PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

III
Autre anecdote.
- M’indiqueriez-vous où je pourrais acheter du son? lui demande, dans
une autre occasion, un paysan à l’air niais, qui avait une poche à la main.
- Du son? fait Oneille avec empressement; vous ne pouviez pas mieux
tomber, j’en vends.


- Vous en vendez?
- Vous l’avez dit.
- Du bon?
- J’en ai de plusieurs qualités; venez voir.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

Et les voilà, l’un devant l’autre, à grimper les escaliers en spirale du
clocher à lanternes de la vieille cathédrale.
- Diable! geint le campagnard tout essoufflé, vous le mettez ben haut,
vot’son!
- Je le tiens à l’air, ça l’empêche de moisir.
Et le pauvre naïf montait toujours en grommelant:
- Aller remiser du son à c’te hauteur-là! Ces gens de la ville ont des
idées...
Enfin, l’on atteint la cage du carillon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

- Ouf!... fait le paysan à bout d’haleine.
- Tenez, mon ami, dit Oneille, en faisant tinter le battant d’une des
cloches. Voici du son de différents prix, choisissez. J’en vends à tous les
baptêmes et à tous les enterrements.
L’histoire ne nous dit pas lequel des deux dégringola plus vite les
escaliers; du blagué ou du blagueur.
Une autre fois, comme Oneille se promenait à l’entrée de la ruelle qui
conduit au parloir du petit séminaire, un autre habitant, qui n’avait pas l’air
d’avoir inventé la corde à tourner le vent, l’aborde en lui disant, le chapeau
à la main:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

- Respect que j’vous dois, Monsieur, pourriez-vous pas me dire par
éous, qu’on rentre au suminaire?
- Vous avez envie de faire vos études? lui demande Oneille.
- Non, Monsieur, pas directement; je voudrais tant seulement voir mon
neveu, un p’tit Bolduc de Beauport.
- Ah! vous êtes l’oncle du petit Bolduc de Beauport!
- Oui, Monsieur; vous le connaissez p’têt’e ben?
- Si je le connais! Je suis le bedeau de la cathédrale: j’ai aidé à le
recevoir prêtre dimanche.
- Il est reçu prêtre! C’est pas possible.
- Pourquoi pas?
- Mais il vient d’entrer; y commence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

- Ça ne fait rien, ça; vous savez pas qu’ils font faire les études à la
vapeur maintenant?
- Tout de bon?
- Eh! oui... par la steam... C’est une nouvelle invention américaine. Il
n’y a rien de plus drôle. On vous déniaise un petit habitant de Beauport en
quelques tours de roues.
- Vous blaguez!
- Ma parole d’honneur! Une machine rare, allez!
- Vous avez qu’à voir!
- Vous voudriez la voir?
- Ma foi, c’est pas de refus. Y font-y payer pour ça?
- Pour voir la machine, non; mais pour passer dedans, ça coûte quelque
chose.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

- Ça me surprend point. Ils ont-y essayé ça sur les grandes personnes?
- Oui, mais il paraît que c’est pas fameux pour la santé.
- Comment ça?
- Eh bien, la semaine dernière, ils ont déniaisé un habitant de Saint-
Gervais; et le lendemain il a fallu aller chercher le docteur Painchaud.
- Pourquoi donc?
- Il avait attrapé le torticolis à lire dans les astres.
- Tiens, tiens... pas accoutumé!
- Justement.
- Eh ben, mon cher Monsieur, fait le brave homme, vous me croirez
p’têt’e pas, mais, à la peine d’être ben malade moi étout, je donnerais la
moiquié de ma terre pour me faire... pour me faire... instruire de c’te façonlà,
moi.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:14

- Vous n’avez pas besoin de ça, vous; vous me paraissez à votre aise...
- C’est vrai que j’ai de quoi; mais, je peux ben vous le dire, à vous, là:
si j’étais tant seulement assez instruit pour lire dans le P’tit Albert, comme
j’en connais, j’aurais de l’argent, tenez! de l’argent... pour vous en donner,
quoi!
- Vraiment? c’est une idée, ça, fait Oneille sur le ton du plus haut
intérêt: vous n’êtes pas plus bête que vous en avez l’air, vous... Eh bien,
écoutez; c’est pas de mes affaires, mais je ne veux pas que vous manquiez
cette chance-là. Je vais vous conduire chez le directeur. Vous m’excuserez
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III   Jeu 13 Juin - 10:15

si j’entre pas: nous avons eu quelque chose ensemble dernièrement. Mais
vous vous arrangerez bien avec lui: il ne jure que par les gens de Beauport.
On se figure l’ahurissement du brave directeur - M. l’abbé Gingras - en
présence de cet homme qui, cinq minutes après, lui parlait du « p’tit Bolduc
reçu prêtre dimanche, d’invention américaine, d’un habitant de Saint-
Gervais malade du torticolis et des mouvements à steam du suminaire ».
Cette fois, l’on n’attendit pas jusqu’au lendemain pour faire venir le
docteur Painchaud.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. Oneille III
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: