PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII   Dim 28 Juil - 15:22

Rappel du premier message :

VIII

Tread-mill

Je me levai avec beaucoup de peine et me dirigeai vers la porte du salon, que je
n'atteignis qu'au bout d'un temps considérable, une puissance inconnue me
forçant de reculer d'un pas sur trois. A mon calcul, je mis dix ans à faire ce
trajet.

Daucus-Carota me suivait en ricanant et marmottait d'un air de fausse
commisération:

"S'il marche de ce train-là, quand il arrivera, il sera vieux."
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII   Dim 28 Juil - 15:24

"Tu es le jouet de vaines illusions; cette cour est très petite, murmura la
voix; elle a vingt-sept pas de long sur vingt-cinq de large.

- Oui, oui, grommela l'avorton bifurqué, des pas de bottes de sept lieues.
Jamais tu n'arriveras à onze heures; voilà quinze cents ans que tu es parti. Une
moitié de tes cheveux est déjà grise... Retourne là-haut, c'est le plus sage."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII   Dim 28 Juil - 15:24

Comme je n'obéissais pas, l'odieux monstre m'entortilla dans les réseaux de ses
jambes, et, s'aidant de ses mains comme de crampons, me remorqua malgré ma
résistance, me fit remonter l'escalier où j'avais éprouvé tant d'angoisses, et
me réinstalla, à mon grand désespoir, dans le salon d'où je m'étais si
péniblement échappé.

Alors le vertige s'empara complètement de moi; je devins fou, délirant.

Daucus-Carota faisait des cabrioles jusqu'au plafond en me disant:
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII   Dim 28 Juil - 15:24

"Imbécile, je t'ai rendu ta tête, mais, auparavant, j'avais enlevé la cervelle
avec une cuiller."

J'éprouvai une affreuse tristesse, car, en portant la main à mon crâne, je le
trouvai ouvert, et je perdis connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Le Club des hachichins VIII
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: