PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:08

Rappel du premier message :

Le Loup-Qarou

On retrouve certains traits du présent récit dans L’enfant mystérieux de mon 
confrère, M. W. Eug. Dick. Évidemment nous avons dû nous inspirer de traditions 
plus ou moins identiques.- Louis Fréchette.


Avez-vous entendu dire que la belle Mérance à Glaude Couture était pour se
marier, vous autres?
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:09

Parce qu’il faut vous dire, les enfants, que Joachim Crête, avait un moulin, un
moulin à farine, dans la concession de Beauséjour, sus la petite rivière qu’on
appelle la Rigole.

C’était pas le moulin de Lachine, si vous voulez; c’était pas non plus un
moulin de seigneurie; mais il allait tout de même, et moulait son grain de blé 
et d’orge tout comme un autre.

Il me semble de le voir encore, le petit moulin, tout à côté du chemin du roi.
Quand on marchait pour not’ première communion, on manquait jamais d’y arrêter
en passant, pour se reposer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:09

C’est là que j’ai connu le pauvre malheureux : un homme dans la quarantaine
qu’haïssait pas à lutiner les fillettes, soit dit sans médisance.
Comme il était garçon, y s’était gréé une cambuse dans son moulin, où c’qu’il
vivait un peu comme un ours, avec un engagé du nom de Hubert Sauvageau, un
individu qu’avait voyagé dans les Hauts, qu’avait été sus les cages, qu’avait 
couru la prétentaine un peu de tout bord et de tout côté, où c’que c’était ben clair 
qu’il avait appris nen de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:09

Comment c’qu’il était venu s’échouer à Saint-Antoine après avoir roulé
comme ça? On l’a jamais su. Tout c’que je peux vous dire, c’est que si Joachim
Crête était pas c’que y avait de plus dévotieux dans la paroisse, c’était pas 
son engagé qui pouvait y en remontrer sus les principes comme on dit.
L’individu avait pas plus de religion qu’un chien, sus vot’ respèque. Jamais on
voyait sa corporence à la messe; jamais il ôtait son chapeau devant le 
Calvaire; c’est toute si y saluait le curé du bout des doigts quand y le rencontrait sus 
la route. Enfin, c’était un homme qu’était dans les langages, ben gros.
-De quoi c’que ça me fait tout ça? disait Joachim Crête, quand on y en parlait;
c’est un bon travaillant qui chenique pas sus l’ouvrage, qu’est fiable, qu’est 
sobre comme moi, qui mange pas plusse qu’un autre, et qui fait la partie de dames 
pour me désennuyer : j’en trouverais pas un autre pour faire mieux ma besogne quand
même qu’y s’userait les genoux du matin au soir à faire le Chemin de la Croix.
Comme on le voit, Joachim Crête était un joueur de dames : et si quéqu’un
avait jamais gagné une partie de polonaise avec lui, y avait personne dans la
paroisse qui pouvait se vanter de y avoir vu faire queuque chose de pas propre 
sus le damier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:09

Mais faut craire aussi que le Sauvageau était pas loin de l’accoter, parce que
-surtout quand le meunier avait remonté de la ville dans la journée avec une 
cruche -ceux qui passaient le soir devant le moulin les entendaient crier à tue-tête 
chacun leux tour : -Dame! -Mange! -Soufflé! -Franc-coin! -Partie nulle!... Et ainsi
de suite, que c’était comme une vraie rage d’ambition.
Mais arrivons à l’aventure que vous m’avez demandé de vous raconter.
Ce soir-là, c’était la veille de Noël, et Joachim Crête était revenu de Québec
pas mal lancé, et -faut pas demander ça -avec un beau stock de provisions dans
le coffre de sa carriole pour les fêtes.
La gaieté était dans le moulin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

Mon grand-oncle, le bonhomme José Corriveau, qu’avait une pochetée de
grain à faire moudre, y était entré sus le soir, et avait dit à Joachim Crête :
-Tu viens à la messe de Mênuit sans doute?
Un petit éclat de rire sec y avait répondu. C’était Hubert Sauvageau 
qu’entrait, et qu’allait s’assire dans un coin, en allumant son bougon.
-On voira ça, on voira ça! qu’y dit.

-Pas de blague, la jeunesse! avait ajouté bonhomme Corriveau en sortant : la
messe de Mênuit, ça doit pas se manquer, ça.
Puis il était parti, son fouet à la main.
-Ha! ha! ha!... avait ricané Sauvageau; on va d’abord jouer une partie de
dames, monsieur Joachin, c’pas?
-Dix, si tu veux, mon vieux; mais faut prendre un coup premièrement, avait
répondu le meunier.
Et la ribote avait commencé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

Quand ça vint sus les onze heures, un voisin, un nommé Vincent Dubé, cogna
à la porte :
-Coute donc, Joachim, qu’y dit, si tu veux une place dans mon berlot pour
aller à la messe de Mênuit, gêne-toi pas : je suis tout seul avec ma vieille.
-Merci, j’ai ma guevale, répondit Joachim Crête.
-Vont’y nous ficher patience avec leux messe de Mênuit! s’écria le
Sauvageau, quand la porte fut fermée.
-Prenons un coup! dit le meunier.
Et en avant la pintochade, avec le jeu de dames!
Les gens qui passaient en voiture ou à pied se rendant à l’église, se disaient:
-Tiens, le moulin de Joachim Crête marche encore : faut qu’il ait gros de
farine à moudre.
-Je peux pas craire qu’il va travailler comme ça sus le saint jour de Noël.
-Il en est ben capable.
-Oui, surtout si son Sauvageau s’en mêle...
Ainsi de suite.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

Et le moulin tournait toujours, la partie de dames s’arrêtait pas! et la brosse
allait son train.

Une santé attendait pas l’autre.
Queuqu’un alla cogner à la fenêtre :
-Holà! vous autres; y s’en va mênuit. V’là le dernier coup de la messe qui
sonne. C’est pas ben chrétien c’que vous faites là.
Deux voix répondirent :
-Allez au sacre! et laissez-nous tranquilles!
Les derniers passants disparurent. Et le moulin marchait toujours.
Comme il faisait un beau temps sec, on entendait le tic-tac de loin; et les
bonnes gens faisaient le signe de la croix en s’éloignant.
Quoique l’église fût à ben proche d’une demi-lieue du moulin, les sons de la
cloche y arrivaient tout à clair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

Quand il entendit le tinton, Joachim Crête eut comme une espèce de remords :
-V’là mênuit, qu’y dit, si on levait la vanne...
-Voyons, voyons, faites donc pas la poule mouillée, hein! que dit le
Sauvageau. Tenez, prenons un coup et après ça je vous fais gratter.
-Ah! quant à ça, par exemple, t’es pas bletté pour, mon jeune homme!... 
Serstoi, et à ta santé!
-À la vôtre, monsieur Joachim!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

Ils n’avaient pas remis les tombleurs sus la table, que le dernier coup de 
cloche passait sus le moulin comme un soupir dans le vent.
Ça fut plus vite que la pensée... crac! v’là le moulin arrêté net, comme si le
tonnerre y avait cassé la mécanique. On aurait pu entendre marcher une souris.
-Quoi c’que ça veut dire, c’te affaire-là? que s’écrie Joachim Crête.
-Queuques joueurs de tours, c’est sûr! que fit l’engagé.
-Allons voir c’que y a, vite!
On allume un fanal, et v’là nos deux joueurs de dames partis en chambranlant
du côté de la grand’roue. Mais ils eurent beau chercher et fureter dans tous 
les coins et racoins, tout était correct; y avait rien de dérangé.
-Y a du sorcier là-dedans! qu’y dirent en se grattant l’oreille.
Enfin, la machine fut remise en marche, on graissit les mouvements, et nos
deux fêtards s’en revinrent en baraudant reprendre leux partie de dames -en
commençant par reprendre un coup d’abord, ce qui va sans dire.
-Salut, Hubert!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:10

-C’est tant seulement, monsieur Joachim...
Mais les verres étaient à peine vidés que les deux se mirent à se regarder tout
ébarouis. Y avait de quoi : ils étaient soûls comme des barriques d’abord, et 
puis le moulin était encore arrêté.

-Faut que des maudits aient jeté des cailloux dans les moulanges, balbutia
Joachim Crête.

-Je veux que le gripette me torde le cou, baragouina l’engagé, si on trouve pas
c’qu’en est, c’te fois-citte!
Et v’là nos deux ivrognes, le fanal à la main, à rôder tout partout dans le
moulin, en butant pi en trébuchant sus tout c’qu’y rencontraient.
Va te faire fiche! y avait rien, ni dans les moulanges ni ailleurs.
On fit repartir la machine; mais ouichte, un demi-tour de roue, et pi crac!... 
Pas d’affaires : ça voulait pas aller.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou   Jeu 13 Juin - 6:11

-Que le diable emporte la boutique! vociféra Joachim Crête. Allons-nous-en!
Un juron de païen lui coupa la parole. Hubert Sauvageau, qui s’était accroché
les jambes dans queuque chose, manquable, venait de s’élonger sus le pavé comme
une bête morte.

Le fanal, qu’il avait dans la main, était éteindu mort comme de raison; de 
sorte qu’y faisait noir comme chez le loup : et Joachim Crête, qu’avait pas trop à 
faire que de se piloter tout seul, s’inventionna pas d’aller porter secours à son 
engagé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: