PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV   Ven 14 Juin - 9:27

IV 

La formule ordinaire: « Veuillez donc me prêter un écu » lui semblait 
d’une vulgarité tout à fait indigne d’un virtuose de son envergure. 
De la variété dans les procédés, des combinaisons savantes, voilà ce 
qu’il lui fallait. 
Il avait cependant un truc préféré, auquel il revenait quelquefois, quand 
il se sentait à court d’imagination. 
Les plus grands génies ont - chacun le sait - de ces moments de pénurie 
intellectuelle. 
C’est ce qui s’appelle en termes de journalisme moderne « être vidé ». 
Dans ces moments-là, Burns visait une maison où il se présumait 
inconnu, recueillait du voisinage toutes les informations possibles relatives 
à ses habitants; puis, muni de renseignements détaillés, il guettait l’instant 
où le chef de la famille était sorti, se présentait à la porte, la canne à la main 
et le chapeau haut de forme au bout du bras, se faisait introduire, et 
s’adressant à la maîtresse de la maison:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV   Ven 14 Juin - 9:27

- Je vous demande bien pardon, Madame, disait-il; je sais qu’Eugène 
est absent; mais, si vous voulez bien me le permettre, je vais l’attendre une 
minute. C’est lui-même qui m’a dit d’agir avec vous sans cérémonie. 
- Mais certainement, Monsieur, répondait la bonne dame, vous êtes chez 
vous; ayez la complaisance de vous asseoir. 
Alors Burns prenait un siège, et la conversation s’engageait. 
Il était un des grands amis du mari, disait-il; mais comme il avait 
voyagé depuis plusieurs années, rien d’étonnant qu’il n’eût pas l’honneur de 
connaître madame. 
Et il entrait dans tant de détails intimes, que son histoire paraissait on ne 
peut plus vraisemblable. 
Tout à coup il feignait de s’être oublié, et regardait à sa montre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV   Ven 14 Juin - 9:27

- Mais, sapristi! s’écriait-il, ce diable d’Eugène n’arrive toujours pas... 
- Êtes-vous sûr qu’il va rentrer? 
- Mais sans doute. Je le quitte à l’instant. Il m’a dit: « Entre en passant 
chez moi; j’y serai dans deux minutes; le temps de faire changer; je te 
paierai ça là. » Il devrait se presser un peu plus; ce n’est pas la peine de 
faire attendre un homme pour une bagatelle pareille. 
Et il faisait semblant de prendre patience. 
Enfin, après encore une dizaine de minutes d’attente, il se levait avec 
des airs de mauvaise humeur marquée, en disant: 
- Ah! par exemple, c’est trop fort. Ce gaillard-là va me faire manquer 
mon train. Je regrette réellement, Madame, de me laisser aller à l’impatience 
devant vous, mais si Eugène a voulu me mystifier, je ne l’en remercie 
point!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV   Ven 14 Juin - 9:27

- De quoi s’agit-il donc, Monsieur? 
- Eh! Madame, j’ai honte d’en parler; un rien du tout; un simple écu. 
Cela vaut-il la peine de faire poser un ami comme moi? Qu’il le garde, son 
écu, s’il est assez indélicat pour user de pareils procédés envers ceux qui lui 
prêtent de l’argent. 
Et il faisait mine de s’en aller très mécontent. 
- Mais, Monsieur, s’écriait la femme du malheureux Eugène, s’il ne 
s’agit que de cela, je vous demande pardon de vous avoir fait attendre; le 
voici, votre écu! Il y a malentendu sans doute. 
- Merci, Madame, disait Burns; je ne refuse pas de profiter de votre 
obligeance, car je suis pressé. Mais Eugène ne devrait pas exposer ses amis 
à des humiliations de ce genre. Non, vrai, ça n’est pas de bonne compagnie! 
Et, après avoir salué avec des airs de dignité offensée, Burns filait en 
glissant l’écu dans sa poche. 
Mais, si souvent que lui servît ce truc, c’était là seulement le thème. 
Il fallait voir les variations! 
Elles se multipliaient à l’infini. 
Quand au chiffre de l’emprunt, il variait aussi - depuis cinq jusqu’à 
soixante-quinze sous - suivant la fortune des gens, et selon qu’ils 
paraissaient plus ou moins susceptibles d’exploitation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV   Ven 14 Juin - 9:28

Ce stratagème lui réussissait presque toujours; mais, je le répète, Burns 
avait dans sa profession une conscience d’artiste, et préférait quelque chose 
de plus ingénieux.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Burns IV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: