PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:50

Rappel du premier message :

VIII Perplexité.

Je dois l’avouer, le duc Alcindor, quoiqu’il eût deux
cent mille livres de rentes, la jambe bien faite et de
belles dents, n’avait pas la moindre invention et était
d’une pauvreté d’imagination déplorable. Cela ne
paraissait pas tout d’abord : il avait du jargon et du
vernis ; ajoutez à cela l’assurance que peuvent donner à
quelqu’un qui n’est pas mal fait de sa personne une
fortune de deux cent mille livres de rentes en bonnes
terres, un grand nom, un beau titre, l’espoir d’être
nommé bientôt grand d’Espagne de la première classe,
et vous concevrez facilement que le duc ait pu passer
dans un certain monde pour un homme extrêmement
brillant ; mais une nullité assez réelle se cachait sous
ces belles apparences.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:51

Similor, croyant avoir constaté sa part dans la
confidence et sachant qu’il n’était pas à beaucoup près
aussi grand orateur que Giroflée, le laissa achever
tranquillement sa phrase :
« Je pourrais lui être de quelque utilité et lui
suggérer quelques idées. Je saisis ici l’occasion de
protester de mon dévouement à monsieur le duc, et je
lui promets que, s’il fallait que le fidèle Giroflée
exposât sa vie pour lui faire plaisir, il n’hésiterait pas un
instant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:51

-Nous,... ajouta monosyllabiquement le silencieux
Similor, qui tenait à établir la dualité, et que les je trop
fréquents de Giroflée inquiétaient singulièrement.
-Bien, bien, mes enfants, vous m’attendrissez, ne
continuez pas. Voici en deux mots de quoi il s’agit : il
faut voler Fanfreluche, le bichon de la marquise.
Cinquante louis pour vous, si vous l’avez cette semaine,
et vingt-cinq, si vous ne l’avez que dans quinze jours. »
Giroflée pâlit de plaisir, Similor fit la roue, car voler
un chien semblait à ces deux fripons fieffés un pur
enfantillage. Même Similor, qui était consciencieux, dit
à son maître :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:51

« Monsieur le duc, si vous voulez, on vous volera
encore quelque chose par-dessus le marché.
-Ah, çà ! marauds, ne volez que le chien, ou je vous
roue de coups tout vifs, ajouta le duc en manière de
réflexion patriarcale ; Similor, vous avez trop de zèle. »
Giroflée, qui était un homme d’une prudence
consommée, eut soin de se faire avancer par le duc la
moitié de la somme, disant que l’argent est le nerf de la
guerre, et qu’il faut en avoir même pour voler. Le duc,
dont la confiance en la probité de Giroflée n’était pas
des plus illimitées, fit d’abord la sourde oreille, mais
enfin il se décida à donner les vingt-cinq louis.
Giroflée, pour le consoler, lui fit un mémoire
admirablement circonstancié d’après lequel il paraissait
même devoir mettre de l’argent de sa poche.
Mémoire de Giroflée
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:52

Dix louis pour acheter un déshabillé gorge de
pigeon à mademoiselle Beauveau, femme de chambre
de la marquise et gardienne du petit chien Fanfreluche,
afin de la disposer favorablement à l’égard de Giroflée
et de lui faciliter l’accès dans la maison.
Dix louis pour faire boire le suisse et captiver sa
confiance, afin qu’il ne s’opposât pas à la sortie du
susdit Fanfreluche emporté par le susdit Giroflée.
Un louis de gimblettes, croquignoles, caramel,
amandes, pralines et autres sucreries, destinés à
affrioler et à corrompre la probité du bichon.
Plus, quatre louis pour une petite chienne carline qui
aiderait considérablement Giroflée dans ses projets de
séduction.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:52



Sur ce mémoire le délicat valet de chambre ne
comptait pas son temps, sa peine tant spirituelle que
corporelle, et ce qu’il en faisait n’était que par pure
affection envers M. le duc, pour qui il eût volontiers
risqué les galères. Alcindor, touché d’un si beau
dévouement, ne put s’empêcher de trouver que le
mémoire était fort raisonnable.
Similor et Giroflée, après s’être partagé les vingt-
cinq louis, se mirent en campagne avec une ardeur si
incroyable, qu’au premier coin de rue ils se sentirent
une prodigieuse altération qui les força d’entrer dans un
cabaret pour boire une bouteille ou deux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.    Dim 28 Juil - 12:52

Mais leur soif
ne se le tint pas pour dit, et ils furent obligés de faire
venir deux autres bouteilles, ainsi de suite jusqu’au
lendemain, de sorte que les jambes leur flageolaient un
peu lorsqu’ils sortirent de ce lieu de délices, ce qui ne
les empêcha pas d’aller faire une nouvelle station dans
un nouveau cabaret à vingt pas de là, jusqu’à
l’épuisement de leurs finances. Alors ils s’en allèrent
sur le pont Neuf acheter un bichon assez conforme à
Fanfreluche, qui leur coûta une pièce de vingt-quatre
sous, et qu’ils apportèrent triomphalement au duc
Alcindor.


Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.VIII Perplexité.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: