PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:27

Rappel du premier message :

Arria Marcella Souvenir de Pompei


Trois jeunes gens, trois amis qui avaient fait ensemble le voyage d'Italie,
visitaient l'année dernière le musée des Studj, à Naples, où l'on a réuni les
différents objets antiques exhumés des fouilles de Pompéi et d'Herculanum.

Ils s'étaient répandus à travers les salles et regardaient les mosaïques, les
bronzes, les fresques détachés des murs de la ville morte, selon que leur
caprice les éparpillait, et quand l'un d'eux avait fait une rencontre curieuse,
il appelait ses compagnons avec des cris de joie, au grand scandale des Anglais
taciturnes et des bourgeois posés occupés à feuilleter leur livret.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30

Ils arrivèrent ainsi à la villa d'Arrius Diomèdes, une des habitations les plus
considérables de Pompéi. On y monte par des degrés de briques, et lorsqu'on a
dépassé la porte flanquée de deux petites colonnes latérales, on se trouve dans
une cour semblable au patio qui fait le centre des maisons espagnoles et
moresques et que les anciens appelaient impluvium ou cavaedium; quatorze
colonnes de briques recouvertes de stuc forment, des quatre côtés, un portique
ou péristyle couvert, semblable au cloître des couvents, et sous lequel on
pouvait circuler sans craindre la pluie. Le pavé de cette cour est une mosaïque
de briques et de marbre blanc, d'un effet doux et tendre à l'oeil. Dans le
milieu, un bassin de marbre quadrilatère, qui existe encore, recevait les eaux
pluviales qui dégouttaient du toit du portique. - Cela produit un singulier
effet d'entrer ainsi dans la vie antique et de fouler avec des bottes vernies
des marbres usés par les sandales et les cothurnes des contemporains d'Auguste
et de Tibère.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30

Le cicerone les promena dans l'exèdre ou salon d'été, ouvert du côté de la mer
pour en aspirer les fraîches brises. C'était là qu'on recevait et qu'on faisait
la sieste pendant les heures brûlantes, quand soufflait ce grand zéphyr africain
chargé de langueurs et d'orages. Il les fit entrer dans la basilique, longue
galerie à jour qui donne de la lumière aux appartements et où les visiteurs et
les clients attendaient que le nomenclateur les appelât; il les conduisit
ensuite sur la terrasse de marbre blanc d'où la vue s'étend sur les jardins
verts et sur la mer bleue; puis il leur fit voir le nymphaeum ou salle de bains,
avec ses murailles peintes en jaune, ses colonnes de stuc, son pavé de mosaïque
et sa cuve de marbre qui reçut tant de corps charmants évanouis comme des
ombres; - le cubiculum, où flottèrent tant de rêves venus de la porte d'ivoire,
et dont les alcôves pratiquées dans le mur étaient fermées par un conopeum ou
rideau dont les anneaux de bronze gisent encore à terre, le tétrastyle ou salle
de récréation, la chapelle des dieux lares, le cabinet des archives, la
bibliothèque, le musée des tableaux, le gynécée ou appartement des femmes,
composé de petites chambres en partie ruinées, dont les parois conservent des
traces de peintures et d'arabesques comme des joues dont on a mal essuyé le
fard.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30

Cette inspection terminée, ils descendirent à l'étage inférieur, car le sol est
beaucoup plus bas du côté du jardin que du côté de la voie des Tombeaux, ils
traversèrent huit salles peintes en rouge antique, dont l'une est creusée de
niches architecturales, comme on en voit au vestibule de la salle des
Ambassadeurs à l'Alhambra, et ils arrivèrent enfin à une espèce de cave ou de
cellier dont la destination était clairement indiquée par huit amphores d'argile
dressées contre le mur et qui avaient dû être parfumées de vin de Crète, de
Falerne et de Massique comme des odes d'Horace.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30


Un vif rayon de jour passait par un étroit soupirail obstrué d'orties, dont il
changeait les feuilles traversées de lumières en émeraudes et en topazes, et ce
gai détail naturel souriait à propos à travers la tristesse du lieu.

"C'est ici, dit le cicerone de sa voix nonchalante, dont le ton s'accordait à
peine avec le sens des paroles, que l'on trouva, parmi dix-sept squelettes,
celui de la dame dont l'empreinte se voit au musée de Naples. Elle avait des
anneaux d'or, et les lambeaux de sa fine tunique adhéraient encore aux cendres
tassées qui ont gardé sa forme."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30

Les phrases banales du guide causèrent une vive émotion à Octavien. Il se fit
montrer l'endroit exact où ces restes précieux avaient été découverts, et s'il
n'eût été contenu par la présence de ses amis, il se serait livré à quelque
lyrisme extravagant; sa poitrine se gonflait, ses yeux se trempaient de furtives
moiteurs: cette catastrophe, effacée par vingt siècles d'oubli, le touchait
comme un malheur tout récent; la mort d'une maîtresse ou d'un ami ne l'eût pas
affligé davantage, et une larme en retard de deux mille ans tomba, pendant que
Max et Fabio avaient le dos tourné, sur la place où cette femme, pour laquelle
il se sentait pris d'un amour rétrospectif, avait péri étouffée par la cendre
chaude du volcan.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30

"Assez d'archéologie comme cela! s'écria Fabio; nous ne voulons pas écrire une
dissertation sur une cruche ou une tuile du temps de Jules César pour devenir
membre d'une académie de province, ces souvenirs classiques me creusent
l'estomac. Allons dîner, si toutefois la chose est possible, dans cette osteria
pittoresque, où j'ai peur qu'on ne nous serve que des beefsteaks fossiles et des
oeufs frais pondus avant la mort de Pline.

- Je ne dirai pas comme Boileau:

Un sot, quelquefois, ouvre un avis important,
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:30


fit Max en riant, ce serait malhonnête; mais cette idée a du bon. Il eût été
pourtant plus joli de festiner ici, dans un triclinium quelconque, couchés à
l'antique, servis par des esclaves, en manière de Lucullus ou de Trimalcion. Il
est vrai que je ne vois pas beaucoup d'huîtres du lac Lucrin; les turbots et les
rougets de l'Adriatique sont absents; le sanglier d'Apulie manque sur le marché;
les pains et les gâteaux au miel figurent au musée de Naples aussi durs que des
pierres à côté de leurs moules vert-de-grisés; le macaroni cru, saupoudré de
cacio-cavallo, et quoiqu'il soit détestable, vaut encore mieux que le néant.
Qu'en pense le cher Octavien?"
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:31


Octavien, qui regrettait fort de ne pas s'être trouvé à Pompéi le jour de
l'éruption du Vésuve pour sauver la dame aux anneaux d'or et mériter ainsi son
amour, n'avait pas entendu une phrase de cette conversation gastronomique. Les
deux derniers mots prononcés par Max le frappèrent seuls, et comme il n'avait
pas envie d'entamer une discussion, il fit, à tout hasard, un signe
d'assentiment, et le groupe amical reprit, en côtoyant les remparts, le chemin
de l'hôtellerie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:31

L'on dressa la table sous l'espèce de porche ouvert qui sert de vestibule à
l'osteria, et dont les murailles, crépies à la chaux, étaient décorées de
quelques croûtes qualifiées par l'hôte: Salvator Rosa, Espagnolet, cavalier
Massimo, et autres noms célèbres de l'école napolitaine, qu'il se crut obligé
d'exalter.

"Hôte vénérable, dit Fabio, ne déployez pas votre éloquence en pure perte. Nous
ne sommes pas des Anglais, et nous préférons les jeunes filles aux vieilles
toiles. Envoyez-nous plutôt la liste de vos vins par cette belle brune, aux yeux
de velours, que j'ai aperçue dans l'escalier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:31

Le palforio, comprenant que ses hôtes n'appartenaient pas au genre mystifiable
des philistins et des bourgeois, cessa de vanter sa galerie pour glorifier sa
cave. D'abord, il avait tous les vins des meilleurs crus: château-margaux,
grand-laffite retour des Indes, sillery de Moët, Hochmeyer, Scarlatwine, Porto
et porter, ale et gingerbeer, Lacryma-Christi blanc et rouge, capri et falerne.

"Quoi! tu as du vin de Falerne, animal, et tu le mets à la fin de ta
nomenclature; tu nous fais subir une litanie oenologique insupportable, dit Max
en sautant à la gorge de l'hôtelier avec un mouvement de fureur comique; mais tu
n'as donc pas le sentiment de la couleur locale? tu es donc indigne de vivre
dans ce voisinage antique? Est-il bon au moins, ton falerne? a-t-il été mis en
amphore sous le consul Plancus? - consule Planco.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:31

- Je ne connais pas le consul Plancus, et mon vin n'est pas mis en amphore, mais
il est vieux et coûte 10 carlins la bouteille", répondit l'hôte.

Le jour était tombé et la nuit était venue, nuit sereine et transparente, plus
claire, à coup sûr, que le plein midi de Londres; la terre avait des tons d'azur
et le ciel des reflets d'argent d'une douceur inimaginable; l'air était si
tranquille que la flamme des bougies posées sur la table n'oscillait même pas.

Un jeune garçon jouant de la flûte s'approcha de la table et se tint debout,
fixant ses yeux sur les trois convives, dans une attitude de bas-relief, et
soufflant dans son instrument aux sons doux et mélodieux, quelqu'une de ces
cantilènes populaires en mode mineur dont le charme est pénétrant.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: