PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:42

Rappel du premier message :

Tipite Vallerand




Le narrateur de la présente signait Joseph Lemieux; il était connu sous le nom 
de José Caron; et tout le monde l'appelait Jos Violon.
Pourquoi ces trois appellations? Pourquoi Violon? Vous m'en demandez trop.
C'était un grand individu dégingandé, qui se balançait sur les hanches en 
marchant, hâbleur, gouailleur, ricaneur, mais assez bonne nature au fond pour se 
faire pardonner ses faiblesses.
Et au nombre de celles-ci - bien que le mot faiblesse ne soit peut-être pas 
parfaitement en situation - il fallait compter au premier rang une disposition, assez 
forte au contraire, à lever le coude un peu plus souvent qu'à son tour.
Il avait passé sa jeunesse dans les chantiers de l'Ottawa, de la Gatineau et du 
Saint-Maurice; et si vous vouliez avoir une belle chanson de cage ou une bonne 
histoire de cambuse, vous pouviez lui verser deux doigts de jamaïque, sans crainte 
d'avoir à discuter sur la qualité de la marchandise qu'il vous donnait en échange.
Il me revient à la mémoire une de ses histoires, que je veux essayer de vous 
redire en conservant, autant que possible, la couleur caractéristique et pittoresque 
que Jos Violon savait donner à ses narrations.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:44

À chaque instant, il nous passait sur les pieds, s'accrochait dans nos jambes 
étendues devant le feu; enfin, vlà la chicane prise entre lui et Tipite Vallerand. 
Comme de raison, une nouvelle bourrasque de blasphèmes.
Moi, ça me crispait.
-C'est pire qu'un mal de ventre, que je dis, de voir un chrétien maganer le bon 
Dieu de c'te façon-là!
-Le bon Dieu? que reprend le chéti en ricanant, il peut se fouiller. Y en a pas 
de bon Dieu par icitte!
Et renotant son jurement d'habitude, qu'était viré en vraies zitanies de 
conversation:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:45

-Si y a un bon Dieu par icitte, qu'il dit, je veux que le diable m'enlève tout 
vivant par les pieds!
Bon sang de mon âme! Jos Violon est pas un menteur; eh ben, croyez-moi ou 
croyez-moi pas, Tipite Vallerand avait pas lâché le dernier motte, qu'il sautait 
comme un crapaud les quat' fers en l'air, en poussant un cri de mort capable de 
mettre en fuite tous les jacks mistigris et tous les gueulards du Saint-Maurice à la 
fois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:45

Il se trouvait tout simplement pendu par les pieds, au bout de not' bouleau, 
qu'avait lâché son amarre; et l'indigne se payait une partie de balancine, à six 
pieds de terre et la tête en bas, sa longue crignasse échevelée faisant qu'un rond, et 
fouettant le vent comme la queue d'un cheval piqué par une nuée de maringouins.
Tout à coup, fifre! la tête de mon sacreur venait de passer tout près de nos 
tisons, et... ft... ft... ft... vlà-t-y pas le feu dans le balai!
Une vraie flambée d'étoupe, les enfants!
Ça devenait terrible, c'pas?
Moi, je saute sus ma hache, je frappe sus l'âbre, et crac! vlà mon Tipite 
Vallerand le dos dans les ferloches, sans connaissance, avec pus un brin de poil sur 
le concombre pour se friser le toupet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:45

Pas besoin de vous dire que, cinq minutes après, toute la gang était dans le 
canot, et, quoique ben fatiguée, nageant à tour de bras pour s'éloigner de c'te 
montagne de malheur, ous' que personne passe depuis ce temps-là sans raconter 
l'aventure de Tipite Vallerand.
Quant à lui, le boufre, il fut quinze jours ben malade, et pas capable d'ouvrir 
les yeux sans voir Charlot-le-diable lui tâter les pieds avec un noeud coulant à la 
main.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:45

Comme de raison, tout le chantier croyait trouver là-dedans une punition du 
bon Dieu, un miracle.
Mais moi qu'avait watché Tanfan Jeannotte, je l'avait trop vu nous piler sus les 
pieds, se faufiler dans nos jambes et tripoter la chaîne de la marmite, pour pas me 
douter que, dans l'affaire du bouleau, pouvait ben y avoir une punition du bon 
Dieu, mais en même temps une petite twist de camarade.
C'est mon opinion.
Quoi qu'il en soit, comme dit M. le curé, ce fut fini fret pour les sacres.
Tipite Vallerand passa l'hiver dans le chantier, sans lâcher tant seulement un 
« ma foi de gueux ».
Il suffisait de dire: diable emporte! pour le faire virer sur les talons comme 
une toupie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand   Jeu 13 Juin - 6:46

J'ai revu le garnement quatre ans après: il était en jupon noir et en surplis
blanc, et tuait les cierges dans la chapelle des Piles, avec une espèce de petit
capuchon de fer-blanc au bout d'un manche de ligne.
-Tipite! que je lui dis.
-De quoi! qu'y me répond.
-Tu reconnais pas Jos Violon?
-Non!... qu'il me dit tout sec en me regardant de travers, et en prenant une
sbire, comme si j'y avais mis une allumette à la jupe.
Ce qui prouve que s'il s'était guéri de sacrer, il s'était pas guéri de mentir.
Et cric, crac, cra! sacatabi, sac-à-tabac! mon histoire finit d'en par là. Serrez
les ris, ouvrez les rangs: c'est ça l'histoire à Tipite Vallerand!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Tipite Vallerand
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: