PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III   Sam 27 Juil - 23:08

Rappel du premier message :

III
Comme vous n’avez probablement pas vu la
caricature de Jacobus Pragmater, dessinée au charbon
sur la porte de la cuisine de mon oncle le chanoine, et
qu’il est peu probable que vous alliez à *** pour la
voir, vous vous contenterez d’un portrait à la plume.
Jacobus Pragmater, qui joue en cette histoire le rôle
de la fatalité antique, avait toujours eu soixante ans : il
était né avec des rides, la nature l’avait jeté en moule
tout exprès pour faire un bedeau ou un maître d’école
de village ; en nourrice, il était déjà pédant.
Étant jeune, il avait écrit en petite bâtarde l’Ave et le
Credo dans un rond de parchemin de la grandeur d’un
petit écu. Il l’avait présenté à M. le marquis de ***,
dont il était le filleul ; celui-ci, après l’avoir considéré
attentivement, s’était écrié à plusieurs reprises :
-Voilà un garçon qui n’est pas manchot !
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III   Sam 27 Juil - 23:09

Pendant cette conversation, le grillon jetait
imperturbablement ses notes aiguës et vibrantes à
travers la voix sourde et cassée de Pragmater, la
couvrant quelquefois et l’empêchant d’être entendue.
Pragmater, impatienté, donna un coup de pied si
violent du côté d’où le chant paraissait venir, que
plusieurs flocons de suie se détachèrent et avec eux la
cellule du grillon, qui se mit à courir sur la cendre aussi
vite que possible pour regagner un autre trou.
Par malheur pour lui, le rancunier maître d’école
l’aperçut, et, malgré nos cris, le saisit par une patte au
moment où il entrait dans l’interstice de deux briques.
Le grillon, se voyant perdu, abandonna bravement sa
patte, qui resta entre les doigts de Pragmater comme un
trophée, et s’enfonça profondément dans le trou.
Pragmater jeta froidement au feu la patte toute
frémissante encore.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III   Sam 27 Juil - 23:09

Berthe leva les yeux au ciel avec inquiétude, en
joignant les mains. Maria se mit à pleurer ; moi, je
lançai à Pragmater le meilleur coup de poing que
j’eusse donné de ma vie ; il n’y prit seulement pas
garde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III   Sam 27 Juil - 23:10

Cependant la figure triste et sérieuse de Berthe lui
donna un moment d’inquiétude sur ce qu’il avait fait ; il
eut une lueur de doute ; mais le voltairianisme reprit
bientôt le dessus, et un bah ! fortement accentué résuma
son plaidoyer intérieur.
Il resta encore quelques minutes ; mais, ne sachant
trop quelle contenance faire, il prit le parti de se retirer.
Nous nous en allâmes coucher, le coeur gros de
pressentiments funestes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) L’Ame De La Maison. III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: