PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I    Ven 14 Juin - 8:33

Marcel Aubin


Quelque temps avant sa mort, Henri Murger disait à un de ses amis: 
- Mon cher, la bohème est une maladie: on en meurt. 
Je ne sais si Marcel Aubin est mort de cette maladie-là, mais on peut 
affirmer sans crainte qu’il n’y eut jamais pareil bohème étalant avec plus de 
jovialité son insoucieuse paresse au soleil des routes. 
Quand j’ai connu cet original - et cela remonte à ma plus tendre enfance 
- il pouvait avoir de quarante à quarante-cinq ans.
C’était un grand gaillard sec, au visage glabre, et dont l’expression de 
physionomie contrastait singulièrement avec son allure courbée et ses 
manières cauteleuses.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I    Ven 14 Juin - 8:35

Cette expression était la plus réjouissante que j’aie jamais vue. 
Il avait un long nez qui lui descendait tristement sur la lèvre supérieure, 
mais dont les ailes frémissaient toujours et se gonflaient tour à tour à gauche 
ou à droite, comme le museau d’un lapin. 
Il ne riait jamais, mais les coins de sa bouche, qui remontaient jusqu’aux 
pommettes en y produisant une foule de petits plis goguenards, 
provoquaient une hilarité dont les plus mal disposés ne pouvaient se 
défendre. 
Ajoutez à cela deux grands sourcils en accent circonflexe qui allaient se 
perdre dans une tignasse rousse, en laissant clignoter, faute d’encadrement, 
deux yeux éteints et grisâtres, rappelant vaguement deux petites huîtres de 
Caraquettes, tout cela s’épanouissant entre deux vastes oreilles molles dont 
la flaccité flottait au moindre courant d’air, et vous aurez une idée de cette 
tête curieuse, qui semblait ébauchée par un sculpteur naïf et sans 
expérience. 
Il gesticulait, en outre, de la façon la plus comique du monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I    Ven 14 Juin - 8:35

Quand il croyait avoir trouvé une bonne farce, il élevait la paume de sa 
main jusqu’à son menton, et, avec un sourire à désopiler une armée ou à 
exaspérer un saint, il allongeait au bout du bras ses longs doigts maigres et 
collés ensemble, en lançant le trait comique ou méchant, d’une voix grêle et 
sur un ton de satisfaction triomphante. 
Ce n’était pas un pauvre, dans le sens ordinaire du mot.
Il possédait même quelques petites rentes.
Mais je ne sais s’il eut jamais un domicile à lui.
Il « vardait » et « vacabonnait », comme les gens disaient, de Lotbinière
à Québec, en passant par Sainte-Croix, Saint-Antoine, Saint-Nicolas, New-
Liverpool, Etchemin et Lévis.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I    Ven 14 Juin - 8:35

C’était là l’itinéraire habituel de Marcel Aubin. 
Il allait à petites journées, dînant chez celui-ci, soupant chez celui-là, 
agaçant les femmes revêches, suivi et acclamé par des groupes d’enfants 
rieurs, payant son écot en chansons et complaintes de toutes sortes, et, avec 
une présence d’esprit sans pareille, répondant à toutes les questions de 
même qu’à toutes les observations, comme je le dirai dans un instant. 
C’était là sa vie.
Il était passé à l’état de prototype.
Un vagabond, c’était un Marcel Aubin.
Un paresseux, c’était un Marcel Aubin.
Un sans-souci, Marcel Aubin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I    Ven 14 Juin - 8:48

Un farceur, un fumiste, un flâneur, un malin singe, un garnement
incorrigible, Marcel Aubin! 
Quand un père voulait tancer un moutard aussi fainéant qu’espiègle: 
- Eh, va donc! disait-il, espèce de Marcel Aubin! 
Marcel Aubin n’ignorait pas ce détail; et quand l’occasion s’en 
présentait, il ne manquait pas d’en faire la remarque par les trois rimes 
suivantes: 
Quand, parmi les bambins,
Y a-t-un p’tit chérubin,
On l’nomm’ Marcel Aubin!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin I
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: