PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:18

VI

L’année 1832 fut lugubre à Québec. On l’appelle encore, dans les
souvenirs populaires, « l’année du grand choléra ».
Durant deux mois, la terrible épidémie décima la population et porta la
panique à son comble.
Les victimes - des centaines par jour - s’affaissaient dans les rues, et
succombaient après quelques heures de souffrances épouvantables.
On charroyait les cadavres à pleins tombereaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:18

Presque aucuns de ceux qui étaient frappés n’en réchappaient.
Or le pauvre bedeau eut beau narguer le sort et la malchance, le fléau
l’atteignit et le réduisit bientôt à la dernière extrémité.
Son confesseur ordinaire se trouvant absent, on courut à l’évêché
mander un autre prêtre pour lui administrer les sacrements.
Ce fut à qui n’irait pas - non point qu’on craignît la contagion - mais
chacun avait peur de ne pouvoir garder son sérieux pour la circonstance.
Enfin, un jeune prêtre du nom de Carrier - qui fut plus tard curé de la
Baie-du-Febvre et joua un certain rôle dans les événements de 1837 -
accepta la tâche, et se rendit auprès du moribond, qui se tordait dans des
crises atroces.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:18

- Allons, mon pauvre frère, lui dit-il, vous allez probablement paraître
devant Dieu; êtes-vous bien résigné à mourir?
- Oh! oui, il y a assez de soixante et seize ans que je vois la lune du
même côté.
- Eh bien, il faut vous préparer du mieux possible. Vous avez la foi, je
suppose...
- Oh! oui, mon père, soupira le mourant... et même vous pourriez
mettre une syllabe de plus sans mentir.
- Bien; alors je vais vous administrer le sacrement de pénitence et
l’extrême-onction...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:18

- L’ordre et le mariage, si vous voulez; dépêchez-vous.
- Eh bien, reprit le prêtre, vous allez d’abord m’ouvrir votre âme...
- Ça ne sera pas difficile, j’ai déjà le corps à l’envers.
Le pauvre abbé suait à grosses gouttes, et se tenait à quatre pour ne pas
éclater.
Enfin, après avoir, tant bien que mal, entendu la confession du malade,
il lui présenta la communion en lui disant:
- Maintenant, mon cher frère, vous allez recevoir le corps et le sang de
Notre-Seigneur...
- N’oubliez pas la Sainte-Vierge! fit le vieillard d’une voix faible
comme un souffle.
Le jeune prêtre n’y put tenir plus longtemps.
Il se hâta d’administrer le patient, et s’enfuit.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:19

L’infortuné bedeau avait pour intime, M. Faucher de Saint-Maurice,
l’aïeul de l’éminent écrivain.
Quand l’excellent homme eut appris la maladie de son camarade, il
accourut.
- Allons donc, mon pauvre vieux, dit-il en entrant; il paraît que ça ne va
pas?
- Au contraire, mon ami, au contraire: ça va trop!
- Il faut prendre courage, dis donc.
- Oui, je fais des efforts.
- Toutes tes affaires sont arrangées?
- Elles n’ont jamais été mieux liquidées, mon ami!
Impossible de le faire sortir de là.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI   Jeu 13 Juin - 10:19

Oneille se rétablit cependant.
Il ne mourut que quatre ans plus tard, en 1836, à l’âge de quatre-vingts
ans et quelques jours.
Une heure ou deux avant sa mort, qu’on ne croyait pas si prochaine, sa
fille s’offrit de lui faire la barbe: il aimait à se sentir la figure nette.
- Laisse donc, dit-il, chère enfant; le bon Dieu sait bien que les
cordonniers sont toujours les plus mal chaussés.
Sa dernière parole fut un mot de profonde philosophie:
- Je ne vous dis pas adieu!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille VI
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: