PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:27

Rappel du premier message :

Arria Marcella Souvenir de Pompei


Trois jeunes gens, trois amis qui avaient fait ensemble le voyage d'Italie,
visitaient l'année dernière le musée des Studj, à Naples, où l'on a réuni les
différents objets antiques exhumés des fouilles de Pompéi et d'Herculanum.

Ils s'étaient répandus à travers les salles et regardaient les mosaïques, les
bronzes, les fresques détachés des murs de la ville morte, selon que leur
caprice les éparpillait, et quand l'un d'eux avait fait une rencontre curieuse,
il appelait ses compagnons avec des cris de joie, au grand scandale des Anglais
taciturnes et des bourgeois posés occupés à feuilleter leur livret.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:40

Ils arrivèrent à une porte dérobée qui s'ouvrit et se ferma aussitôt, et
Octavien se trouva dans une cour entourée de colonnes de marbre grec d'ordre
ionique peintes, jusqu'à moitié de leur hauteur, d'un jaune vif, et le chapiteau
relevé d'ornements rouges et bleus; une guirlande d'aristoloche suspendait ses
larges feuilles vertes en forme de coeur aux saillies de l'architecture comme
une arabesque naturelle, et près d'un bassin encadré de plantes, un flamant rose
se tenait debout sur une patte, fleur de plume parmi les fleurs végétales.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:40

Des panneaux de fresque représentant des architectures capricieuses ou des
paysages de fantaisie décoraient les murailles. Octavien vit tous ces détails
d'un coup d'oeil rapide, car Tyché le remit aux mains des esclaves baigneurs

qui firent subir à son impatience toutes les recherches des thermes antiques.
Après avoir passé par les différents degrés de chaleur vaporisée, supporté le
racloir du strigillaire, senti ruisseler sur lui les cosmétiques et les huiles
parfumées, il fut revêtu d'une tunique blanche, et retrouva à l'autre porte
Tyché, qui lui prit la main et le conduisit dans une autre salle extrêmement
ornée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:40

Sur le plafond étaient peints, avec une pureté de dessin, un éclat de coloris et
une liberté de touche qui sentaient le grand maître et non plus le simple
décorateur à l'adresse vulgaire, Mars, Vénus et l'Amour; une frise composée de
cerfs, de lièvres et d'oiseaux se jouant parmi les feuillages régnaient au-
dessus d'un revêtement de marbre cipolin; la mosaïque du pavé travail
merveilleux dû peut-être à Sosimus de Pergame, représentait des reliefs de
festin exécutés avec un art qui faisait illusion.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:40

Au fond de la salle, sur un biclinium ou lit à deux places, était accoudée Arria
Marcella dans une pose voluptueuse et sereine qui rappelait la femme couchée de
Phidias sur le fronton du Parthénon; ses chaussures, brodées de perles, gisaient
au bas du lit, et son beau pied nu, plus pur et plus blanc que le marbre,
s'allongeait au bout d'une légère couverture de byssus jetée sur elle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41


Deux boucles d'oreilles faites en forme de balance et portant des perles sur
chaque plateau tremblaient dans la lumière au long de ses joues pâles; un
collier de boules d'or, soutenant des grains allongés en poire, circulait sur sa
poitrine laissée à demi découverte par le pli négligé d'un peplum de couleur
paille bordé d'une grecque noire; une bandelette noire et or passait et luisait
par place dans ses cheveux d'ébène, car elle avait changé de costume en revenant
du théâtre; et autour de son bras, comme l'aspic autour du bras de Cléopâtre, un
serpent d'or, aux yeux de pierreries, s'enroulait à plusieurs reprises et
cherchait à se mordre la queue.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

Une petite table à pieds de griffons, incrustée de nacre, d'argent et d'ivoire,
était dressée près du lit à deux places, chargée de différents mets servis dans
des plats d'argent et d'or ou de terre émaillée de peintures précieuses. On y
voyait un oiseau du Phase couché dans ses plumes, et divers fruits que leurs
saisons empêchent de se rencontrer ensemble.

Tout paraissait indiquer qu'on attendait un hôte; des fleurs fraîches jonchaient
le sol, et les amphores de vin étaient plongées dans des urnes pleines de neige.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

Arria Marcella fit signe à Octavien de s'étendre à côté d'elle sur le biclinium
et de prendre part au repas; - le jeune homme, à demi-fou de surprise et
d'amour, prit au hasard quelques bouchées sur les plats que lui tendaient de
petits esclaves asiatiques aux cheveux frisés, à la courte tunique. Arria ne
mangeait pas, mais elle portait souvent à ses lèvres un vase myrrhin aux teintes
opalines rempli d'un vin d'une pourpre sombre comme du sang figé; à mesure
qu'elle buvait, une imperceptible vapeur rose montait à ses joues pâles, de son
coeur qui n'avait pas battu depuis tant d'années; cependant son bras nu,
qu'Octavien effleura en soulevant sa coupe, était froid comme la peau d'un
serpent ou le marbre d'une tombe.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

"Oh! lorsque tu t'es arrêté aux Studj à contempler le morceau de boue durcie qui
conserve ma forme, dit Arria Marcella en tournant son long regard humide vers
Octavien, et que ta pensée s'est élancée ardemment vers moi, mon âme l'a senti
dans ce monde où je flotte invisible pour les yeux grossiers; la croyance fait
le dieu, et l'amour fait la femme. On n'est véritablement morte que quand on
n'est plus aimée; ton désir m'a rendu la vie, la puissante évocation de ton
coeur a supprimé les distances qui nous séparaient."
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

L'idée d'évocation amoureuse qu'exprimait la jeune femme rentrait dans les
croyances philosophiques d'Octavien, croyances que nous ne sommes pas loin de
partager.

En effet, rien ne meurt, tout existe toujours; nulle force ne peut anéantir ce
qui fut une fois. Toute action, toute parole, toute forme, toute pensée tombée
dans l'océan universel des choses y produit des cercles qui vont s'élargissant
jusqu'aux confins de l'éternité. La figuration matérielle ne disparaît que pour
les regards vulgaires, et les spectres qui n'en détachent peuplent l'infini.
Pâris continue d'enlever Hélène dans une région inconnue de l'espace.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

La galère
de Cléopâtre gonfle ses voiles de soie sur l'azur d'un Cydnus idéal. Quelques
esprits passionnés et puissants ont pu amener à eux des siècles écoulés en
apparence, et faire revivre des personnages morts pour tous. Faust a eu pour
maîtresse la fille de Tyndare, et l'a conduite à son château gothique, du fond
des abîmes mystérieux de l'Hadès. Octavien venait de vivre un jour sous le règne
de Titus et de se faire aimer d'Arria Marcella, fille d'Arrius Diomèdes, couchée
en ce moment près de lui sur un lit antique dans une ville détruite pour tout le
monde.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei    Dim 28 Juil - 15:41

"A mon dégoût des autres femmes, répondit Octavien, à la rêverie invincible qui
m'entraînait vers ses types radieux au fond des siècles comme des étoiles
provocatrices, je comprenais que je n'aimerais jamais que hors du temps et de
l'espace. C'était toi que j'attendais, et ce frêle vestige conservé par la
curiosité des hommes m'a par son secret magnétisme mis en rapport avec ton âme.
Je ne sais si tu es un rêve ou une réalité, un fantôme ou une femme, si comme
Ixion je serre un nuage sur ma poitrine abusée, si je suis le jouet d'un vil
prestige de sorcellerie, mais ce que je sais bien, c'est que tu seras mon
premier et mon dernier amour.
Revenir en haut Aller en bas
 
Théophile Gautier. (1811-1872) Arria Marcella Souvenir de Pompei
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 8 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Théophile Gautier (1811-1872)
» Théophile Gautier (1811-1872) SÉRÉNADE
» Théophile Gautier (1811-1872) LE POETE ET LA FOULE.
» Théophile Gautier (1811-1872) LA LUNE.
» Théophile Gautier (1811-1872) ADIEUX A LA POÉSIE.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: