PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53

IX Le Faux Fanfreluche.

Alcindor fut on ne saurait plus satisfait de la célérité
d’agir de Similor et de Giroflée ; il possédait donc ce
précieux bichon qui faisait tourner la tête à tant de jolies
femmes, ce ravissant Fanfreluche qui avait fait pâlir
l’étoile de l’abbé de V..., ce délicat et curieux animal
dont la marquise était plus fière que de son attelage de
chevaux soupe au lait, de son chasseur haut de six pieds
et demi, et de son jockey à fourrer dans la poche,
qu’elle aimait plus que ses amants, son mari et ses
enfants, plus que le whist et le reversi. Quelle allait être
la joie d’Éliante en recevant le cher petit chien dans un
corbillon doublé de soie et tout enrubanné de faveurs
roses ! Quels langoureux tours de prunelle, quels
regards assassins, quels adorables petits sourires
allaient être décochés sur l’heureux Alcindor, jusqu’au
moment, sans doute très prochain, où sonnerait l’heure
du berger si impatiemment attendue ! « Versac va en
crever de rage, car, malgré ses airs détachés, je le
soupçonne très fort d’être encore amouraché de la
comtesse Éliante et de mener une intrigue sous main
avec elle, » se dit Alcindor en faisant craquer ses doigts
en signe de jubilation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53

Le duc, pour ne pas perdre de temps, résolut d’aller
porter le soir même à la jeune belle le Fanfreluche
supposé dont il était loin de suspecter l’identité ; la
mine innocente de Similor et de Giroflée éloignait du
reste toute idée de fraude ; Alcindor était à cent lieues
de supposer que ce chien pour lequel il avait donné
vingt-cinq louis ne coûtait effectivement que vingt-
quatre sous. La ressemblance était complète : pattes
torses, nez retroussé, marque sur les yeux, queue en
trompette ; deux gouttes d’eau, deux oeufs ne sont pas
plus pareils. Alcindor heureusement ne s’avisa pas de
faire répéter le menuet au Sosie de Fanfreluche ; le
bichon du Pont Neuf, totalement étranger aux belles
manières du grand monde, se fût trahi par la gaucherie
et l’inexpérience de ses pas.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53


Alcindor, voulant soutenir avantageusement la
concurrence avec Fanfreluche, fit une toilette
extraordinaire ; son habit était de toile d’or, doublé de
toile d’argent, avec des boutons de diamant, disposés de
manière à ce que chaque bouton formât une lettre de
son nom ; un jabot de point de Venise valant mille écus,
et noblement saupoudré de quelques grains de tabac
d’Espagne, s’épanouissait majestueusement sur sa
poitrine par l’hiatus d’une veste de velours mordoré ; sa
jambe, emprisonnée dans un bas de soie blanc à coin
d’or, se faisait remarquer par l’élégante rotondité du
mollet et la finesse aristocratique des chevilles. Un
soulier à talon rouge comprimait un pied déjà très petit
naturellement ; une frêle épée de baleine à fourreau de
velours blanc, avec une garde de brillants, la pointe en
haut, la poignée en bas, relevait fièrement la basque de
son habit. Quant à sa culotte, j’avoue à regret que je
n’ai pas pu constater assez sûrement de quelle étoffe
elle était faite ; il y a cependant lieu de croire qu’elle
était de velours gris de perle ; cependant je ne veux rien
affirmer.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53

Quand Giroflée eut achevé de ramasser avec un
couteau d’ivoire la poudre qui était attachée au front de
M. le duc, il éprouva un mouvement d’orgueil ineffable
en voyant son maître si bien habillé et si bien coiffé, et
il courut prendre un miroir qu’il posa devant le duc.
« Monsieur, je suis content de moi ; vous êtes au mieux,
et je ne crois pas que monsieur rencontre beaucoup de
cruelles ce soir.
-Si monsieur avait la figure peinte en noir, il serait
bien plus beau encore, mais il est bien comme cela,
ajouta Similor, toujours attentif à se maintenir en faveur
et à ne pas se laisser dépasser en flagornerie par
l’astucieux Giroflée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53

« Similor, appelez Marmelade, » dit le duc.
Marmelade parut ; c’était un nègre de grande taille.
« Faites atteler le carrosse. »
La voiture prête, le duc descendit en fredonnant un
petit air ; il portait à son cou, dans un petit corbillon, le
faux Fanfreluche avec la plus parfaite sécurité.
L’équipage du duc était du meilleur goût et conforme
au dernier patron de la mode : cocher énorme,
bourgeonné, ivre mort, avec la coiffure à l’oiseau royal,
un lampion volumineux, des gants blancs, des guides
blanches, un monstrueux collet de fourrure ; des laquais
à la mine convenablement insolente, portant des torches
de cire, deux devant et trois derrière, le tout dans les
règles les plus étroites. Le carrosse était sculpté et doré,
avec les armoiries du duc sur les panneaux, et d’une
magnificence tout à fait royale. Quatre grands
mecklembourgeois, alezan brûlé, la crinière tressée et la
queue nouée de rosettes aux couleurs du duc, traînaient
cette volumineuse machine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53


Alcindor, enchanté de lui-même et plein des plus
flatteuses espérances, dit au cocher de toucher vivement
ses chevaux et d’aller grand train. Le cocher, qui ne
demandait pas mieux que de brûler le pavé, qui, pour un
empire n’aurait cédé le haut de la chaussée à personne,
et qui eût coupé l’équipage d’un prince du sang, tant il
était infatué de la dignité de sa place, lança ses quatre
bêtes au plein galop, nonobstant les cris des bourgeois
et autres misérables piétons qu’il couvrait
malicieusement d’un déluge de boue. En quelques
minutes on fut à la porte de l’hôtel d’Éliante.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:53

Le duc monta et fit annoncer : « Il signor
Fanfrelucio et le duc Alcindor. » Quoique Éliante ne fût
pas visible, parce qu’elle s’habillait pour aller à
l’Opéra, le nom magique de Fanfreluche, pareil au :
Sésame, ouvre-toi, des contes arabes, fit tourner les
portes sur leurs gonds et tomber toutes les consignes.
Quand Éliante vit dans le corbillon suspendu au cou
d’Alcindor le faux Fanfreluche assis sur son derrière et
levant le museau d’un air passablement inquiet, elle fit
un petit cri aigu, et, frappant de plaisir dans ses deux
mains, elle courut vers le duc et lui dit : « Alcindor,
vous êtes charmant. »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:54


Puis elle prit le bichon ébaubi de tant d’honneur et
le baisa fort tendrement entre les deux yeux.
Alcindor ne fut nullement surpris de la préférence
de la comtesse pour le bichon et attendit patiemment
son tour. Nous avons oublié de dire qu’Éliante s’était
levée si brusquement, que son peignoir de batiste s’était
dérangé, de façon qu’Alcindor reconnut avec plaisir
qu’il s’était abandonné à un mouvement de mauvaise
humeur, et qu’Éliante n’avait pas de beau que les dents
et les yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:54



« Madame, fit gracieusement le duc Alcindor, je ne
suis pas le diable, je ne suis pas votre mari, je suis tout
bonnement un homme qui vous adore. Voilà
Fanfreluche ; souvenez-vous de ce que vous avez dit. »

Éliante donna un franc et loyal baiser au duc
Alcindor ; mais vous savez qu’en fait de baiser avec les
jolies femmes, chacun se pique de générosité et ne veut
pas garder le cadeau qu’on lui fait. Alcindor, qui n’était
pas avare, rendit donc à Éliante son baiser
considérablement revu et augmenté. Heureusement que
Fanchonnette entra fort à propos.
« Ayez la bonté de vous tenir un peu derrière ce
paravent ; dès qu’on m’aura mis mon corset, l’on vous
appellera.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.   Dim 28 Juil - 12:54

-« Venez, monsieur, c’est fait, » dit Fanchonnette.
Alcindor sortit de derrière son paravent.
Éliante était toute coiffée avec un oeil de poudre,
deux repentirs de chaque côté du col, un hérisson sur le
haut de la tête, les sept pointes bien marquées, et des
crêpés neigeux qui faisaient admirablement près de sa
fraîche figure. Des plumes blanches posées en travers
lui donnaient une physionomie agaçante et mutine.
Bref, elle était suprêmement bien.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Petit Chien De La Marquise.IX Le Faux Fanfreluche.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: