PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV   Ven 14 Juin - 8:55

IV 

À l’époque où florissait Marcel Aubin, florissaient aussi les fricots, les 
réunions joyeuses des jours-gras, les parties de danse, et les noces qui 
duraient trois jours et trois nuits. 
Entre Noël et le carême surtout, ces fêtes se multipliaient d’une façon 
qui attestait éloquemment la fidélité de notre race aux traditions de la vieille 
gaieté gauloise. 
Un des traits caractéristiques de ces réunions du temps passé, c’était 
l’admission des survenants. 
On appelait survenant - le mot le dit - celui qui, n’ayant pas été invité, 
se présentait quand même - à la fin du repas généralement - pour prendre 
part à la sauterie qui s’organisait dans la soirée, et même dans l’après-midi. 
Ils arrivaient souvent plusieurs à la fois, et on leur faisait presque 
toujours bon accueil, à la condition toutefois qu’ils fussent amusants. 
Or, étant donné le caractère de Marcel Aubin, il n’est guère besoin 
d’ajouter qu’il ne manquait pas souvent de se présenter en survenant dans 
les fêtes de ce genre qui se donnaient sur son passage - la condition d’être 
amusant n’ayant pour lui rien de particulièrement onéreux. 
Une fois, un nommé Marcoux mariait sa fille, et tout le canton avait été 
invité à venir “battre les ailes de pigeon” en l’honneur des nouveaux mariés. 
La réunion était nombreuse et animée. 
Vers neuf heures arrive Marcel Aubin, tout endimanché, frais comme un 
concombre, et le plus large des sourires épanoui entre les deux oreilles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV   Ven 14 Juin - 8:55

Il se campe sur un jarret, tire sa plus belle révérence, et prend la parole 
en ces termes: 
Bonsoir la compagnée,
Faut pas vous indigner
Si j’entre sans cogner;
J’vous la souhaite à poignée!
- Tiens, tiens, s’écrie-t-on de toutes parts, c’est le brave Marcel! 
- Bonsoir, Marcel! 
- Comment ça va-t-il, Marcel?
Et Marcel de reprendre sans souffler:
Oui, mesdam’s, c’est Marcel,
Qui vient mettr’ son grain d’ sel;
C’est là-dedans qu’il excelle!
- Dansez-vous un rigodon? 
- Merci, j’ vous demand’ pardon;
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV   Ven 14 Juin - 8:55

J’en ai jamais eu l’ don!
Ainsi, continuez donc!
- Asseyez-vous au moins, fit une des jeunes danseuses. 
- Ma foi, mamzell’ Thérèse;
Pourvu qu’la chose vous plaise,
Pour êtr’ plus à mon aise,
Je r’fuserai pas une chaise.
- M. Marcel prendra aussi un petit verre de rhum, j’en suis sûre, fit la 
maîtresse de la maison. 
C’était là une proposition qui ne laissait jamais Marcel Aubin 
indifférent. 
Aussi répondit-il avec un empressement qu’il n’essayait point de 
dissimuler:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV   Ven 14 Juin - 8:55

- Merci, madam’ Marcoux;
C’est pas qu’ j’en prenn’ beaucoup;
Mais j’r’fuse pas un coup.
S’ rincer la dall’ du cou,
C’est pas ça qui découd
C’ qui fait coucouroucou!
Est-il besoin de le dire? les petits coups se succédèrent si bien que, de 
verre en verre, et de rimette en rimette, Marcel Aubin finit par s’affubler du 
panache qu’il ne manquait presque jamais de mettre à son chapeau dans les 
circonstances analogues. 
Cela n’altérait, par exemple, ni sa verve poétique ni sa présence d’esprit. 
Témoin cette réponse qu’il fit ce soir-là même à la femme d’un nommé 
Barbin - lequel faisait souvent la noce et ne brillait guère du côté de 
l’intelligence, surtout dans ces moments-là. 
Elle s’était permis de plaisanter un peu notre héros sur la solidité de son 
plumet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV   Ven 14 Juin - 8:55

Il se campe devant elle, et dans l’attitude de la dignité offensée, il lui 
décoche cette apostrophe: 
Mam’ Barbin, j’ vous en prie,
J’ mérit’ pas vot’ mépris;
Si j’ai un peu trop pris,
J’ suis pas un mal appris,
Et j’ai tout mon esprit;
Ce qui vous prouve ben,
Ma chèr’ madam’ Barbin,
Que c’est pas vot’ mari,
Mais qu’ c’est Marcel Aubin!
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin IV
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: