PLUME DE POÉSIES

Forum de poésies et de partage. Poèmes et citations par noms,Thèmes et pays. Écrivez vos Poésies et nouvelles ici. Les amoureux de la poésie sont les bienvenus.
 
AccueilPORTAILS'enregistrerConnexionPublications
Partagez | 
 

 Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:04

Rappel du premier message :

Tempête D’Hiver

La première fois que je fus parrain, dit le juge, ce fut dans une circonstance
assez extraordinaire.

Cela me reporte à plus de quarante ans en arrière. Nous étions en décembre.
Je ne sais plus trop à quel propos et par quel hasard, il devait y avoir, dans
le comté de Charlevoix, une élection pour la législature en janvier, c’est-à-
dire dans quelques semaines.
Revenir en haut Aller en bas

AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:06


En effet, du côté opposé à la déclivité dans laquelle s’était enfoncé le
cheval, notre homme avait rencontré une clôture; et en tâtonnant pour s’emparer d’une
perche qui pût l’aider dans son oeuvre de sauvetage, il avait mis la main sur
une barrière.

Une barrière, c’était une maison; et une maison, c’était le salut.
-Attendez-moi, fit le brave Pierre tout joyeux; dans dix minutes, y aura du
monde pour nous aider.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:07

En effet à notre grande joie, il reparaissait quelques instants après, avec un
individu muni d’une lanterne et d’une corde, et... hop! voilà notre pauvre
cheval sur pied.

-Bon voyage! fit le nouveau venu d’un air extraordinairement affairé. Si le
bon Dieu a pas soin de vous autres c’te nuit, je vous plains.
-Comment, bon voyage! m’écriai-je; mais pensez-vous que nous allons
continuer sur ce train-là? Votre maison est près d’ici, vous ne pouvez pas
laisser des voyageurs en perdition sur la route par une nuit pareille.
-Mes bons messieurs, fit l’homme à la lanterne, vous allez dire que c’est pas
beaucoup chrétien, mais sur ma conscience du bon Dieu, y a pas moyen de
coucher chez moi à soir. Non, vrai là, y a pas moyen!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:07


-Pas moyen? mais nous ne sommes pas exigeants, mon brave; un petit coin
sous votre toit, deux chaises, un banc, le plancher, rien du tout; mais, au nom
du ciel, ne nous laissez pas ensevelir dans la neige et geler tout vivants, en
pleine nuit, sur cette route de malheur. Ça ne se fait pas ça, voyons!
-Hélas! mes chers messieurs, ç’a l’air ben dur en effet; mais y a pas de ma
faute, allez; c’est impossible!

Et prenant notre cocher à l’écart, il l’entretint seul un instant.
Tout à coup, il eut une exclamation :
-Un docteur! Y a un docteur ici!...
Et il se précipita vers nous en s’écriant :
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:07


-Où est-il, le docteur?
-C’est moi, fit mon ami.
-Ah! monsieur, fit le pauvre homme avec des airs de vouloir lui sauter au cou,
vous êtes médecin? C’est le bon Dieu qui vous envoie. Par ici, monsieur! par
ici, vite! ajouta-t-il en entraînant après lui mon compagnon de voyage.
Nous les suivîmes avec les chevaux, à la lueur de la lanterne laissée entre les
mains de Pierre.

-L’écurie est à droite! nous cria l’homme en poussant le docteur à l’intérieur
d’une pauvre habitation en troncs d’arbres bruts, et en me fermant presque la
porte au nez.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:39

-Ça me fait l’effet que je sommes de trop, fit Pierre, assez mystérieusement;
mais comme j’ai les doigts gelés sauf vot’ respect, je cré ben que vous ferez
mieux de les laisser manigancer tout seuls, et, si c’est un effet de vot’
bonté, de m’aider à dételer.

Le malheureux avait, en effet, deux doigts gelés à chaque main.
-Ma foi, répondis-je, à la guerre comme à la guerre! s’entr’aider est la
première loi de la nature. À l’oeuvre!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:40

Et pendant que le pauvre diable, tout transi et tout geignant, se frictionnait
les doigts dans la neige mouvante, je rangeai notre véhicule sous une remise et
fourrai tant bien que mal nos pauvres bêtes « dedans », comme on dit là-bas;
puis, après avoir entassé une demi-botte de foin dans chacune des mangeoires,
je me dirigeai -pas fâché d’aller prendre mes aises à mon tour -vers la maison
avec le malheureux Pierre que l’onglée faisait plier en deux.

Il poussa la porte, et j’entrai en secouant le verglas qui me couvrait de la
tête aux pieds, et en arrachant les glaçons qui pendaient à mes cheveux et à
mes moustaches.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:40

Une surprise m’attendait.
À peine avais-je -dans ma hâte de m’approcher du bon poêle « à deux ponts »
qui bourbonnait joyeusement au beau milieu du logis rustique -laissé tomber
dans un coin les lourdes fourrures dont j’étais affublé que je vis apparaître mon
compagnon de route, le docteur, la figure tout épanouie, et portant sur ses
deux mains un tout petit paquet, avec les précautions et le respect qu’il aurait mis
à porter le saint-sacrement.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:40

-Mon ami, me dit-il en s’inclinant, arrêt! à l’appel! j’ai l’honneur de te
présenter un nouveau citoyen, espoir de la Patrie. Car je viens, au nom de la
faculté de médecine de l’université Laval, de donner un billet de passage
gratis sur la route orageuse de l’existence, sans compter celle des Câpes.
-Comment, c’est-il Dieu possible, un nouveau-né!

-Oui, monsieur, pour vous servir, fit notre sauveteur tout ému et tout
souriant, un petit ange du bon Dieu, notre premier!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:40


-Un soir de Noël! mais on pourrait le prendre pour l’Enfant-Jésus lui-même!
-C’est pourtant vrai que not’ petit est né le jour de Noël! fit l’heureux père
en se penchant vers la porte de la chambre à coucher.

-Vous voyez bien, reprit le docteur que ce n’est pas moi, mais lui, que le bon
Dieu vous a envoyé, mon ami.

-Lui et vous, monsieur, tout le monde! vous êtes tous des envoyés du bon
Dieu! s’écria le brave homme, en s’essuyant les yeux du revers de sa manche.
Que vous dirais-je, messieurs?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:40

Le bébé était bien faible; dans l’état où se trouvaient les chemins, il ne
fallait pas songer à le porter à l’église avant trois jours; et, pour calmer
les anxiétés de la pauvre mère terriblement énervée par cette nuit de tempête,
le médecin fut d’avis de procéder à l’ondoiement.
-Vous ne refuserez pas d’être parrain, n’est-ce pas? me dit le père.
-Parrain? Ça me va, mon brave, je serai parrain.
-Et vous l’appellerez?
-Noël, parbleu! nous l’appellerons Noël, c’est de circonstance.
-Noël, c’est cela; ça ira parfaitement avec mon nom de famille, qui est
Toussaint.
-Parfait, alors!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver   Mer 12 Juin - 10:41


Nous fîmes les choses en règle.
Le docteur officia, naturellement; et je pris au sérieux mon rôle de parrain,
assisté par une accorte et avenante marraine -la mère de la malade.
Je vous vois sourire, messieurs; vous me trouvez un peu grotesque dans ce cas
insolite. Eh bien, si vous eussiez été là, vous n’auriez pas souri.
Quand l’eau de la régénération coula sur le front de ce petit être si frêle et
si pauvre à qui, par le plus grand des hasards, nous venions peut-être de sauver
la vie à son entrée en ce monde, au fond de ce réduit si humble et si primitif, nous
songeâmes involontairement à l’étable de Bethléem; et cette impression fut si
vive pour moi, que je crus réellement entendre la voix des bergers antiques, lorsque
notre brave cocher, qui était allé finir son « train » à l’écurie, mit le pied
sur le seuil de la porte en lançant, parmi les mille voix stridentes du dehors, les
premières notes du vieux noël populaire :
Les anges dans nos campagnes.
Revenir en haut Aller en bas
 
Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 10Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant
 Sujets similaires
-
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Tempête D’Hiver
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Noël Au Canada.Le Loup-Qarou
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) La Hère
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Mémoires intimes Chapitre XIII
» Louis-Honoré Fréchette (1839-1908) Le Printemps

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
PLUME DE POÉSIES :: POÈTES & POÉSIES INTERNATIONALES :: POÈMES FRANCAIS-
Sauter vers: