PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I    Ven 14 Juin - 9:00

Dominique


La première fois que, tout petit enfant, je mis le pied dans l’église de 
Saint- Joseph-de-Lévis, j’éprouvai une émotion dont le souvenir me rend 
encore tout songeur. 
Je ne connaissais encore, en fait d’églises, que les lointains clochers de 
Québec, vagues silhouettes dressées dans le ciel, ayant pour moi tout le 
mystérieux des nuages avec lesquels ils se confondaient souvent.
À Saint-Joseph, ces cloches sonnant à toute volée, ces hautes voûtes, ces 
échos solennels, cette odeur d’encens, tout m’impressionna jusqu’au 
ravissement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I    Ven 14 Juin - 9:00

Mais ce qui attira mon attention particulière - non seulement dans cette 
circonstance, mais encore chaque fois que, par la suite, j’entrai jeune encore 
dans la vieille église - ce n’étaient ni les sculptures du sanctuaire, ni la 
lampe argentée suspendue au-dessus des balustres, ni les anges joufflus 
copiés de Murillo qu’on voit encore dans la chapelle de la Vierge, ni le 
pain-bénit tout étoilé et enrubanné, ni les longues files d’enfants de choeur 
en surplis blancs, ni les chasubles ou les lourdes chapes rutilant au soleil, ni 
les hauts chandeliers de l’autel alternant avec de grands bouquets de fleurs 
artificielles, ni les cierges allumés, ni l’encensoir au cliquetis argentin, ni 
même les lustres de Noël remontés à fleur de voûte, et dont les bobèches de 
cuivre semblaient de loin autant de pommes d’or aussi inaccessibles que 
celles du jardin des Hespérides.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I    Ven 14 Juin - 9:00

C’était un bijou de frégate en bois des Îles, admirablement gréée, et d’un 
gabarit superbe, qui, pavillon déployé, se balançait à l’une des archivoltes 
de la nef, cinglant, lofant, boulinant, virant à pic ou louvoyant à larges 
bordées, ses petites voiles blanches - ainsi que des ailes d’oiseau de neiges 
- se gonflant ou faisant à la brise que soulevaient les lourds vantaux ou qui 
se glissait par les grandes fenêtres ouvertes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I    Ven 14 Juin - 9:00

Ce que m’a fait rêver cette frégate lilliputienne! 
Ce que j’ai fait de voyages à son bord aux pays bleus de l’imagination! 
Ce que je me suis endormi de fois dans les doux bercements de son 
tangage rythmique, alors que nous voguions tous deux sur les beaux lacs 
d’opale qui baignent le royaume des fées! 
Ce que je l’aimais, la petite frégate! 
Si j’avais eu à choisir entre une couronne d’empereur, les palmes de 
grand poète, la fortune des Rothschild d’un côté, et la petite frégate de 
l’autre, j’aurais certainement choisi la petite frégate. 
Cependant quelqu’un l’aimait encore plus que moi, paraît-il. 
C’était Dominique Guénard. 
Remontons nombre d’années en arrière; à la fin du dernier siècle, si 
vous voulez bien.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I    Ven 14 Juin - 9:00

Un jour, un Italien, échappé d’un naufrage pour ainsi dire 
miraculeusement, avait mis pied à terre à la Pointe-Lévi, et, reconnaissant 
de la protection divine à laquelle il attribuait son salut, avait offert en exvoto, 
à l’église de Saint-Joseph, cette petite frégate qu’il avait fabriquée luimême, 
et qui était un chef-d’oeuvre. 
Cet Italien se fixa à Lévis. 
Il était marin, il se fit pilote. 
Marié à une jeune fille de l’endroit, il devint bientôt l’un des nôtres, - au 
point que, son nom de Gennaro s’étant francisé de lui-même, ses enfants 
s’appelèrent Guénard. 
Dominique était le petit-fils de l’Italien Gennaro.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Dominique I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: