PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:47

Rappel du premier message :

Préface-dédicace 
À mon très cher et très distingué compagnon d’enfance, 
James D. Edgar, 
député au Parlement fédéral. 

Mon cher ami, 
Pendant que j’écrivais ce petit livre, tout rempli et pour ainsi dire tout 
palpitant de souvenirs qui nous sont communs, ton nom est venu tant de fois 
se mêler joyeusement à ces réminiscences, que, au moment de rédiger une 
préface, je le retrouve tout naturellement sous ma plume. 
Qu’il y reste, même sans ta permission!
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

Il y a le bassin Louise, le nouveau parlement, un palais de justice neuf, 
deux clubs d’amis, où l’on se dévore encore mieux que dans les sociétés 
patriotiques ou de Secours mutuel. 
L’historique château Saint-Louis est allé rejoindre les ruines du collège 
des Jésuites et du vieux poulailler législatif où s’est bâclée la constitution 
qui nous rend heureux depuis 1867. 
Et - circonstances qui frapperont nos neveux d’admiration - la rue 
Saint-Jean a failli s’élargir, après quarante ans d’efforts; et l’on commence, 
paraît-il, à construire un hôtel aux dépens de la Confédération, représentée 
par mon ami Van Horne!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

Faut-il noter d’autres progrès et d’autres disparitions? 
Le cheval de pain d’épice, le bâton de crème, les bull’s eyes, la 
planchette de tire, le baril de bière d’épinette, sont des institutions du passé. 
Les paniers de bric-à-brac s’éloignent peu à peu des places publiques. 
Les commis de la basse ville et de la côte de la Montagne ne racolent 
presque plus les chalands au coin des rues. 
La « botte à Barbeau », qui fut longtemps un des plus importants points 
de repère de la capitale, a quitté ses crochets légendaires. 
Et le cabriolet à soupente des anciens jours - la calèche, comme on 
l’appelle encore - s’il n’est pas classé un de ces quatre matins parmi les 
reliques de quelque amateur d’antiquités, sera bientôt remisé dans le 
compartiment réservé aux vieilles lunes. 
Plus de garnison anglaise!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

À peine quelques artilleurs indigènes arpentant les rues et portant des 
sabres - comme leurs casquettes, du reste, qui ne leur couvrent jamais que la 
moitié d’une oreille - pour le principe. 
Plus de vieux notaires ou d’anciens greffiers en retraite, allant prendre le 
frais à cinq heures du matin, sur la Terrasse, en robe de chambre et en 
pantoufles! 
Les maisons, lourdes et basses, sont bien encore assises sur le fin bord 
des trottoirs; mais on voit percer ça et là, sous l’arcade des nouvelles 
barrières et dans le fouillis des cheminées monumentales, les toits à 
tourelles de constructions plus sveltes et plus modernes. 
Les dieux s’en vont!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

Bref, mon pauvre Edgar, le cadre de nos premières impressions n’est 
plus du tout le même. 
Ce que nous avons appris à aimer ensemble nous quitte. 
Ce qui a fait la gaieté ou la poésie de notre printemps s’efface. 
Le passé non seulement n’est plus, mais encore les derniers vestiges 
qu’il avait laissés derrière lui, comme une traînée d’ombre ou de soleil, 
s’oblitèrent rapidement. 
C’est pour cela que j’ai écrit ces pages. 
C’est pour cela que j’ai écrit ces pages, où tu verras revivre quelquesunes 
de nos années de jeunesse, à côté des physionomies pittoresques qui en 
ont égayé certains côtés un peu ternes parfois, et dont j’ai voulu, par 
reconnaissance - je parle des physionomies - rappeler le souvenir. 
Il ne faut pas trop mépriser ces types bizarres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

La société serait bien plate, et son aspect bien monotone, si elle n’était 
pas un peu accidentée et comme bigarrée par ces excentriques personnages à 
panache polychrome qui en accentuent la variété des teintes, en brisent la 
tonalité trop persistante. 
Du reste, si l’histoire des nations forme, pour celles-ci, un patrimoine 
précieux, les annales anecdotiques des peuples ont aussi leur importance. 
Mieux que la chronologie des grands événements, quelquefois, elles 
affirment le caractère d’une race, et donnent le secret de certains problèmes 
sur lesquels se heurte souvent la sagacité de ceux qui ont le plus 
consciencieusement étudié l’humanité, et médité sur ses inconséquences 
apparentes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:49

Loin de moi, cependant, l’ambition de poser à l’historien. 
Au contraire - et je désire que le lecteur note bien ceci - on ne doit pas 
attendre de ces monographies une exactitude historique trop scrupuleuse. 
J’ai dessiné mes personnages tels que je les ai vus, ou tels qu’on me les 
a racontés, sans m’inquiéter de l’absolue vérité des détails. 
Pour moi, il est de peu d’importance que tel individu soit né ou mort 
dans une paroisse ou dans une autre, quelques années plus tôt ou quelques 
années plus tard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:50

Si les portraits sont ressemblants, les accessoires peuvent être plus ou 
moins fidèles, sans gâter le tableau. 
Ne pas chercher la petite bête! 

Quand l’anecdote est bien en couleur, quand elle est dans la note du 
personnage, et surtout quand elle est amusante, que désirer de plus? 
Lorsque je rapporte ce que j’ai vu, je le fais avec autant de fidélité que 
ma mémoire peut me le permettre; et si ce qu’on m’a raconté me paraît 
vraisemblable, je le consigne de même, en y mettant le cachet probable, sans 
jamais me donner la peine - en matière de cette sorte ce serait du temps 
perdu - d’aller aux sources pour contrôler aucun détail. 
Pourvu que la synthèse du modèle s’accuse bien en relief; que le fond 
soit d’une nuance plus ou moins conforme à la vérité absolue, que nous 
importe, après tout?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:50

C’est là un point sur lequel il est bon de s’entendre avec le lecteur; la 
précaution évitera peut-être une peine inutile à qui pourrait trouver, dans 
mes récits, matière à correction ou à contradiction. 
Autre chose. 
Si j’ai rangé mes   sous l’étiquette générale de 
types québecquois, bien que plusieurs d’entre eux n’aient jamais réellement 
habité Québec, c’est que, à tort ou à raison, pour toute la partie haute du 
pays - d’Ottawa à Trois-Rivières, et de Montréal à Saint-Jean - un 
Québecquois n’est pas précisément un homme domicilié dans la ville même 
de Québec, mais un habitant des environs.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:50

Il lui suffit même souvent d’être né dans le bas du fleuve. 
J’ai entendu dire plus d’une fois à Montréal: « C’est un Québecquois, il 
est de Rimouski. » 
J’ai donc pris mes types, mon cher Edgar, non seulement dans la ville de 
Québec, mais aussi dans le district, - surtout à Lévis, où je suis né, et où 
nous nous sommes connus. 
Cela n’était pas nécessaire, cependant, pour remplir le cadre de mon 
ouvrage. 
J’aurais pu me restreindre aux limites de la bonne vieille ville, et trouver 
là ample matière à plus d’un volume du même genre. 
Car, en fait de types originaux, je ne crois pas qu’il soit un endroit sous 
la calotte du ciel qui puisse se vanter d’en avoir produit un aussi grand 
nombre. 
Je pourrais citer, par exemple, tel avocat, célèbre par ses saillies, 
jurisconsulte éminent, inférieur à personne au parquet, et qui, sorti de là,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:50

devenait le plus exécrable bohème qui ait jamais traîné ses loques et son 
ivresse à travers la création. 
Tel médecin, excentrique dans ses habitudes, excentrique dans sa mise, 
excentrique chez lui, excentrique au dehors, savant remarquable, discoureur 
subtil, qui passa soixante ans de son existence à mystifier ses contemporains 
par des fumisteries de carabins, quand il n’exposait pas ses jours, pour les 
soigner gratuitement, pendant les épidémies. 
Tel autre citoyen riche et sérieux, instruit et distingué, qui resta fiancé 
plus de soixante ans, sans jamais manquer un soir la petite promenade à 
deux, pendant que les meubles achetés pour le ménage, soigneusement 
paquetés et ficelés, attendaient la noce au fond d’un grenier. 
Tel opulent propriétaire-rentier, qui vivait de ce qu’il ramassait la nuit 
dans les seaux à détritus, et qui est mort dans une soupente où il se chauffait 
avec de vieux papiers recueillis aux abords des imprimeries.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace    Jeu 13 Juin - 7:50

Et ce marchand - intelligent sur tout le reste - qui n’entrait jamais dans 
une église, de peur que la voûte ne lui tombât sur la tête! 
Et ce délicieux musicien, Français conduit chez nous par le hasard, qui 
dépensait en une nuit tout le produit d’un concert - les concerts étaient 
productifs à cette époque - et qui, le lendemain, empruntait un mouchoir 
pour aller le vendre, afin de se faire raser! 
Et cet agent d’assurances qui croyait avoir perdu sa journée, et restait 
taciturne jusqu’au soir, quand il n’avait pas assisté à un enterrement le 
matin!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Préface-dédicace
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: