépareillé, c'était un homme hors du 
commun. Les cheveux en redressaient rien qu'à l'entendre.
Avec ça, toujours à moitié plein, ça va sans dire.
J'étions cinq canots en route pour la rivière aux Rats, ous' qu'on devait faire 
chantier pour l'hiver.
Comme il connaissait le Saint-Maurice dans le fin fond, Tipite Vallerand avait 
été chargé par le boss de gouverner un des canots - qu'était le mien.
J'aurais joliment préféré un autre pilote vous comprenez; mais dans ces 
voyages-là, si vous suivez jamais la vocation, les enfants, vous voirez qu'on fait ce 
qu'on peut, et non pas ce qu'on veut.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

On nageait fort toute la journée: le courant était dur en diable; et le soir, ben 
fatigués, on campait sur la grève - oùs' qu'on pouvait.
Et puis, y avait ce qui s'appelle les portages - une autre histoire qu'a pas été 
inventée pour agrémenter la route et mettre les camarades de bonne humeur, je 
vous le persuade.
J'avions passé les rapides de la Manigance et de la Cuisse au milieu d'une 
tempête de sacres.
Jos Violon - vous le savez - a jamais été ben acharné pour bâdrer le bon Dieu 
et achaler les curés avec ses escrupules de conscience; mais vrai, là, ça me faisait 
frémir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Je défouis pas devant un petit torrieux de temps en temps, c'est dans le 
caractère du voyageur; mais, tord-nom! y a toujours un boute pour envoyer toute 
la sainternité chez le diable, c'pas?
Par malheur, notre canot était plus gros, plus pesant et plus chargé que les 
autres; et - par une rancune du boss, que je présume, comme dit M. le curé - on 
nous avait donné deux nageurs de moins.
Comme de raison, les autres canots avaient pris les devants, et le nôtre s'était 
trouvé dégradé dès le premier rapide.
Ça fait que Tipite Vallerand ayant plus d'ordres à recevoir de personne, nous 
en donnait sur les quat' faces, et faisait son petit Jean Lévesque en veux-tu en vlà, 
comme s'il avait été le bourgeois de tous les chantiers, depuis les chenaux jusqu'à 
la hauteur des terres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Fallait y voir sortir ça de la margoulette, les enfants; c'est tout ce que j'ai à 
vous dire!
A chaque sacre, ma foi de gueux! je m'attendais à voir le ciel se crever sus 
notre tête pour nous acrapoutir, ou la rivière s'ouvrir sour le canot pour nous 
abîmer tous au fond des enfers, avec chacun un gripette pendu à la crignasse.
Il me semble voir encore le renégat avec sa face de réprouvé, crachant les 
blasphèmes comme le jus de sa chique, la tuque sus l'oreille, sa grande chevelure 
sus les épaules, la chemise rouge ouverte sus l'estomac, les manches retroussées 
jusqu'aux coudes, et le poing passé dans la ceinture fléchée.
Un des jurons les plus dans son élément, c'était: Je veux que le diable 
m 'enlève tout vivant par les pieds! C'était là, comme on dit, son patois.
J'avais pour voisin de côté un nommé Tanfan Jeannotte, de Sainte-Anne-la-
Parade, qui pouvait pas voir sourdre c't'histoire-là, lui, sans grogner. Je l'entendais 
qui marmottait:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

-Il t'enlèvera ben sûr à quèque détour, mon maudit! et c'est pas moi qui fera 
dire des messes pour ta chienne de carcasse!
J'avions passé la rivière au Caribou, une petite machine de rivière grosse 
comme rien; mais une boufresse qui se métine un peu croche le printemps, je vous 
le persuade, les enfants!
Jos Violon en sait quèque chose pour avoir passé trois jours et trois nuits, à 
cheval sur un billot, en pleine jam, là ous que tous les saints du paradis y auraient 
pas porté secours.
Ça fait rien! j'en suis revenu comme vous voyez, avec les erminettes aussi 
solides que n'importe qui pour la draye, et toujours le blanc d'Espagne dans le 
poignet pour la grand'hache, Dieu merci!
Enfin, on arrivait à la Bête-Puante - une rivière qu'est pas commode, non plus, 
à ce qu'on dit - et, comme le soir approchait, les hommes commencèrent à parler 
de camper.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:43

-Camper à la Bête-Puante! allez-vous faire sacres! dit Tipite Vallerand. Je 
veux que le diable m'enlève tout vivant par les pieds si on campe à la Bête-
Puante!
-Mais pourtant, que dit Tanfan Jeannotte, il est ben trop tard pour rejoindre les 
autres canots; où donc qu'on va camper?
-Toi, tu peux te fermer! beugla Tipite Vallerand, avec un autre sacre qui me 
fit regricher les cheveux sur la tête; si y en a un parmi vous autres qui retrousse le 
nez pour se rebicheter, je sais ben ous' que je vous ferai camper, par exemple, mes 
calvaires. C'est tout ce que j'ai à vous dire!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:43

Parole de voyageur, j'suis pourtant d'un naturel bonasse, vous me connaissez; 
eh ben, en entendant ça, ça fut plus fort que moi; j'pus pas m'empêcher de me 
sentir rougir les oreilles dans le crin.
Je me dis: Jos Violon, si tu laisses un malfaisant comme ça débriscailler le bon 
Dieu et victimer les sentiments à six bons Canayens qu'ont du poil aux pattes avec 
un petit brin de religion dans l'équipet du coffre, t'es pas un homme à te remontrer 
le sifflet dans Pointe-Lévis, je t'en signe mon papier!
-Tipite, que je dis, écoute, mon garçon! C'est pas une conduite, ça. Y a des 
imites pour massacrer le monde. Tu vas nous dire tout de suite ous' qu'on va 
camper, ou ben j'fourre mon aviron dans le fond du canot.
-Moi étout! dit Tanfan Jeannotte.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:43

-Moi étout! moi étout! crièrent tous les autres.
-Ah! oui-dà oui!... Ah! c'est comme ça!... Eh ben, j'vas sous le dire, en 
effette, ous' que j'allons camper, mes crimes! fit Tipite Vallerand avec un autre 
sacre à faire trembler tout un chantier. On va camper au mont à l'Oiseau, entendez-
vous? Et si y en a un qui fourre son aviron dans le fond du canot, ou qui fourre son 
nez ous' qu'il a pas d'affaire, moi je lui fourre un coup de fusil entre les deux 
yeux! Ça vous va-t-y?
Et tout le monde entendit claquer le chien d'un fusil que le marabout venait 
d'aveindre d'un sac de toile qu'il avait sous les pieds.
Comme on savait le pendard capable de détruire père et mère, chacun fit le 
mort.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: