PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

  Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:51

II 

Car il faut vous dire que Marcel Aubin s’exprimait bien rarement en 
prose. 
Pour ma part, je ne l’ai jamais entendu faire usage de cette forme 
vulgaire du langage. 
On aurait dit qu’à l’inverse de M. Jourdain, il faisait de la poésie sans le 
savoir. 
Quand je dis poésie, il faut s’entendre; la poésie de Marcel Aubin 
n’avait qu’une parenté très éloignée avec celle de Lamartine et de Victor 
Hugo. 
Il n’avait pas cette prétention. Du reste, il ignorait probablement le nom 
même de ses augustes rivaux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:51

Quand il avait réussi à aligner plusieurs rimes - ou plutôt plusieurs 
consonances - à la suite les unes des autres, il ne lui importait guère que la 
désinence fût conforme aux règles de la prosodie, ou qu’une terminaison 
féminine fût immoralement accouplée à une terminaison masculine, pourvu 
que cela eût un certain rythme et sonnât richement à l’oreille, son ambition 
n’avait rien à désirer. 
Il appelait cela des rimettes. 
Et, il faut l’avouer; autant que mes souvenirs et la tradition - corroborée 
par certaines notes laissées par ma grand’mère - peuvent en faire foi, le 
loustic avait un talent peu ordinaire pour ce genre d’exercice. 
Probablement ne rêvait-il qu’à cela. 
Qu’on en juge par un exemple:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:51

Un bon jour, il entre, sa pipe à la main, chez une femme de notre 
voisinage, du nom de Vermette, et lui adresse ainsi la parole: 
Ma chèr’ madam’ Vermette,
Voudriez-vous m’permette
D’vous d’mander une allumette?
Et quand la bonne femme lui eût donné ce qu’il demandait, Marcel 
Aubin ajouta avec un salut et un geste inimitable: 

  
Que l’bon Dieu vous la r’mette,
C’est le souhait d’ma rimette!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:51

Comme on le pense bien, il réussissait de cette façon à amuser beaucoup 
de monde; mais sa causticité - et sans doute aussi quelquefois le besoin de 
la rime - lui faisaient dire des choses trop piquantes pour ne pas blesser 
certaines susceptibilités. 
Et alors, gare le manche à balai! 
Il y avait, chez un de nos voisins, une vieille fille du nom de Gervais, 
qui avait pris notre individu en grippe, et contre qui il ne manquait jamais 
d’exercer sa malignité par des rimes plus ou moins provocantes. 
Mais sachant ce qui l’attendait, il se tenait à distance respectueuse, prêt 
à tourner les talons à la première déclaration d’hostilité, avec une prestesse 
qui faisait honneur à ses longues jambes. 
Un jour, il l’apostropha avec un geste des plus insinuants, et sur un ton 
qui était tout un poème à lui seul:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:51

Mamzell’ Gervais,
Si on pouvait,
Si on pouvait,
Si on pouvait!...
- Comment, c’est encore ce vaurien-là! Passez votre chemin, méchant 
gibier! Y a rien pour vous ici. 
Et lui de reprendre avec un accent de gouaillerie incommensurablement 
significative: 
Mamzell’ Gervais,
Si on savait,
Si on savait,
Si on savait!...
- Qu’est ce que tu veux dire, scélérat? Parle, ou je te jette une 
chaudiérée d’eau bouillante sur le museau, infâme vagabond! 
Mamzell’ Gervais,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:52

Si on l’trouvait,
Si on l’trouvait,
Si on l’trouvait!...
Il n’eut pas le temps d’aller jusqu’au bout. Ce fut une tempête. 
Les couteaux, les cuillers, les fourchettes, les casseroles, les lèchefrites, 
toute la batterie de cuisine lui vola par la tête dans un pêle-mêle épique, 
tandis que le malencontreux rimeur détalait sans même songer à protéger 
son arrière-garde. 
- Aïe! Marcel, lui crie quelqu’un; tu as eu la soupe chaude, à ce qu’il 
paraît. 
Et l’imperturbable rimeur de répondre: 
Ça vient d’mamzell’ Gervais;
Et comm’ j’suis pas mauvais,
C’est pour ça que j’men vais!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:52

Il ne faudrait pas croire, cependant, qu’il fût toujours reçu d’une façon 
aussi inhospitalière partout où il se présentait. 
Au contraire. 
Il avait ses entrées privilégiées chez bien des gens. 
Là il se présentait avec obséquiosité. 
C’était: 
Ma bonn’ madam’ Plaisance
Auriez-vous la complaisance
D’endurer ma présence?
Ou bien: 
Chèr’ madam’ Latulippe,
Sachant qu’c’est vot’ principe,
De pas trop fair’ la lippe
Quand un homme s’émancipe,
J’entre allumer ma pipe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:52

Ou bien encore: 
Quand j’passe chez mam’ Laporte,
J’veux que l’bon Dieu m’emporte,
Faut que j’arrête à sa porte
Pour savoir comment ell’ s’porte!
Alors on ne manquait guère de lui dire: 
- Entrez, monsieur Marcel, entrez!
Et il répondait en s’installant:
Comme j’ai du loisir,
Puisqu’ c’est votre désir,
J’entre pour vous fair’ plaisir.
Ou, s’il voulait continuer sa route, il se confondait en saluts, disant: 
Madam’, je vous remercie,
En passant par ici,
Je n’avais que l’ souci
D’ vous saluer ainsi!
- Et il détalait.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:52

Au nombre de ceux qui lui faisaient meilleure façon se trouvait une
veuve du nom de Rivage. 
Elle avait toujours une réserve de friandises pour le poète ambulant. 
Un jour qu’elle lui offrait un verre de rhum, qu’il dégustait avec 
enthousiasme, il lui adressa cette déclaration à brûle-pourpoint: 
Ma bell’ madam’ Rivage,
J’apprécie vot’ breuvage;
Si j’étais moins sauvage,
J’voudrais qu’mon esclavage
Consolât vot’ veuvage!
Je ne sais si cette déclaration fut bien reçue dans le moment; en tout cas, 
elle n’eut point de suite, car Marcel Aubin est mort garçon.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II   Ven 14 Juin - 8:52

Qu’on ne soit point surpris de voir Marcel Aubin galant et même 
amoureux. 
Si bohème qu’il fût, il avait le coeur tendre, et se piquait de bonne 
compagnie - pourvu qu’on n’exagère pas trop la portée que je donne ici à ce 
mot. 
Il était toujours vêtu d’une façon convenable, et mettait même à cela 
quelque coquetterie, paraît-il. 
Au moins si l’on en juge par la réponse qu’il fit un jour à une jeune fille 
du nom d’Arthémise Caron. 
Celle-ci lui ayant dit: 
- Vous êtes bien faraud aujourd’hui, monsieur Marcel! 
Marcel Aubin avait répondu sans la moindre hésitation, et avec le geste 
qu’on lui connaît: 
Mamzell’ Arthémise,
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués.Marcel Aubin II
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Originaux Et Détraqués. George Lévesque III
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: