PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:41

Rappel du premier message :

Grosperrin
I

Ô vous, mes frères, qui comme moi avez doublé ou vous préparez à
doubler le cap de la cinquantaine, messieurs les ministres, messieurs les
juges, messieurs les députés, honorables messieurs de toutes catégories,
curés, avocats, médecins, notaires plus ou moins rangés, dites-moi, vous
rappelez-vous l’année mil huit cent soixante-deux?
Nous avions vingt ans, ou tout au moins nous venions d’avoir vingt ans.
Des folies plein la tête, de la poésie plein le coeur, les poches remplies...
d’illusions, nous vivions - oh! mais, nous vivions! - gais, amoureux, avides
de savoir et d’aventures, emportés dans je ne sais quelle envolée d’émotions
grisantes et de généreuses ambitions.
Oh! la jeunesse fleurie! Oh! les souvenirs!
En ce temps-là, Son Éminence Mgr le cardinal Taschereau était
monsieur l’abbé Taschereau, recteur de l’université Laval.
Sir Hippolyte Lafontaine était premier président de la cour d’Appel.
Sir Aimé Dorion était secrétaire d’État.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org

AuteurMessage
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR


Nombre de messages : 127630
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:42

Je vais donc terminer ces compliments nouveaux.
Tu vois mon écriture, elle n’est pas trop belle;
Mais le sens y réside et mes vers sont très beaux!
Quand Grosperrin parlait de son écriture, il se vantait, car il ne savait
pas écrire.
Aussitôt qu’il avait composé son chef-d’oeuvre dans sa tête, il le dictait
à n’importe qui [qui] pouvait y mettre un peu d’orthographe, et le portait de
suite chez l’imprimeur.
Citons maintenant des strophes pour le chant.
C’est intitulé: Le maçon de Paris.
Allons, maçons, mettez-vous à l’ouvrage;
Voici l’instant du signal des travaux;
Montrez-nous donc du coeur et du courage;
Employez bien tous vos matériaux.
Tous les humains admirent votre ouvrage
Qui pour leurs yeux et des siècles entiers...
Allons, maçons, des grands flattez la rage,
Gâchez, gâchez, faites bien les mortiers. (bis)
Vous bâtissez ce qui s’offre à ma vue,
Tous ces palais, ces minutieux travaux!
Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:42

Fatalement vous couchez à la rue,
Quand l’âge vient, accablés par les maux.
Faites aussi bien belle hôtellerie
Pour des milords ou des banqueroutiers,
Gloire au maçon qui de l’artillerie
S’en vient gâcher pour faire des mortiers. (bis)
Vous construisez forts à grosses murailles,
Vous élevez fortifications;
L’insolent riche ose dire: Canailles!
Et vous payez lourdes locations.
Vous travaillez, l’ambitieux vous raille,
Il vous méprise, et même les portiers!
Allons, maçons, qui couchez sur la paille,
Gâchez, gâchez, faites bien vos mortiers. (bis)

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:42

Terrassiers, faites donc des tranchées,
Des ennemis punissez les méfaits;
De leurs combats nos vaillantes armées,
Nous parlerons de leurs brillants hauts faits;
On en louera la stupide vaillance;
Vous serez plaints des féroces rentiers;
Et puis après, en revenant en France,
Gâchez, gâchez, faites bien vos mortiers. (bis)
On voit à travers les obscurités de ce gâchis, que le poète-savetier était
un démoc-soc bien conditionné, et savait prêcher pour sa paroisse.
Il prêchait, récitait et chantait.
Quand ses vers étaient imprimés, il partait en campagne.
Alors, on le rencontrait partout, dans la rue, sur la place publique, à la
porte des églises, à l’embarcadère des bateaux à vapeur en été, aux abords
du pont de glace en hiver, chantant à tue-tête ou récitant ses productions,
faisant le boniment et distribuant ses brochures et plaquettes à droite et à
gauche, moyennant deux, trois, cinq ou dix sous, suivant leur importance.
- Approchez! criait-il d’une voix de stentor, avec un accent nasillard et
traînant qui le faisait reconnaître à d’énormes distances, approchez, sieurs et
dames! vous allez entendre le célèbre philosophe Grosperrin, poètecordonnier
- fait dans le vieux et le neuf - le proscrit exilé par tous les
tyrans de l’Europe, et qu’on a voulu assassiner tant de fois pour lui voler ses
vers!

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:43

Prononcez vars.
Et l’individu entonnait sur un ton impossible une mélopée incohérente,
sans suite ni mesure, et dont je me rappelle seulement le refrain avec deux
vers du premier couplet:
Je te connais, je te connais,
Faux caractère,
En Angleterre!
Je te connais, je te connais,
Femme au pistolet des forfaits!
Pour m’attirer le motif de chaussure
Fut par ta bonne amplement usité, etc.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:43



C’était l’histoire d’un prétendu guet-apens, qu’une Anglaise lui aurait
tendu pour s’emparer de ses précieux manuscrits.
Après cette entrée en matière, le troubadour d’un nouveau genre se
mettait à hurler à pleine gorge toutes sortes de chansons abracadabrantes et
de pièces de vers archi-comiques.
Romances de saules pleureurs, refrains bachiques, grivoiseries au gros
sel, stances de céladons, satires politiques, philippiques à l’emporte-pièce, il
y en avait pour les goûts les plus divers.
Va sans dire que tout cela était saupoudré des excentricités les plus
burlesques, et farci de lieux communs incommensurables.
Il chantait et déclamait alternativement.
De temps à autre, il s’interrompait pour recommencer son boniment ou
faire admirer les passages les plus remarquables à la foule, qui l’écoutait
bouche bée.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
James
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
FONDATEUR ADMINISTRATEUR
avatar

Masculin
Dragon
Nombre de messages : 127630
Age : 53
Localisation : Mon Ailleurs c'est Charleville-Mézières
Date d'inscription : 04/09/2007

MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I    Jeu 13 Juin - 20:43



Il avait une chanson qui commençait comme ceci:
Petit enfant qui fus mis en ce lieu,
Dis, ce matin, as-tu fait ta prière?
As-tu pensé d’implorer le bon Dieu
Pour qu’il ait soin de protéger ta mère?
La reine d’Espagne, qui lui avait entendu chanter cela, le fit prier de
passer par son palais.
Mais va-t-en voir s’ils viennent!
Grosperrin connaissait trop bien ce qui retourne des faveurs royales pour
se laisser engluer comme un étourneau.
Il avait répondu aux envoyés de la reine par ces paroles aussi
mémorables que bien senties:
- Allez dire à votre maîtresse que les vers du philosophe Grosperrin sont
trop beaux pour servir de jouets aux persécuteurs de l’humanité!
La reine d’Espagne, qui était, comme on sait, d’une susceptibilité
ridicule, ne lui avait jamais pardonné cela, disait-il.
Au reste, il n’en parlait que pour la forme; ça lui était parfaitement égal.

_________________


Revenir en haut Aller en bas
https://www.plumedepoesies.org
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Grosperrin I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: